Billet de blog 3 août 2020

Isoniazide et rifapentine: notre courrier à Sanofi

Aujourd'hui, OTMeds adresse avec Treatment Action Group (TAG) un courrier à Sanofi, qui cherche à breveter des combinaisons de deux antituberculeux, l'isoniazide et la rifapentine, alors que la firme n'a découvert aucune de ces molécules. Nous demandons à Sanofi de retirer ses demandes de brevets là où elles sont encore en cours d'examen, et ses brevets partout où ils ont été délivrés.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sanofi cherche depuis 2013 à breveter des combinaisons de deux molécules utilisées contre la tuberculose: l'isoniazide et la rifapentine. L'innocuité et l'efficacité de ces combinaisons ont été démontrées principalement grâce à de l'argent public. Sanofi n'a découvert aucune de ces deux molécules, respectivement mises sur le marché en 1952 et 1998. Nous demandons au laboratoire de retirer ses demandes de brevets là où elles sont encore en cours d'examen, et ses brevets, partout où ils ont été déjà été délivrés.


Suite à la médiatisation de ces demandes de Sanofi, ainsi qu'aux actions légales entamées par la société civile dans différents pays dont Inde, Sanofi a retiré ses demandes de brevets en Indonésie, à l'Office européen des brevets (OEB), puis en Inde. Nous demandons à Sanofi d'en faire de même dans tous les autres pays où les demandes de brevets sont encore en cours d'examen, et de renoncer à ses brevets dans tous les pays où ils ont déjà été délivrés. 

Nous le répétons : qu'une firme puisse breveter deux molécules qu'elle n'a pas découvertes et dont l'efficacité a été démontrée grâce à de l'argent public est une preuve du profond dysfonctionnement du système des brevets.


Notre courrier à Sanofi :

De : Treatment Action Group (TAG) & l’Observatoire de la transparence dans les politiques

du médicaments (OTMeds)

To : M. Paul HUDSON

PDG de Sanofi

Sanofi : 54, rue La Boétie

75008 Paris France

C.C : M. Olivier BOGILLOT, M. John REED, M. Olivier CHARMEIL, Mme Karen LINEHAN, M. Philippe LUSCAN 

Objet : Brevets WO2015011161/WO2015011162 et accès aux médicaments pour prévenir la tuberculose à travers le monde

New York City, Paris — 3 août 2020

Monsieur,

Depuis 2013/2014, Sanofi cherche à breveter deux combinaisons évidentes de deux molécules essentielles utilisées dans la prévention de la tuberculose : la rifapentine et l’isoniazid. Treatment Action Group (TAG) et l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds) ont souligné le fait que la rifapentine et l’isoniazid sont des biens publics mondiaux et doivent rester dans le domaine public1 . La rifapentine et l’isoniazid ont tous deux été découverts il y a des décennies, et aucune par votre firme. L’isoniazid n’a jamais été brevetée, et les principaux brevets sur la rifapentine ont expiré depuis longtemps. Par ailleurs, l’innocuité et l’efficacité de leur combinaison pour prévenir la tuberculose ont été principalement démontrées grâce à une recherche financée par des fonds publics2 . Aucune firme ne devrait pouvoir s’emparer de deux médicaments dans le domaine public et privatiser leur combinaison.

Votre firme cherche à obtenir deux brevets sur ces molécules : l’un sur une combinaison de rifapentine et d’isoniazid pour les adultes (WO2015011161), et l’autre sur une formulation soluble pour les jeunes enfants (WO2015011162). Ces combinaisons « 3HP » sont recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans la prévention de la tuberculose.

Après les oppositions aux brevets « pré-octroi » déposées par des organisations de la société civile dans différents pays, et une communication dans les médias, en décembre 2019, Sanofi a retiré ses demandes de brevets auprès de l’Office européen des brevets (OEB) et en Indonésie3 . En avril 2020, vous avez aussi retiré ces demandes en Inde. Bien que nous saluons le fait que vous ayez retiré ces demandes en Inde, en Indonésie et à l’OEB, nous restons extrêmement inquiets de voir que Sanofi tente encore d’obtenir ces brevets dans d’autres pays comme le Brésil, le Nigéria, l’Algérie, l’Égypte, le Chili, la Colombie, l’Équateur, le Mexique, la Malaisie, le Vietnam et la Thaïlande.

Nous vous exhortons à retirer ces demandes devant toutes les juridictions où la décision reste en suspens.

Nous vous demandons également de retirer tous vos brevets dans les pays où ils ont été délivrés notamment en Afrique du Sud, en Chine, aux États-Unis, en Russie et en Australie4. Personne ne comprendrait la décision de votre firme de continuer à chercher à obtenir un monopole sur un traitement préventif de la tuberculose, notamment dans des pays fortement touchés par la tuberculose, et encore moins pour une combinaison de deux médicaments vieux de plusieurs décennies que Sanofi n’a même pas découvert lui-même.

La rifapentine et l’isoniazid sont des biens communs et doivent rester dans le domaine public.

Nous vous serions reconnaissants de revenir vers nous à ce sujet aux adresses :

mike.frick@treatmentactiongroup.org et/ou contact@transparencemedicaments.net

Cordialement,

Mike FRICK

Co-directeur du projet Tuberculose

Treatment Action Group

Jérôme MARTIN et Pauline LONDEIX

Co-fondateurs

OTMeds (Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament)

1Cf. : « Sanofi brevète deux combinaisons de médicaments sur le marché depuis 1952 et 1998 »

https://blogs.mediapart.fr/edition/transparence-dans-les-politiques-du-medicament/article/071219/sanofi-brevete-deux-combinaisons-de-medicaments-sur-l

Et en anglais « Treatment Action Group Applauds Indian TB Activists in Opposing Patents for Critical TB Prevention Drugs »

https://www.treatmentactiongroup.org/statement/treatment-action-group-applauds-indian-tb-activists-in-opposing-patents-for-critical-tb-prevention-drugs/

2L’histoire du développement de la rifapentine et de l’isoniazid, et les tentatives de Sanofi de breveter deux combinaisons de ces médicaments, ont été largement documentés dans un rapport de TAG en anglais : « Isoniazid/Rifapentine (3HP) Access Roadmap and Patent Landscape » :

https://www.treatmentactiongroup.org/publication/isoniazid-rifapentine-3hp-access-roadmap-and-patent-landscape/

3Cf. (en anglais) : “Sanofi retire deux demandes de brevets sur des medicaments vitaux contre la tuberculose, en Europe et en Indonésie

https://www.treatmentactiongroup.org/statement/sanofi-withdraws-two-patent-applications-on-life-saving-tuberculosis-prevention-drugs-in-europe-and-in-indonesia/

4WO2015011161 a été délivré en Australie, en Russie et en Afrique du Sud.

---
Pour aller plus loin sur le sujet :
Voir le rapport publié par TAG sur les brevets de cette combinaison : "3HP", ainsi que sur l'histoire du développement des deux molécules.
Communiqué de presse de TAG (décembre 2019) :
Treatment Action Group (TAG) félicite les activistes indiens pour leurs oppositions aux brevets sur des médicaments utilisés en traitement préventif de la tuberculose.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique