La guitare féminine et flamenca existe

La guitariste Antonia Jimenez sera à Flamenco en France pour un récital unique le 13 mai 2017.

 

Antonia Jimenez Antonia Jimenez

 Pour des raisons mystérieuses, les femmes guitaristes qui étaient pléthores au XIXe siècle, en témoignent gravures et tableaux, ont disparu du paysage à l'aube du XXe siècle. Antonia Jimenez a repris courageusement le flambeau. Née au Puerto de Santa Maria (province de Cadix), il y a un peu plus de 40 ans, dans une famille d'aficionados flamencos, elle fait ses premières gammes dans la rue. Puis elle intègre une classe d'une trentaine d'élèves où elle est la seule fille. Elle doit faire face au machisme ambiant et à son inhérente cruauté. Cela lui forge le caractère.

A 27 ans, elle a failli abandonner. Aujourd'hui encore, à la ville et sur scène, elle est vêtue de noir, comme si elle voulait disparaître derrière son instrument et que rien ne transparaisse de sa féminité. Mais grâce à son talent, elle réussit à s'imposer. Ce sont les danseurs qui, les premiers, ont saisi sa sensibilité, son écoute, son attention (tension) envers les autres, son sens du compás et sa musicalité, qualités qui la placent au premier plan de ses condisciples. Olga Pericet, Manuel Liñan, Marco Flores lui confient non seulement l'accompagnement de leurs spectacles, mais aussi la création musicale. Donc depuis quelques années, quand vous parlez d'Antonia Jimenez, il n'est plus répondu d'un air méprisant « de qui parlez-vous ? » Le monde du flamenco ne peut plus l'ignorer. C'est sans nul doute une première victoire.

Antonia Jimenez, ovni dans le ciel du flamenco ou avant-garde éclairée de femmes qui investiraient tous les domaines du flamenco, seul l'avenir le dira. Mais pour l'avenir proche, c'est une soirée exceptionnelle qui s'annonce, le samedi 13 mai, pour un récital unique d'Antonia Jimenez, à Flamenco en France.

Flamenco en France, 33 rue des Vignoles, Paris XXe. Renseignements et réservations au 01 43 48 99 92.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.