Billet de blog 27 nov. 2019

2017-2022 : MACRON PROMOTION SIDA

Act Up-Paris est au front dans la lutte contre le VIH/SIDA depuis 30 ans, pour l'accès aux soins pour touTEs, pour défendre avec force l'exceptionnalité du sida, pour lutter contre les discriminations, dans la défense des droits des minorités, des personnes LGBTQI, des travailleurSEs du sexe, des personnes trans et intersexes, des personnes incarcéréEs et des usagerEs de drogues.

Act Up-Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans notre histoire collective de luttes, comme dans nos histoires singulières face au VIH/SIDA, malgré cette possibilité de tomber, de mourir, de disparaître, nous avons été et restons systématiquement confrontéEs à la stigmatisation, au profond et récurrent mépris politique et social : de l'extrême-droite et de leurs porte-flingues médiatiques aux discriminations les plus violentes, assumées avec un sinistre cynisme par Emmanuel Macron et son monde.

Les attaques anti-sociales, xénophobes, contre les quartiers populaires, contre les pauvres, contre les séropos et non contre les causes systémiques de la pauvreté, reflètent l'idéologie létale de la Macronie. Ces attaques frontales décomplexées et répétées à l’encontre des minorités, détruisent les êtres humains et leur imaginaire. Ce gouvernement et sa majorité parlementaire nous assaillent dans notre quotidien. Sans relâche.

Faisant des dépossédéEs, la cible de répressions féroces, ne respectant aucun traité que la France a signé sur les obligations de protections des refugiéEs, des MineurEs EtrangerEs Non AccompagnéEs, les décisions de Macron et de la République En Marche (LREM) déshumanisent nos frères et sœurs dites "EtrangerEs", rendant leur vie la plus sombre possible, en produisant administrativement obstacles après obstacles, une incertitude systématique sur l'existence même d'un lendemain possible.

Cette tension permanente marque physiquement et psychologiquement les hommes, les femmes et les enfants par les politiques votées et portées par la Macronie.

Ces politiques relèvent de la torture. Depuis 30 ans, toujours nous subissons les insultes, les outrages et les mots qui peuvent tuer: "les pédés au bûcher », nous ramenant à une dénomination de sous êtres humains, dont les mouvements réactionnaires de droite et d'extrême-droite sont fervents dans leur haine.

Par ailleurs, nous sommes touTEs concernéEs par la destruction de l'hôpital public, la restriction de l’accès soins et aux droits sociaux les plus élémentaires.

Nous sommes témoins depuis 30 ans des attaques planifiées sur les quartiers populaires pour y semer le désespoir, et réduire l'horizon des possibles, de la liberté d'être soi-même ou de se rêver dans l'avenir.

Nous comptons année après année les suicides de jeunes LGBTQI, les meurtres de travailleuses et travailleurs du sexe, les traques aux usagerEs de drogues, les assassinats ou les suicides de personnes trans et la mise en danger des personnes incarcéréEs faute de prévention et d'accès aux soins.

Nous sommes témoins du dynamitage de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur, de la santé des plus précaires, des transformations déchirantes à l'oeuvre ouvrant l'embourgeoisement et facilitant l'effacement de l'empreinte du temps, des combats antiracistes, sociaux, politiques et donc des ombres des disparuEs et des luttes victorieuses de ces espaces de vies urbains.

Depuis toutes ces années, nous sommes dans la rue, et la réponse des pouvoirs publics est toujours la même : répression, restriction des libertés publiques et individuelles, démembrement des services publics. Les uns après les autres, les gouvernements enchaînent férocement les mesures néo-libérales, ne jurent que par la rentabilité, multiplient les lois xénophobes, et entravent l'accès aux droits et aux soins pour les dépossédéEs.

Gabriel Attal, produit de l'inceste social, miroir déformant de la bourgeoisie réactionnaire va t'en guerre, annonce avec obscénité que grâce à l'existence des associations tellement sous-financées, elles permettent à l’Etat de faire des économies dans la lutte contre la précarité. Attal assume sans vergogne que les pauvres doivent se débrouiller touTEs seulEs, isolés et assignés dans un territoire souvent loin des parcours de soin ou de prise en charge administrative. Par son geste hautement politique et par la lettre qu'il prit le temps d'écrire et relayée par Solidaires Etudiant-e-s Lyon, Anas k. révèle par son courage le vrai visage de cette Macronie.

Nous ne sommes pas dupes. Lucides et sachant combien la vie est éphémère. Cette pandémie aux multiples visages demeure sans que les moyens nécessaire soient mis en oeuvre pour l'endiguer enfin : dépistage, prévention, information, accès aux soins pour touTEs, renforcement des systèmes de santé et lutte contre la sérophobie.

NON LE SIDA N'EST PAS FINI. IL NE LE SERA NI DEMAIN NI APRES DEMAIN !

Nous accusons Emmanuel Macron comme promoteur du Sida par un délitement éthique et une ignorance crasse des enjeux de santé publique, détruisant ainsi nos vies et nos espoirs collectifs. Sa responsabilité est historique en reniant toute responsabilité de la conscience.

Par son acharnement à disloquer les acquis sociaux, par son mépris des personnes vulnérables, démuniEs, Macron met en danger la vie des malades, ordonnances après ordonnances, lois après lois, décrets après décrets. Les personnes vivant avec le VIH et les populations dites « clés » sont touchées de plein fouet par l’ensemble de ces régressions qui, si elles profitent aux unEs, en assassinent d’autres. Le président Macron est aujourd’hui un vecteur de la pandémie du VIH/SIDA.

Act Up-Paris est solidaire des résistances et des ripostes aux mesures anti-sociales orchestrées par Macron et son gouvernement. Plus que jamais lutter contre le SIDA c’est lutter contre toute forme de discrimination, c’est lutter contre la précarité organisée, c’est lutter contre la stigmatisation, contre les violences d’Etat, contre les répressions, aux cotés des minorités, des communautés les plus ciblées.

Act Up-Paris exige :

⁃ le maintien de l'accès à la complémentaire santé solidaire pour tout demandeur d'asile sans délais de carence,

⁃ l'intégration de l'Aide Médicale d'Etat (AME) au droit commun de la Sécurité Sociale,

⁃ l'accès au matériel d'injection stérile en milieu carcéral,

⁃ l'accès universel au dépistage VIH/VHC/VHB/IST,

⁃ la démédicalisation et la déjudiciarisation des parcours de transition,

⁃ l’arrêt des mutilations intersexes,

⁃ l'abrogation de la loi de pénalisation des clients d'avril 2016,

⁃ l'abrogation de la loi de 1970 relative à l'usage de stupéfiants,

⁃ la mise en examen d'Agnès Buzyn et Christophe Castaner pour mise en danger de la vie d’autrui.

Associations et organisations signataires :

ACORT, CLAQ, Collectif Archives LGBTQI, Collectif des étudiant-e-s étranger-e-s de Lyon, FièrEs, Le Genepi, Collectif Irrécupérables, Pour une Ecologie Populaire et Sociale, Solidaires Etudiant-e-s Syndicat de Lutte, STRASS, SUD éducation 93,

Personnalités signataires :

- Juan Branco, avocat et journaliste

- Jean-Baptiste Carhaix, photographe

- Laurence De Cock, historienne et essayiste

- Sonia Fayman, sociologue et militante

- Elliot Imbert, médecin

- Omar Slaouti, membre du collectif Rosa Parks

- Jean-Luc Verna, artiste

(signatures en cours)

Affiche d'Act Up-Paris pour le 1er décembre 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin