La triste rencontre entre Médiapart, une vision de la Syrie et moi-même (8 )

A dire vrai, l'idée n'est pas vraiment venue de moi....Quand j'ai commencé ma série sur le monde bédouin du centre de la Syrie c'est parce que mon entourage ne me lâchait pas « Mais enfin Adeline ça n'a pas de sens! Tu y as vécu longtemps en Syrie! Et dans le désert....Tu as appris l'arabe en immersion dans le Wadi Rum, tu as pris des cours de civilisation islamique , ta belle famille est syrienne bédouine! T'en connais beaucoup, toi, des gens comme ça? T'en connais beaucoup qui ont écrit 12 ans au Monde, qui ont épousé un fauconnier, vécu à Beyrouth, se sont installés dans le désert sous la tente après 7 ans sur place ! Y ont élevés deux bébés!!! Mais enfin réagi Bon Dieu! On ne parle que de ça, de la Syrie...Et les gens n'y connaissent RIEN à la vie là-bas »

 

Ca je le savais déjà. Que les gens « n'y connaissaient rien ». J'avais déjà repéré (!) parce que franchement, ce n'est pas dur à voir quand on revient du Liban ou de Syrie....Entre les clichés éculés (« le pays des banques » pour le Liban ya haram! Celui qui a déjà un ouvert un compte à Beyrouth sait que la « facilité bancaire » n'est pas le mot clé, et le fameux « y sont pas trop fanatiques là-bas? » pour ce qui est de la Syrie où j'ai rencontré les gens les plus civilisés de mes voyages....) Je préfère vous épargner ce que j'ai entendu sur les arabes, sur les bédouins (très forts dans l'imaginaire français , le bédouin!), sur les chameaux (faudra-t-il la publication d'un arrêté officiel pour que l'on comprenne enfin qu'il n'y a point de chameaux au Proche Orient?), sur « les immenses dunes de sable » (en Syrie, tu oublies), et surtout surtout surtout cet espèce de personnage romanesque soit version Lawrence , soit version Iznogoud: l'homme arabe: qui maltraite ses nombreuses femmes, qui n'y connait rien, qui n'est QUE musulman, qui rêve dans le fond de venir construire ses mosquées chez nous ce qui est une mauvaise nouvelle car il ne sait faire que du « travail d'arabe ».....enfin bref, ce sujet de tous les fantasmes les plus incontrôlables, des idées reçues les plus tristement grotesques et aux antipodes de mon beau père, de mes amis, des hommes de la famille de mes enfants...

Donc j'avoue que j'étais méfiante.

 

Pourtant je me doutais bien que c'était un peu bête. OK je suis coincée en France pour l'instant pour des histoires privées mais est-ce une raison pour nier mes connaissances? Est-ce une raison pour refuser de rentrer dans le débat dés que l'on parle de la Syrie? Enfin dés que j'entends n'importe quoi sur la Syrie devrais-je dire?

Est-ce une raison valable? Oui, non. Oui, non.

Oui, mais je ne suis pas sur place. Ici en plus, il y a des libanais, ou des chrétiens (voire les deux) qui sont bien fâchés avec la Syrie et fort en vue, je vais me faire lyncher par ceux-là (ça n'a pas raté) et puis le sujet me fait mal....Bref je me dérobais un peu, j'en conviens.

 

Et puis force de pression, d'exaspération et puis d'attachement à Médiapart, il faut l'avouer, j'ai fini par penser à cette vision de ma Syrie. Cette petite série de rien du tout, où je raconte, avec un regard admirateur et jovial, quelques épisodes de mon extraordinaire expérience là-bas. Oh moins, « ils » sauront toujours cela sur la culture locale je me suis dit et puis je sais bien qu'on est pas beaucoup à avoir eu une baby-sitter comme faucon pour les enfants (j'ai pas encore osé la raconter celle là, parce que...parce que ….), enfin je veux dire, un faucon comme garde bébé. D'ailleurs ça a plut. Loin moi de me plaindre sur ce sujet. Fort au contraire. Les lecteurs ont été aux rendez-vous. Me faisant réaliser, par la chaleur de leurs remarques, la pertinence de leurs questions, la gentillesse de leurs remerciements l'intérêt de cette démarche, la rareté de mon témoignage, la pertinence de cet autre regard..... mes plus proches alliés, les lecteurs.

Mais voilà. Alliés est le terme qui m'est venu, et ce n'est surement pas par hasard car il s'agissait bien d'une guerre.... Mon complice Médiapart,lui, était passé de l'autre côté: Le seul journal qui me semblait un peu libre, avait sa pensée déjà toute faite sur le sujet. Le seul journal dont les journalistes suscitent encore vraiment mon respect, avait déjà « sa petite idée » sur la question. Le seul journal qui me semble encore dans la quête d'infos et non dans la redite de bêtises lues ou dictées, n'avait même plus besoin de lire ou d'entendre quoi que ce soit sur cette question syrienne: les dés étaient jetés: Bachar une ordure, le pays un cauchemar, et les méthodes....Ah parlons en des méthodes....une horreur....l'endroit dont on ne ressort jamais vivant, jamais en entier, jamais normal....

L'enfer connait son paradis,la Syrie, elle, ne connaitra que l'épouvante.

 

Et plus ça allait, et plus j'avançais bien bravement dans ma petite série , en bonne élève un peu nunuche qui vous raconte un épiphénomène amusant alors que le JOURNAL , les salariés, le monde sérieux et informé de la salle de rédaction de Médiapart nous expliquait l'Histoire, la version à retenir, le sujet sérieux. Ça s'est fait petit à petit:

Après une longue absence de papiers sur la Syrie (où je me retrouvais à la Une de la colonne Club, j'en étais bien honorée) sont arrivés un à un des papiers dans le JOURNAL qui disait que tout allait fort mal. Ce qui était intéressant , mais enfin qui n'avait rien à voir à ce que l'on me disait au téléphone, ou par mail, de Syrie justement. Après, on m'a expliqué que là ,vraiment, nous étions tous totalement manipulés, jusqu'à ce titre incroyable « Syrie: la révolution à l'envers! » comme si c'était drôle que le pays commence à bouger, que ce soit difficile à comprendre, et que déjà les points de vue ne soient….comment dire....pas bien clairs, pas bien homogènes, pas très assumés.

 

J'étais de plus en plus perplexe.

Et puis sont venues les analyses, fait par de brillants analystes de la presse arabe. On n'avait pas encore les faits mais on avait déjà les analyses, ce qui m'a sembler curieux comme technique mais après tout , peut être que personne n'avait le temps, à Médiapart, d'aller en Syrie. L'actu était hyper chargée, soit.

 

Je commençais à traîner des pieds à écrire ma petite série....je commençais à me dire « c'est que je vais finir par passer pour une pro-dictature moi si ça continue » (ce qui n'est pas à proprement parler mon idéologie). Et puis je recevais de plus en plus de courriers, de messages, de questions, de demandes...Délicat. Délicat de dire que dans ma belle famille, on m'a tout de suite répondu « Ben évidemment Adeline que l'on est pour Bachar, tu veux qu'on soit pour QUI? » Compliqué de bien transcrire l'avis de mes amis chrétiens: « Bachar, ben Adeline! C'est le seul qui nous foute la paix! Enfin tu le sais toi! Tu vois bien dans la région quand même! »....Malaise...Malaise d'entendre mon copain sunnite d'Alep hilare (oui, j'ai écrit hilare et je parle d'un syrien) « Ben Adeline! Il veulent quoi en France, qu'on devienne comme l'Irak ou comme la Lybie? C'est quoi là votre idéal pour nous???tu vas pas tomber dans toutes ces conneries! Évidemment qu'il a rien d'extra Bachar, on est pas débiles non plus, merci...mais enfin bon, ça bouge un peu là, le pays... » Je vous épargne les expats français sur place, parce que là j'ai atteint des sommets de dialogue de sourds. Ils étaient sur place et je recevais « Adeline! Peux-tu nous expliquer une bonne fois pour toute ce qui se passe avec la France? Vous êtes dingues ou quoi? Les enfants vont à l'école, tout va très bien. Il y a pleins d'hôtels en construction dans Damas et les restaurants sont pleins. Ce week end , nous partons chez des amis syriens qui sont prêts de Hama. Peux-tu nous redire, pour les norias.... »...Finalement les épouses et les enfants des expats sont rentrés (volonté des employeurs), leurs maris sont restés, et me demandent toujours autant d'explications, mais c'est un autre débat.

Ah si! Tout de même!

Une petite phrase d'un autre ami expat en passant « En tous cas, s'ils voulaient planter l'économie du pays, c'est réussi. Tous les chantiers merdouillent, ça part à la va l'eau....C'est con, parce que d'un point de vue bancaire, ça commençait à se débloquer vraiment … »

Ah oui ça c'est con! c'est le mot est faible...Con et triste.

Ça m'a fait quand même une piste de réflexion ça: comme si ce Bachar, si autiste à la douleur et si aveugle aux comportements de ses troupes maintenant, aurait finalement pu faire un bon leader « de base » dirons-nous. Un gars complètement borné pour ce qui est de la machine sécuritaire mais pas si idiot que ça pour faire avancer les données économiques et la vie moderne dans son pays....... Le mauvais aspect d'un homme qui aurait pu nous donner mieux dirons-nous. Interessant.....Ah décidément...trop con l'affaire.

 

Moi pendant tout ce temps, j'ai fini par arrêter de faire ma série,non parce que je n'avais plus rien à raconter, vous vous doutez bien, mais parce qu'à côté de ce que je lisais dans le même Médiapart, à droite, ça n'avait plus de sens mon truc. Enfin je veux dire...plus de sens à mes yeux. La fille qui raconte la civilisation d'un peuple alors qu'on s'échine à nous expliquer les monstres qui habitent le pays de l'autre côté de la page, c'est débile. Je ne savais plus comment gérer mes horribles contacts pro système en place , puisque je dois les appeler comme ça j'imagine. Je me sentais une traitre de la démocratie et de nos si beaux modèles fleurons occidentaux... Les irakiens sont ravis, les libyens en redemandent, les pauvres syriens n'attendent que nous...et d'ailleurs ça urge...

 

Oui ça urge nous hurle Médiapart aujourd'hui. Regardez la vidéo obscène de ce pauvre gamin qui a beaucoup souffert....Regardez ce qu'en disent toutes les ONG, qui n'ont aucun intérêt américain ou autres....regardez l'horreur dans les hôpitaux...regardez là dans le blanc des yeux. Regardez la, et soyez convaincus. Regardez là et suivez Médiapart dont aucun journaliste ne semble avoir été sur place à part cette pauvre Caroline, qui doit avoir bien du mal avec les démêlés turquo-locale du CNS. Croyez Médiapart!!!N'hésitez pas.

 

Ce journal cherche la vérité partout dans la politique Française, c'est sûr qu'il le fait aussi bien ailleurs non? Pas le genre à tomber dans la propagande de base....hein.

 

Alors je me tais. Je ferme ma série. Je fais taire ma douleur, mon inquiétude, mes contacts, bédouins, urbains, chrétiens, famille, amis, kurdes, expats....pouh...des manipulés en tous genres...et je fonce avec bonheur vers la guerre civile que l'on appellera encore « répression du système en place » à Médiapart et je ne menace même de résilier mon abonnement à un tel temple du savoir, ce serait vraiment trop bas.

 

Note rajoutée le 2 avril 2012: En fait ce que je pensais être le dernier papier de cette série ne le fut pas, et j'ai repris mon projet sous le titre "Ma Syrie" mais dans mon blog (afin d'être en accord avec moi-même et ma nécessaire neutralité par rapport aux différents sons de cloche). Voici les liens des derniers papiers en date qui devraient vous permettre de retrouver tous les autres. A bientôt!

http://blogs.mediapart.fr/blog/adeline-chenon-ramlat/110412/ma-syrie-13-discussion-avec-sacker

http://blogs.mediapart.fr/blog/adeline-chenon-ramlat/020412/ma-syrie-12-sacker

Lien vers Ma Syrie (1)

 

 

 

(cliquez ici pour avoir accès au septième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syri

(cliquez ici pour avoir accès au sixième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au cinquième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au quatrième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au troisième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au second article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au premier article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.