Billet de blog 10 avr. 2020

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

COVID-19 et pénurie de médicaments essentiels: appel au conseil scientifique

Quatre organisations (le Collectif Inter-Urgences, le Collectif Inter-Hôpitaux, Aides et l'Observatoire) écrivent au Conseil scientifique auprès du gouvernement sur la réponse à apporter au COVID-19. Elles lui demandent des recommandations sur les pénuries et tensions de médicaments essentiels. Voici leur courrier.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aux membres du comité scientifique sur le COVID-19

M. Jean-François Delfraissy
Mme Laëtitia Atlani-Duault 
M. Daniel Benamouzig 
Mme Lila Bouadma 
M. Simon Cauchemez 
M. Pierre Louis Druais 
M. Arnaud Fontanet
M. Bruno Lina 
M. Denis Malvy 
M. Yazdan Yazdanapanah 
M. Franck Chauvin

Objet : Pénuries de médicaments, avis urgent du comité scientifique

Paris, le 10 avril 2020

Mesdames, Messieurs les membres du comité,

Nous vous sollicitons afin que vous émettiez un avis et des recommandations sur la prévention et la gestion des pénuries de médicaments. Les tensions actuelles sur de nombreuses molécules – sédatifs, curares, antibiotiques, notamment - sont dans certains cas si graves qu'il convient bien de parler de pénuries. Elles augurent d’un accès limité aux traitements actifs contre le virus s’ils sont rapidement trouvés.

Contrairement aux engagements pris par le gouvernement en faveur d’une communication transparente, aucune annonce officielle sur les mesures prises n'a été faite. Les ministères et leur cabinet ne répondent pas à nos sollicitations, ni aux propositions de pistes de travail que nous leur fournissons – par exemple des contacts de producteurs que nous savons disponibles, prêts à exporter vers la France, et qui ne semblent pas encore avoir été contactés.

Le gouvernement s'en est peut-être emparé, il travaille peut-être à des solutions à moyen et long terme, mais ne le fait pas savoir. La réalité de terrain qui s'aggrave, la vision à court terme des stocks et des livraisons donnent cependant le sentiment que l'action gouvernementale est, depuis quinze jours que l'alerte a été donnée, limitée à une répartition des stocks au coup par coup, et des conseils pour économiser ou remplacer des produits, sans stratégie au long terme. Il en est de même pour les recommandations de la commission européenne présentées le 8 avril.

Les conséquences sont d'ores et déjà dramatiques. Les économies et utilisation de substituts amènent à un rabaissement du standard de soins qui éprouve familles et soignant-es. Une mort digne, sans souffrance, n'est plus garantie dans certains services. La répartition à vue des stocks entraine un effet domino avec des tensions de médicaments ou des pénuries non plus seulement en réanimation, mais aussi en soins palliatifs, en gériatrie, dans les EPHAD, en pharmacie de ville. Les alertes concernent aussi des médicaments comme le Kaletra, antirétroviral utilisé dans la prise en charge du VIH, et qui se retrouve en tension du fait de l'accroissement de la demande dans le cadre d'essai contre le virus du COVID-19.

Votre avis est nécessaire, car les recommandations existantes (OMS, 2016 ou l'avis du CCNE du 13 mars 2020), bien qu'indispensables, sont insuffisantes : elles se concentrent sur la gestion éthique de la pénurie. Il est nécessaire de conseiller l'action gouvernementale en ayant expertisé l'ampleur du problème et de ses causes.

La hausse exponentielle de la demande mondiale est bien évidemment un facteur conjoncturel qui explique ses pénuries. Mais ne s'en tenir qu'à cette réalité, indéniable, pour justifier de simples mesures de répartition des stocks en attendant une baisse de la demande, c'est négliger que ce facteur conjoncturel se greffe sur un contexte de vulnérabilité et de dépendance de la France et de l'Europe en matière de production de médicaments. Nous sommes dépendant-es à 80 % de l'étranger, notamment de la Chine et de l'Inde pour la production de matières premières et de médicaments. Des solutions viables ne peuvent ignorer ce fait, pas plus qu'elles ne peuvent ignorer la nécessité d'une coopération européenne, pour le moment quasi-inexistante.

Il nous semble donc essentiel d’émettre un avis et des recommandations gouvernementales, d'une part sur les réponses à court terme, en réaffirmant notamment les principes éthiques qui doivent gouverner la gestion des pénuries ; mais aussi en expertisant la situation mondiale, le marché du médicament et de la matière première pour proposer les conduites à tenir concernant l’identification de producteurs disponibles, le recueil et la centralisation des stocks et des besoins, la planification des réponses, la stimulation de la production locale — autant d'actions qui nous semble indispensables de placer sous le signe des réquisitions.

Cet avis devrait sécuriser les prises en charge dans les services de réanimation comme dans ceux de soins palliatifs mais il permettrait de plus l’accès large aux molécules éventuellement efficaces pour le traitement du COVID (Tociluzimab, Anakinra…)

Nous tenons à votre disposition documentation et interlocuteur-rices pour nourrir votre réflexion.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions d'agréer l'expression de nos salutations distinguées,

OTMeds – CIH – CIU – Aides

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org