mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 1 oct. 2016 1/10/2016 Édition de la mi-journée

Nous ne débattrons pas de la « question Rom »

Le sociologue Luc Boltanski est intervenu samedi 11 septembre à Montreuil (93), lors du rassemblement Les Roms, et qui d'autre? Mediapart publie ici sa contribution. Il décrypte une «nouvelle forme de propagande, qui a assimilé les techniques de provocation, et vise aussi à prendre la critique en tenaille».

Le sociologue Luc Boltanski est intervenu samedi 11 septembre à Montreuil (93), lors du rassemblement Les Roms, et qui d'autre? Mediapart publie ici sa contribution. Il décrypte une «nouvelle forme de propagande, qui a assimilé les techniques de provocation, et vise aussi à prendre la critique en tenaille».

------------

pave.jpgDurant l'été, a été déclenchée, à l'encontre de personnes étiquetées et désignées à la vindicte publique sous le nom de Roms, l'offensive de propagande politique et d'action policière sans doute la plus cynique et la plus abjecte que ce pays ait connu depuis la fin de la Guerre d'Algérie, il y a cinquante ans. Il faut en effet remonter jusqu'à cette époque pour voir un gouvernement prendre officiellement des mesures discriminatoires et racistes à l'encontre d'une population présente sur le territoire français.

Comme c'est le plus souvent le cas chaque fois qu'un collectif est stigmatisé et mis dans la position de bouc émissaire, il n'était pas nécessaire, pour faire exister une soi-disante « question Rom », de préciser quelles étaient les personnes auxquelles le nom de Rom pouvait être accolé. Le nom de Rom peut et même doit demeurer un désignateur flou. Les mesures consistant à déclencher et à banaliser des pratiques d'exclusion ou d'éradication s'embarrassent rarement de critères. Il convient en effet de laisser ouverte la possibilité de modifier les contours de la population incriminée, de façon à pouvoir l'étendre de proche en proche. Nombreux sont donc ceux qui peuvent se sentir visés et entendre, sous le nom de Rom, résonner d'autres noms par lesquels on les désigne en haut lieu, et d'ailleurs aussi dans une grande partie de l'espace médiatique : « sans papier » ; « arabes » ; « issus de l'immigration » ; « habitants des quartiers sensibles » ; « délinquants », ; « ils n'ont pas de police ni de services secrets ; ils n'ont pas d'officines de propagande ; il n'existe pas de Romland, enfermé dans ses frontières, ni de gardes frontières Roms ; ils ne s'identifient ni à une religion déterminée, ni à une idéologie, ni à une histoire glorieuse reconstruite après-coup. Les Roms sont ce vers quoi nous voulons tendre et, j'ose encore l'espérer, notre avenir.

 

Lire aussi:

Les Roms, et qui d'autre?, présentation de la journée du 11 septembre 2010,
Pourquoi les Roms? Intervention d'Eric Fassin publiée sur son blog.
L'intolérable a changé de nature. Intervention de Cécile Canut publiée dans Les Invités de Mediapart.
LesRoms n'existent pas. Intervention de Cécile Kovácsházy publiée dans Les Invités de Mediapart
Chemin inédits vers l'horreur de demain. Intervention de Christophe Mileschi publiée dans Les Invités de Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bla bla bla, vous comme moi, il n'y en a pas un ici pour dire : OK, je prends une famille Rom dans mon jardin, leur installe une caravane chauffée pour l'hiver, et leur donne un petit boulot par-ci, par-là... bien sûr avec l'aide de mon nouveau comité de voisins.

 

On cause, on cause...

 

P.S: Pour Noël, j'aimerais bien un I-PAD

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 58 abonnés

Roms, et qui d'autre?

À propos de l'édition
Issue d'un rassemblement à Montreuil, le 11 septembre 2010, en réponse aux démantèlements de camps, expulsions, circulaires discriminatoires qui frappent les Roms, stigmatisation des «Français d'origine étrangère», cette édition poursuit la réflexion sur la place des étrangers dans la société, les hommes et femmes en migration, la politique gouvernementale en la matière...