Bruno-Pascal n’aura pas vu l’abrogation des franchises pour soins

Communiqué d'Act Up-Paris et Act Up Sud-Ouest

 

En fin de matinée, des proches ont retrouvé Bruno-Pascal Chevalier décédé chez lui. Bruno-Pascal était malade du sida, militant. En 2008, il avait mené seul une grève des soins pour protester contre les franchises pour soins. Depuis, il menait plusieurs combats : contre l’oubli des morts du sida au sein du Patchwork des noms ; pour un système de santé réellement publique et réellement solidaire, avec Ensemble pour une santé solidaire.

Act Up-Paris et Act Up Sud-Ouest adressent leur soutien à son compagnon et à ses proches.

Bruno-Pascal à Solidays : cérémonie du Patchwork des noms

Le nom de Bruno-Pascal rejoindra la liste immense de celles et ceux qu’il égrainait dans les cérémonies de recueillement, par exemple aux Solidays. En avril dernier, Bruno-Pascal et le co-président d’Act Up-Paris, Fred Navarro, adressaient un message vidéo furieux et désespéré au candidat Hollande : « Faudra-t-il à nouveau faire grève des soins pour que vous nous écoutiez et supprimer les franchises sur les soins ? ». François Hollande, qui, alors qu’il était député de l’opposition en 2008, avait rendu visite à Bruno-Pascal et lui avait promis de supprimer les franchises, n’aura jamais répondu à ce message vidéo, ne se sera jamais engagé contre cette mesure injuste, discriminatoire et dangereuse. Bruno-Pascal n’aura jamais vu la fin des franchises pour soins ; nous pouvons par ailleurs témoigner de sa colère face à la continuité entre la politique de l’UMP et la politique socialiste en matière de santé.

Si des responsables politiques veulent rendre hommage à Bruno-Pascal Chevalier, qu’ils et elles travaillent à l’abrogation des franchises pour soins, à la suppression de l’interdiction des soins funéraires, à la défense de l’hôpital public, ou encore à une égalité réelle entre couples homos et couples hétéros. La mort de Bruno-Pascal nous désespère et nous met en colère.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.