Billet de blog 14 oct. 2020

Notre réaction aux annonces d'Emmanuel Macron

« Le couvre-feu, la réduction des plaisirs, des relations sociales ne sont nécessaires que parce que la santé publique, le respect des recommandations médicales et l'hôpital sont sacrifiés à l'autel d'un dogmatisme austéritaire et d'une vision de la citoyenneté inepte, reposant sur la seule responsabilité individuelle. »

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

OTMEDS - Communiqué de presse – 14 octobre 2020

L'intervention du Président de la République et les mesures annoncées sont dans la continuité de sa politique depuis le début de la crise sanitaire : légères sur le plan scientifique, sans moyens matériels, sans égard pour les priorités de l'épidémie.

En affirmant que les échanges privés sont les facteurs les plus importants de propagation de l'épidémie, le Président de la République ment : le milieu scolaire et le milieu du travail sont les premiers touchés. Ce mensonge se rajoute à ceux déjà énoncés par le pouvoir en mars et avril au sujet des masques ou du dépistage. Emmanuel Macron porte une lourde responsabilité dans la dégradation de l'image de la science, tant son gouvernement a dévoyé les recommandations et le consensus pour dissimuler pénuries, manque de moyens et choix politiques désastreux. A cet égard, l'inflation d'infodémie et de discours complotiste n'est que la contrepartie des fautes graves de ce gouvernement à l'égard des recommandations médicales.

Aucun moyen n'a été donné à la santé publique. Le dépistage, depuis mars, n'a pas été pensé, et fait l'objet de décisions improvisées, qui témoignent d'une incompétence généralisée et d'un manque de coordination réelle. Interrogé sur ce sujet, le président a été incapable de présenter une stratégie de dépistage pensée, planifiée, qui tienne compte des erreurs passées. Il a fait porter l'échec sur la seule technique utilisée, et n'a présenté de solutions que techniques : les tests antigéniques, pourtant recommandés avec beaucoup de prudence par la HAS, ou une nouvelle application après l'échec cuisant de Stop Covid.

Aucune campagne d'information claire sur toutes les questions que peut poser l'application des gestes barrières n'a été financée. Aucun moyen supplémentaire n'a été donné pour ralentir l'épidémie à l'école. Il n'y a même pas de référent COVID-19 à l'académie de Créteil.

Aucune moyen matériel n'a été donné à l'hôpital public. Bien au contraire, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit, une fois mis de côté la faible revalorisation salariale des soignants, une diminution des moyens pour accueillir et soigner. En pleine crise sanitaire, Emmanuel Macron sacrifie l'hôpital public. Dans le même temps, il refuse de faire la transparence sur les milliards d'euros de subventions publiques accordées aux multinationales du médicament, sans contrepartie de leur part.

Rien ne semble avoir été fait pour éviter des pénuries de médicaments qui ont accablés patients et équipes soignantes en avril et mai. Bien au contraire, le ministre de la santé Olivier Véran vient de trancher en faveur des industriels en réduisant le délai de stock qu'ils doivent faire pour éviter des ruptures.

Dans de telles conditions, l'hôpital ne peut pas faire face à une nouvelle vague. Rien de tout cela n'était fatal, et des décisions politiques et économiques auraient dû être prises. Emmanuel Macron a refusé de le faire. Dès lors, le couvre-feu, la réduction des plaisirs, des relations sociales ne sont nécessaires que parce que la santé publique, le respect des recommandations médicales et l'hôpital sont sacrifiés à l'autel d'un dogmatisme austéritaire et d'une vision de la citoyenneté inepte, reposant sur la seule responsabilité individuelle.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo