Billet de blog 12 janv. 2021

Les politiques de santé publiques ne doivent pas être confiées à des cabinets privés

Le gouvernement a sollicité des cabinets privés pour guider la campagne de vaccination contre le COVID-19. Ces sollicitations signent la capitulation de l’exécutif qui franchit une nouvelle étape dans la privatisation des politiques de santé, et qui en parallèle refuse toute expertise de la société civile. L'exécutif montre ainsi l’étendue de son incompétence. Il doit répondre à nos questions.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse de l'Observatoire de la Transparence dans les politiques du médicament (OTMEDs) - mardi 12 janvier 2021

Le gouvernement a sollicité des cabinets privés (McKinsey, Accenture, Citwell, JLL) afin de guider la campagne de vaccination contre le COVID-19. Ces sollicitations signent bien la réelle capitulation de l’exécutif qui franchit une nouvelle étape dans la privatisation des politiques de santé, et qui en parallèle refuse toute expertise de la société civile. Par ces sollicitations, l’exécutif montre l’étendue de son incompétence.

Ces choix du gouvernement, opérés en toute opacité, soulèvent plusieurs questions :

  • Pourquoi le gouvernement a-t-il refusé l'expertise de la société civile, pourquoi la refuse-t-il encore et préfère-t-il dépenser l'argent public pour des prestations privées ? Dès le 5 mars, date où Emmanuel Macron a annoncé des financements à la recherche contre le COVID-19, le gouvernement aurait dû solliciter les associations travaillant à la promotion de la santé publique, les médecins généralistes, les élus locaux, les professionnels ayant l'expérience de gestion de crise et tout un spectre de la société civile afin d'élaborer des scénarios de campagne vaccinale pour être prêts au niveau logistique dès les vaccins mis au point.

  • Quel est le contenu des contrats qui lient ces sociétés à l'État ? Le gouvernement doit les rendre publiques et préciser les mandats confiés, la répartition des rôles avec les agents de la fonction publique.

  • Combien cela coûte-t-il ? Le cabinet McKinsey toucherait deux millions d'euros mensuels pour sa prestation. Le gouvernement doit rendre publiques devis et factures de toutes les agences consultées.

  • Le travail de ces agences privées se fait-il au seul service de l'intérêt commun ? L'ensemble des liens d'intérêts des employés de ces cabinets doit être rendu publique.

  • L’efficacité de ces agences privées est-elle garantie ? Des agences comme McKinsey sont connues dans le milieu du développement et de la santé mondiale pour avoir démontré leur peu d’efficacité avec les pays en développement. Pourquoi s’adresser à elle ?

  • Pourquoi le gouvernement refuse-t-il le travail des fonctionnaires d'État et des institutions en charge ? Où se situent les causes qui font que le fonctionnement normal de l'appareil d'État s'avère incapable d'élaborer une stratégie pertinente pour une campagne vaccinale ? Sur la base des audits et rapports déjà existants, il est urgent, pour améliorer nos réponses futures à des crises sanitaires et assurer celle contre le COVID-19, de savoir quelle est la part de responsabilités des politiques et des fonctionnaires, dans ces dysfonctionnements, ce qu'il faut faire en matière de formation, de communication inter-services pour permettre aux agents publics de répondre correctement à une situation de crise. Il ne faut pas attendre les procès éventuels ou les travaux, nécessaires, des sociologues, pour commencer un diagnostic sur ce sujet.

Ces douze derniers mois ont montré que la privatisation de la recherche, du développement et de la production des médicaments et produits de santé, dont les vaccins et des diagnostics, dans des logiques de profits, étaient vouées à l’échec. Nous refusons que cette privatisation soit étendue et que les stratégies en santé soient élaborées par des groupes privés. Un pays comme la France, 6ème puissance économique mondiale, doit développer et mettre en place elle-même ses politiques publiques en santé et mettre en place une réelle politique de démocratie sanitaire.

Les réponses doivent être apportées sans délai.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier