Billet de blog 3 janv. 2022

COVID-19 : ne pas céder aux provocations inéthiques et dangereuses

La situation de crise que connaissent les hôpitaux de ce pays appelle des débats dignes, qui s'appuient sur des preuves scientifiques solides et qui respectent l'éthique. Nous appelons à combattre les propositions inéthiques et dangereuses concernant les personnes non-vaccinées.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – 3 janvier 2022

OTMeds – Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament

La situation de crise que connaissent les hôpitaux de ce pays appelle des débats dignes, qui s'appuient sur des preuves scientifiques solides et qui respectent l'éthique. Nous appelons à combattre les propositions inéthiques et dangereuses faites sur les réseaux sociaux, notamment par l'intermédiaire d'une tribune publiée le 2 janvier 2022 dans le Journal du dimanche, concernant les personnes non-vaccinées : « rédiger des directives anticipées pour dire si elles souhaitent ou non être réanimées en cas de forme grave de Covid ». Prise au pied de la lettre, cette proposition pourrait être interprétée comme un appel fait aux non-vaccinés à renoncer à des soins de réanimation, donc à envisager de possiblement mourir pour ne pas engorger les services hospitaliers.

Les vingt dernières années de politique d'austérité ont vulnérabilisé les hôpitaux publics. La gestion catastrophique de l'épidémie par le gouvernement a aggravé la situation. Au vu de la cinquième vague, de la saturation des services, des dilemmes éthiques qu'elle impose, des pertes de chances pour d'autres patients, de l'épuisement des personnels, la situation semble désespérée. Nous avons plus que jamais besoin d'un débat qui replace l'éthique, la dignité humaine et les acquis de la santé publique au centre de l'action politique. Or, les idées circulant sur les réseaux sociaux et relayées notamment dans une tribune du JDD de ce dimanche 2 janvier vont dans le sens contraire. Ces propositions soulèvent de nombreuses questions :

  • Cette proposition s'inscrit dans une logique libérale des politiques de santé, selon laquelle la responsabilité individuelle doit primer. Quelles seraient les prochaines étapes ? Ne plus soigner un usager de drogues malade d'une hépatite virale ? Faire payer la prise en charge de son cancer du poumon à un fumeur ? Mettre une amende à un diabétique qui ne respecte pas son régime ?

  • Les études en santé publique sur l'adhésion vaccinale n'ont jamais démontré que la stigmatisation induite par ce type de proposition ait une quelconque efficacité. Au contraire, elle a des effets néfastes : par exemple, la honte induite peut retarder le moment où une personne non vaccinée et contaminée sollicitera une aide ou se fera dépister.

  • Ce genre de provocation empêche de discuter de mesures efficaces : la lutte contre les inégalités en santé, le financement de stratégies d'aller vers, l'appui sur des stratégies de santé communautaire, des campagnes d'information claire sur tous les outils de prévention, présentant clairement l'intérêt et les limites de chacun d'entre eux et la nécessité de les combiner.

  • Le droit de mourir dans la dignité est un sujet essentiel. La nécessaire information sur la rédaction de directives anticipées mérite mieux qu'un tel détournement qui ne vise que la provocation gratuite.

Nous appelons chaque personnalité publique à appuyer ses interventions sur des principes d'éthique, de dignité et de scientificité. La crise en cours les rend encore plus nécessaires. Nous appelons les médias à fixer enfin des limites dans la publicité qu'ils accordent à des provocations inéthiques et dangereuses.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart