Billet de blog 21 févr. 2022

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

La santé : priorité n°1 des citoyens. Et pour les candidats et les médias ?

Le 20 février, le JDD a publié un sondage IFOP plaçant la santé comme le premier enjeu « déterminant au moment du vote » lors de l’élection présidentielle pour 74% des électeurs. Pourtant, à moins de deux mois du premier tour, nos organisations s’inquiètent du peu de place qui est consacré à ce sujet dans les débats.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse — Lundi 21 février 2022

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds) et ONG Santé Diabète

Le 20 février, le JDD a publié un sondage IFOP plaçant la santé comme le premier enjeu « déterminant au moment du vote » lors de l’élection présidentielle pour 74% des électeurs. Pourtant, à moins de deux mois du premier tour, nos organisations s’inquiètent du peu de place qui est consacré à ce sujet dans les débats. Nos organisations appellent les candidats et les médias à être à la hauteur des demandes des citoyens et des enjeux en matière de santé et de politiques publiques, notamment en matière de lutte contre les conflits d’intérêts, de politiques du médicament et de politiques en liens avec l’alimentation et la santé.

Toutes ces questions en amènent d’autres : quelle place souhaite-t-on donner à la santé dans notre société ? Comment sauver notre système de santé et garantir l’accès de tous à des soins de qualité ? Comment promouvoir cette vision de santé à l’internationale ? C’est la préoccupation première des citoyens, avant même celle du pouvoir d’achat, et c’est pourtant une question majoritairement absente des débats à l’élection présidentielle.

Reprendre la main sur les politiques publiques

Jamais, l’urgence de mettre la santé au cœur des politiques n’aura été aussi forte qu’après ces deux années de pandémie de COVID-19, qui a révélé au grand public les inégalités en santé, mondiales et nationales, ainsi que les dysfonctionnements structurels qui affectent en France l’hôpital public, la recherche, la production et l’approvisionnement en médicaments, vaccins et produits de santé. Chaque citoyen a fait l’expérience des conséquences immédiates des défaillances du système de santé sur son quotidien immédiat et sur l’économie du pays. Les récentes informations révélées dans le livre Les infiltrés (Matthieu Aron, Caroline Michel-Aguirre, Éditions Allary, février 2022) montrent par ailleurs l’emprise des cabinets de conseil sur les politiques publiques en santé menées en France, notamment pendant la crise. Les nombreux contrats signés avec des cabinets privés posent la question des conflits d’intérêt avec le secteur privé, et de l’affaiblissement structurel des administrations en charge de mener les politiques publiques en santé, alors que dans le même temps des moyens essentiels au bon fonctionnement de l’hôpital public sont régulièrement ponctionnés.

Reprendre la main sur les politiques du médicament

Par ailleurs, la lutte contre le diabète offre de nombreux exemples des enjeux autour de l’importance de mener des politiques de santé cohérentes : les enjeux autour de l’accès à l’insuline et de son prix à travers le monde imposent de mettre en place la transparence sur toute la chaine du médicament et de repenser le système de fixation du prix des produits de santé, comme le recommandait dans son avis n°135, le Conseil consultatif national d’éthique (CCNE) sur l’accès aux innovations thérapeutiques. L’accès aux vaccins contre le COVID-19, la prise en charge de nouveaux médicaments ou dispositifs médicaux sont autant d’exemples qui invitent à repenser largement ces politiques et envisager la mise en place de pôles publics du médicament.

Aborder l’alimentation également sous le prisme de la santé

Les liens entre alimentation de mauvaise qualité, le développement des Maladies Non Transmissibles comme le diabète ou les maladies cardiovasculaires, qui raccourcissent l’espérance de vie, sont désormais bien établis. De nombreuses études montrent aujourd’hui ces liens entre santé et alimentation. Une modélisation par des chercheur-ses parue le 8 février dans Plos montre par exemple qu'une alimentation « riche en légumineuses, céréales complètes, fruits à coque, et fruits et légumes, et pauvre en viande, pouvait faire gagner plus de dix ans d’espérance de vie à un individu nord-américain aujourd’hui âgé d’une vingtaine d’années (10,7 ans pour une femme, 13 ans pour un homme) par rapport à un régime alimentaire occidental moyen, où la consommation de féculents, produits laitiers et viande est plus importante. ».

Par ailleurs, on estime qu’en moyenne chaque Français absorbe 35 kilos de sucre par an. Les aliments plus sucrés ou plus salés ont souvent pour objectif de faire oublier la qualité médiocre du produit, et leur consommation conduit souvent à des comportements addictifs et des consommations absurdes. Dans les départements d’outre-mer (DOM), les aliments vendus sont plus sucrés qu’ailleurs. On estime que le coût de la prise en charge des maladies liées à la mauvaise alimentation s’élève à 50 milliards d’euros par an, sans compter les complications pour les personnes qui auraient pu être évitées. Les débats sur la qualité de vie, le pouvoir d’achat, l’espérance de vie en bonne santé doivent impérativement prendre en compte ces considérations. Pourtant, de façon peu compréhensible, les débats sur l’alimentation qui ponctuent la campagne depuis deux mois ne tiennent pas compte de cette réalité.

Renforcer l’approche nationale et le leadership en santé mondiale

La santé mondiale est en pleine mutation sous l’effet du changement climatique, de la mondialisation des échanges et des connaissances, des transitions démographiques, économiques et épidémiologiques, de l’explosion des maladies non transmissibles et de nouveaux enjeux de nutrition, et des épidémies nouvelles comme le COVID-19. Face à tous ces défis, la réponse mondiale doit s’adapter et la France réaffirmer un leadership réel depuis trop longtemps abandonné.

Les Nations Unies soutiennent un nouvel Agenda du développement 2030 et de nouveaux Objectifs de développement durable (ODD). L’OMS milite pour la mise en place de la Couverture Santé Universelle (CSU). Suite à l’Accord de Paris pour le climat, les enjeux d’adaptation face au réchauffement climatique sont désormais mieux reconnus et justifient de penser la santé de façon intégrée, associant les enjeux de santé humaine et de santé animale (One health), ou de santé environnementale (pollution de l’air, villes «vertes»…). Tous les acteurs, États du Nord et du Sud, doivent réviser leurs approches et travailler mieux ensemble, de façon plus intégrée alliant les capacités des États et de la société civile mondiale. La France doit réinvestir massivement la santé mondiale pour redevenir le pilier qu’elle a été historiquement. Pour faire face aux nouveaux enjeux sanitaires et réaffirmer un leadership réel dans le domaine de la santé mondiale, la France doit se doter d’une stratégie qui soit réellement innovante et ambitieuse, et mobiliser des ressources à la hauteur des enjeux.

Nous appelons les candidats, mais aussi les médias, à répondre aux attentes des citoyens et à faire enfin de la santé une priorité de cette campagne.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI