Billet de blog 12 mars 2020

COVID-19/ Mesure d'urgence n°1: transparence du financement de la recherche

La crise causée par le COVID-19 révèle la justesse du constat de tous ceux qui dénoncent la privatisation de la santé et les conséquences dramatiques des politiques d'austérité, qui mettent en danger la population, car en cas de grave pandémie, notre système n’est pas prêt à faire face à l’urgence. Nous proposons 5 mesures d'urgence. Mesure n°1: transparence du financement de la recherche

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mesure n°1 : La mise en place immédiate de la transparence sur le financement de la recherche et du développement (R&D), notamment publique

(L’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament propose, à côté des nécessaires dispositions d'hygiène, de précaution et de confinement, 5 mesures d’urgence qui doivent être reprises par l’exécutif)

  • Mesure à prendre : le gouvernement doit s'assurer de la traçabilité du soutien public aux groupes privés, en assurant toute la transparence, par décret, comme l’exigeait l’amendement qui avait été adopté par les parlementaires en décembre dernier avant d’être censuré par le conseil constitutionnel le 20 décembre 2019. Ce décret doit aller plus loin et également exiger des firmes pharmaceutiques la transparence sur leurs contributions réelles à la R&D. Le gouvernement doit s’assurer que le prix des médicaments et produits de santé qui en découleront éventuellement prendra en compte ce soutien et également que ces produits seront disponibles et accessibles dans d’autres pays. Il faut en finir avec la logique de gaspillage qui veut que l'investissement et le risque liés à la recherche soient publics, mais les profits privés ; et que nous payons au moins deux fois pour les mêmes produits de santé, à travers le soutien à la recherche et à travers les remboursements de l’Assurance Maladie.

[1]"Dans mon équipe, nous avons participé à des réseaux collaboratifs européens, ce qui nous a conduits à trouver des résultats dès 2004. Mais, en recherche virale, en Europe comme en France, la tendance est plutôt à mettre le paquet en cas d’épidémie et, ensuite, on oublie. Dès 2006, l’intérêt des politiques pour le SARS-CoV avait disparu ; on ignorait s’il allait revenir. L’Europe s’est désengagée de ces grands projets d’anticipation au nom de la satisfaction du contribuable.  [...] J’ai pensé au Crédit Impôt Recherche, passé de 1.5 milliards à 6 milliards annuels (soit deux fois le budget du CNRS) sous la présidence Sarkozy. J’ai pensé au Président Hollande, puis au Président Macron qui ont continué sciemment ce hold-up qui fait que je passe mon temps à écrire des projets ANR. J’ai pensé à tou·tes mes collègues à qui l’ont fait gérer la pénurie issue du hold-up."

[2]Alors que le laboratoire Sanofi reçoit 150 millions d'euros par an au titre du Crédit Impôt Recherche, il a supprimé en dix ans plus de 2000 postes de chercheurs et abandonné tout travail sur Alzheimer et de nombreuses autres pathologies. Cf. notamment les graphiques réalisés par les employé-es de Sanofi  au sein du collectif "Anti-Sanofric", La Lutte des Sanofi pour les Nuls, page 60.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce finalement à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Violences conjugales : le retrait in extremis du candidat Jérôme Peyrat
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix