Billet de blog 22 avr. 2020

Un devoir de sécurité pèse sur les établissements de santé et EHPAD

Les répercussions sanitaires du Covid-19 au sein des établissements de soins privés et des EHPAD (en termes de manque de moyens, manque de ressources, manque de personnel) présentent-elles les caractéristiques de la force majeure ? Quel impact sur la responsabilité civile des EHPAD ? Il appartiendra aux juges d’en décider.

Claudia CANINI
Cabinet d'Avocat - Droit des Majeurs Protégés, tutelle, handicap
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un établissement de santé privé est, en vertu du contrat d'hospitalisation le liant à son patient, tenu de prendre les mesures nécessaires pour veiller à sa sécurité, les exigences afférentes à cette obligation de sécurité étant fonction de l'état du patient, et il appartient à la victime ou ses ayants droit de prouver la faute de l'établissement de santé ou de ses préposés (C. civ. art.1231-1, ancien art. 1147 et CSP L1142-1).

Des dispositions similaires s’appliquent aux établissements médico-sociaux et aux EHPAD (C. action sociale et des familles).

L'article 1231-1 du Code civil, anciennement article 1147 du Code civil, sanctionne l'inexécution contractuelle.

Lorsque deux parties sont liées par un contrat, chaque partie s'oblige à respecter ses engagements. En cas d'inexécution de ses obligations, le contractant, sous certaines conditions, peut être sanctionné par l'octroi de dommages et intérêts au bénéfice de son co-contractant.

Le co-contractant doit rapporter la preuve de son préjudice.

La force majeure exonère le débiteur de l'obligation.

Pour échapper au paiement des dommages et intérêts en cas de préjudice résultant de l'inexécution contractuelle, le débiteur de l'obligation doit rapporter la preuve de la force majeure. La force majeure est un événement imprévisible, irrésistible et extérieur.

Voici une décision rendue par la Cour d'appel de Dijon, le 10 décembre 2019.

Les faits relatés s’étaient produits avant l’épidémie Covid-19.

Situation où la responsabilité civile de l’établissement de soins a été engagée.

Un patient d’une clinique privée est décédé le 7 juin 2015 des suites de ses blessures après s’être défenestré du premier étage.

Son fils unique et sa veuve ont engagé une action en sa responsabilité contractuelle aux fins d'indemnisation de leurs préjudices moraux respectifs.

Ils reprochaient à l'établissement de soins de ne pas avoir satisfait à son obligation de surveillance, alors que l'état de santé du patient nécessitait des précautions particulières et une surveillance étroite, compte tenu de son agitation et de sa désorientation mais également des risques de fugue mentionnés au compte rendu d'hospitalisation.

Le contrat d'hospitalisation fait naître à la charge de l'établissement de soins une obligation de surveillance et de sécurité, qui s'analyse en une obligation de moyens dont le respect s'apprécie au regard du profil du patient et des éléments dont disposait l'établissement pour évaluer et prévenir la réalisation du risque.

Or, les éléments du dossier révélaient qu’à l'admission du patient dans l’établissement, celui-ci était désorienté, voire agressif, son épouse ayant indiqué que la désorientation était habituelle depuis six mois

La fiche de transmission précisait que l'établissement de soins avait été alerté du risque de fugue, l'état général du patient étant décrit comme suit : "déambule +++ et risque de fugue +++".

Le profil général du patient imposait donc une obligation de surveillance particulière à l'établissement de soins, lequel a décidé de poser dans sa chambre un cale fenêtre.

Cependant, l’examen du dossier médical a permis d’établir que l'épisode d'agitation intense survenu au début de la nuit du drame était incontestablement de nature à alerter le personnel soignant sur le comportement du patient, alors surtout qu'il avait pu être constaté à cette occasion, qu'outre son état d'agitation et d'énervement, l'intéressé avait quitté sa chambre pour déambuler dans les couloirs et qu'il avait manifesté à plusieurs reprises son intention de rentrer chez lui.

La chute qui a été fatale au patient est intervenue une demi-heure après que le personnel soignant qui l'a vu déambuler dans le couloir l'ait raccompagné dans sa chambre, sans autre mesure de surveillance, et ce alors que les chambres vides de l'étage étaient ouvertes et libres d'accès.

La chute est donc la conséquence de l'erreur d'appréciation commise par le personnel de nuit, aucun des éléments du dossier ne permettant de conclure qu'il s'agissait d'un acte suicidaire de l'intéressé, et c'est donc à juste titre que les premiers juges ont retenu que la responsabilité de la clinique était engagée.


Claudia CANINI, Avocat

Sources : Cour d'appel de DIJON, 1ère Ch. civile, 10 décembre 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine