Billet de blog 18 nov. 2022

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Sur les pénuries d’antibiotiques

Lors d’une réunion d’urgence avec les associations de patient-es, qui s’est tenue jeudi 17 novembre au soir, l’agence française du médicament (ANSM) a (enfin) communiqué sur les pénuries et ruptures de médicaments qui touchent les antibiotiques, dont l’amoxicilline.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – Vendredi 18 novembre 2022

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicaments (OTMeds)

« Ce qui nous inquiète, c'est que par effet domino,

ça touche tous les médicaments de cette classe thérapeutique »,

précise ce vendredi 18 novembre matin sur RMC, Pauline Londeix

Cofondatrice de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament.

https://rmc.bfmtv.com/actualites/societe/sante/craintes-sur-l-amoxicilline-antibiotique-phare-pour-les-enfants-bientot-en-rupture-de-stock_AN-202211180117.html

Lors d’une réunion d’urgence avec les associations de patient-es, qui s’est tenue jeudi 17 novembre au soir, l’agence française du médicament (ANSM) a (enfin) communiqué sur les pénuries et ruptures de médicaments qui touchent les antibiotiques, dont l’amoxicilline. Il s'agit de médicaments essentiels de l’arsenal thérapeutique. OTMeds déplore le manque de proactivité des autorités sanitaires ces dernières semaines, et d’une manière générale depuis plusieurs années, pour prévenir les ruptures et pénuries qui mettent la vie des usagers et des malades en danger.

  • L’alerte lancée ce matin par l'Agence du médicament (ANSM) est très tardive : cela fait des semaines que les médias américains titrent sur les pénuries et tensions de l'amoxicilline, cet antibiotique très courant. Cela interroge sur la réactivité et la pro-activité de notre système de veille.

  • Depuis plusieurs semaines, cliniciens et praticiens hospitaliers alertent sur les tensions qui touchent cette classe thérapeutique. OTMeds a enquêté auprès de différents acteurs clefs du secteur thérapeutique et lancé des alertes en sous-marin pendant cette période pour analyser les causes spécifiques pouvant expliquer ces ruptures.

  • Les mesures mises en place par les autorités sanitaires françaises pour faire face aux pénuries reposent principalement sur une limitation de l’usage des antibiotiques jusqu’à la livraison du prochain stock début 2023. Elles sont donc tardives et ne s’attaquent pas aux causes structurelles, car sans augmentation de la production, la marge de manœuvre est très réduite.

  • Les associations de patients et la société civile ont été mises devant le fait accompli de décisions prises sans eux. Sans s’appuyer sur la démocratie sanitaire, les politiques risquent de ne pas être aussi efficaces que si elles avaient été anticipées.

  • L’effet domino causé par le recours à des antibiotiques de substitution doit être anticipé, pour réduire le risque d’autres pénuries, mais aussi celui des résistances, causées par des mésusages.

  • D’autres classes thérapeutiques risquent d’être affectées.

  • Les tensions et pénuries sont en partie dues à une augmentation de la demande qui était prévisible au vu de la persistance du COVID et la prégnance des épidémies saisonnières qui peuvent générer des infections bactériennes.

  • Avec le COVID, les besoins d’antibiotiques avaient baissé. Guidée par des logiques commerciales d’offre et de la demande, qui entrainent une production à flux tendu, la fabrication d’antibiotiques avait suivi à la baisse et mettra du temps à s’adapter aux nouveaux besoins. Il est nécessaire de sortir les médicaments essentiels de cette logique marchande et de mettre en place une planification sanitaire.

  • La concentration de la production de la matière première, notamment en Chine et en Inde, fragilise un peu plus la chaine d'approvisionnement. C’est d’autant plus vrai dans un contexte géopolitique tendu, sur lequel nous ne cessons d’alerter.

  • En parallèle, la crise de l’énergie impacte directement les producteurs de matière première pharmaceutique qui ferment des sites de production. Cette crise est partie pour durer et une production au moins en partie publique doit être lancée au plus vite et s’inscrire dans le long terme.

  • Les multinationales pharmaceutiques arguent du fait que le prix des médicaments seraient trop bas, c’est une raison de plus pour confier la production à des acteurs publics, qui permettront d’éviter des ruptures aux conséquences dramatiques. Novartis, qui détient Sandoz, a augmenté son chiffre d'affaires et les dividendes distribués aux actionnaires. Si les industriels ne veulent pas assumer leurs responsabilités, que la puissance publique prenne enfin en charge la fabrication de ces médicaments essentiels, dans le cadre d'une production publique coordonnée au niveau européen.

Retrouvez l'intervention de Pauline Londeix sur la question de la production sur RMC ce vendredi à ce lien :

https://twitter.com/i/status/1593486219522052096

---------

Pour aller plus loin :

- « Combien coûtent nos vies » (éditions 10/18, septembre 2022) par Pauline Londeix et Jérôme Martin, chapitre 2 « Quand nos médicaments viennent à manquer »

https://www.lisez.com/livre-grand-format/combien-coutent-nos-vies-enquete-sur-les-politiques-du-medicament/9782264081117

- Rapport pour le parlement européen : « relocaliser la production pharmaceutique en Europe et dans les États membres » (OTMeds, mars 2022)

https://otmeds.org/wp-content/uploads/2022/02/otmeds_rapport_2022_FR.pdf

- Le Monde : « L’État doit reprendre la main sur les politiques du médicament, nos vies en dépendent », Pauline Londeix et Jérôme Martin, septembre 2022

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/09/05/l-etat-doit-reprendre-la-main-sur-les-politiques-du-medicament-nos-vies-en-dependent_6140259_3232.html

- Le Monde : « La situation internationale nous impose de poser les bases d’une production française de médicaments », Pauline Londeix et Jérôme Martin, mars 2022

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/04/la-situation-internationale-nous-impose-de-poser-les-bases-d-une-production-francaise-de-medicaments_6116077_3232.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère