Billet de blog 10 juin 2019

Le périph' n'a pas arrêté le sida - Marche des Fiertés en Banlieues, 9 juin 2019

Depuis plus d’un an, Act Up-Paris formule l’équation suivante : Discriminations + Répression = Contaminations. Les banlieues se situent au cœur de ce constat où discriminations et répression de la part de l’État font le lit de l’épidémie.

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cortège d'Act Up-Paris lors de la 1ère Marche des Fiertés des banlieues à Saint Denis (photo Act Up-Paris)

Le périph’ n’a pas arrêté le sida : alors que les contaminations ne diminuent pas et que “l’épidémie cachée” brûle dans les banlieues, elles restent des territoires abandonnés et oubliés de la République.

Aujourd'hui, l’Ile de France demeure la région la plus touchée par l'épidémie de VIH/sida en termes de contaminations. Chaque année, dans cette région, plus de 2 500 personnes sont diagnostiquéEs séropositiVEs au VIH, soit plus d'un tiers des 6 000 nouvelles contaminations par an sur le territoire français. Après Paris, la Seine Saint-Denis et le Val d'Oise sont les deux départements les plus touchés, autrement dit les banlieues parisiennes. Nous ne pouvons que constater les disparités au niveau des populations touchéEs par l'épidémie entre la capitale et ses banlieues. Si dans Paris intra-muros, les nouvelles contaminations concernent essentiellement les personnes LGBTQI+, et plus particulièrement les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes), ce n'est pas le cas de ses banlieues, où la majorité des contaminations concernent des populations hétérosexuelLEs, en particulier des femmes et des hommes néEs à l'étranger.

En Ile-de-France, s'ajoutent aux découvertes de séropositivité un nombre de personnes ignorant leur séropositivité particulièrement important, puisqu'il est estimé à 10 200 personnes, dont 1320 rien qu’en Seine Saint-Denis. Ainsi, les personnes LGBTQI+ de banlieue ne sont pas épargnéEs par l'épidémie, notamment du fait des lgbtiphobies. Ces discriminations ne sont pour autant pas réductibles, comme on voudrait nous le faire croire, aux quartiers populaires ou aux "territoires oubliés de la République".

Ces territoires demeurent abandonnés comme en témoigne la désertification des services publics à laquelle ils font face et le manque de moyens alloués, tant pour l'accès aux droits sociaux : démarches auprès de la CAF, logements sociaux, attribution de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH)... que pour l'accès aux services de soins et de santé : manque criant de structures de soins, de dépistage, de prévention et de réduction des risques, de politiques d’éducation à la santé sexuelle et la sensibilisation aux maladies et infections sexuellement transmissibles, de services d’infectiologie de proximité pour l’accès aux traitements et l’amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH.

Act-Up Paris veut apporter son soutien et en finir avec cette ségrégation spatiale, sociale mais aussi médicale qui attise l’épidémie de VIH/sida, car c'est également dans les banlieues que vivent des populations particulièrement stigmatiséEs et exposéEs. Si le périph' peut constituer aux yeux de certainEs une barrière, il nous faut rappeler que le sida, lui, n'a pas de frontière !

Chaque jour nous offre son lot de dénigrements contre les populations des quartiers populaires et des minorités, de la part de prétenduEs alliéEs dans la lutte contre les lgbtqiphobies. Ces dénonciations des actes lgbtqiophobes, bien que louables au premier abord, ne servent bien souvent que de cache-sexe quant aux véritables intentions de politiques racistes, classistes et ciblées contre les populations des banlieues.

Nous marchons enfin aujourd’hui pour rappeler la convergence des luttes contre le sida qui ont mené leur batailles et gagné leur combats grâce à la coalition de toutes les personnes concernéEs par l’épidémie : trans, putes, gouines, pédés, migrantEs, raciséEs qu’elles habitent dans les banlieues ou non. Ces dernières, au-delà des lgbtqiphobies ou de la sérophobie subissent également racisme, islamophobie et antisémitisme, classisme et violences policières et étatiques au quotidien. 50 ans après les émeutes de Stonewall, il est essentiel de se souvenir que les luttes pour les droits des personnes LBGTIQ+ ont été menées par des personnes queer raciséEs avec qui nous marchons aujourd’hui, que l’homonationalisme blanc et le pinkwashing tentent d’invisibiliser. En vain ! Comme nous le prouve cette première Marche des Fiertés en Banlieues !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie