Billet de blog 14 oct. 2020

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Notre réaction aux annonces d'Emmanuel Macron

« Le couvre-feu, la réduction des plaisirs, des relations sociales ne sont nécessaires que parce que la santé publique, le respect des recommandations médicales et l'hôpital sont sacrifiés à l'autel d'un dogmatisme austéritaire et d'une vision de la citoyenneté inepte, reposant sur la seule responsabilité individuelle. »

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

OTMEDS - Communiqué de presse – 14 octobre 2020

L'intervention du Président de la République et les mesures annoncées sont dans la continuité de sa politique depuis le début de la crise sanitaire : légères sur le plan scientifique, sans moyens matériels, sans égard pour les priorités de l'épidémie.

En affirmant que les échanges privés sont les facteurs les plus importants de propagation de l'épidémie, le Président de la République ment : le milieu scolaire et le milieu du travail sont les premiers touchés. Ce mensonge se rajoute à ceux déjà énoncés par le pouvoir en mars et avril au sujet des masques ou du dépistage. Emmanuel Macron porte une lourde responsabilité dans la dégradation de l'image de la science, tant son gouvernement a dévoyé les recommandations et le consensus pour dissimuler pénuries, manque de moyens et choix politiques désastreux. A cet égard, l'inflation d'infodémie et de discours complotiste n'est que la contrepartie des fautes graves de ce gouvernement à l'égard des recommandations médicales.

Aucun moyen n'a été donné à la santé publique. Le dépistage, depuis mars, n'a pas été pensé, et fait l'objet de décisions improvisées, qui témoignent d'une incompétence généralisée et d'un manque de coordination réelle. Interrogé sur ce sujet, le président a été incapable de présenter une stratégie de dépistage pensée, planifiée, qui tienne compte des erreurs passées. Il a fait porter l'échec sur la seule technique utilisée, et n'a présenté de solutions que techniques : les tests antigéniques, pourtant recommandés avec beaucoup de prudence par la HAS, ou une nouvelle application après l'échec cuisant de Stop Covid.

Aucune campagne d'information claire sur toutes les questions que peut poser l'application des gestes barrières n'a été financée. Aucun moyen supplémentaire n'a été donné pour ralentir l'épidémie à l'école. Il n'y a même pas de référent COVID-19 à l'académie de Créteil.

Aucune moyen matériel n'a été donné à l'hôpital public. Bien au contraire, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit, une fois mis de côté la faible revalorisation salariale des soignants, une diminution des moyens pour accueillir et soigner. En pleine crise sanitaire, Emmanuel Macron sacrifie l'hôpital public. Dans le même temps, il refuse de faire la transparence sur les milliards d'euros de subventions publiques accordées aux multinationales du médicament, sans contrepartie de leur part.

Rien ne semble avoir été fait pour éviter des pénuries de médicaments qui ont accablés patients et équipes soignantes en avril et mai. Bien au contraire, le ministre de la santé Olivier Véran vient de trancher en faveur des industriels en réduisant le délai de stock qu'ils doivent faire pour éviter des ruptures.

Dans de telles conditions, l'hôpital ne peut pas faire face à une nouvelle vague. Rien de tout cela n'était fatal, et des décisions politiques et économiques auraient dû être prises. Emmanuel Macron a refusé de le faire. Dès lors, le couvre-feu, la réduction des plaisirs, des relations sociales ne sont nécessaires que parce que la santé publique, le respect des recommandations médicales et l'hôpital sont sacrifiés à l'autel d'un dogmatisme austéritaire et d'une vision de la citoyenneté inepte, reposant sur la seule responsabilité individuelle.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Élu de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

Présidentielle 2022 : les comptes de campagne validés, Marine Le Pen en attente

La candidate d’extrême droite conteste les conclusions de la commission de contrôle sur le remboursement de sa campagne. Tous les autres comptes sont définitivement validés. Des irrégularités mineures ont été détectées, notamment dans la campagne d’Emmanuel Macron.

par Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André