Antonia Fudez
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Ritmos latinos

Suivi par 42 abonnés

Billet de blog 17 janv. 2015

XXVe Festival flamenco de Nîmes - Fla.Co.Men, dernière création d'Israel Galvàn

Antonia Fudez
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne suis pas idolâtre. Donc je n'ai jamais été une thuriféraire de Israel Galvan, ni de qui que ce soit d'autre. Mais je suis sortie emballée par Fla.Co.Men. C'est juste, c'est drôle, les musiciens sont à la place idoine et Israel Galvàn respire la liberté. Moins narcissique, moins nombriliste, plus ouvert aux autres. 

Israël Galvàn et Eloisa Cantón © Hugo Gumiel

Mais reprenons au commencement. Galvàn arrive sur scène, vêtu de noir, portant une chose qui tient du vertu-gadin et du corset orthopédique, avec la jeune Eloisa Cantón, bottes marron et robe courte vert d'eau. Sur scène, une bottine blanche, esseulée, et un pupitre portant un cahier. Le noir n'est pas fait dans la salle et un préambule drôlatique peut commencer. Galvàn effeuille son cahier en lançant des anathèmes sur le flamenco rigoriste, institutionnalisé, figé, sans imagination. Pour finir, il fait un sort à la bottine blanche qui est de plâtre. Le noir se fait et son hymne à la liberté peut commencer. Mise à part une séquence très free jazz dans le noir absolu, qui m'a laissée rêveuse, tout est bien. Une mention particulière pour l'alegria, jouée par Caracafé, puis chantée par David Lagos et Tomas de Perate, puis jouée au xylophone par Antonio Moreno, qui s'enchaine glissando sur un pasodoble joué par le saxophoniste Juan Jimenez Alba. S'ouvre alors une parenthèse sur la culture andalouse, avec l'évocation des grands toreros Juan Belmonte ou Joselito. Un autre moment de grâce est cette danse accompagnée par une corne au son nasillard. Elle serait d'un village de la région de Huelva, mais elle évoque furieusement le fandango, danse emblématique du Pays basque. Juan Jimenez Alba, au son de cet instrument bizarre, fait danser les six autres, en ligne et face à face, comme sur la place du pueblo.

David Lagos tient la partition flamenca pure et dure. Il chante entre autres un très beau martinete. A Tomas de Perate, l'exploration altermondialiste. Il chante dans des langues étranges, le cale (langue des Gitans) sans doute, en allemand probablement et en anglais sûrement. A son actif, un très beau tango argentin ou encore une chanson façon ragtime avec sa voix qui évoque Louis Amstrong. Et bien sûr, il participe à l'alegria allègre. Avec sa gueule cabossée et sa silhouette un peu chétive, il emplit l'espace de sa présence. Caracafé, guitariste hors normes, hors des clous, possède des fulgurances qui tombent toujours justes.

 Face à ou plus tôt avec ces musiciens qu'il a choisi, Galvàn danse en homme libre, sans contraintes. Il rencontre d'autres univers, mais revient toujours à l'essentiel. Avec ce spectacle, on sort du zapping, un peu de ceci, une pincée de cela. Tout est mis en valeur. On profite de tout.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c