Billet de blog 27 nov. 2021

Covid-19 : le monde ne peut plus attendre l'OMC pour un accès universel aux vaccins

La menace d'un nouveau variant et la cinquième vague en Europe ont conduit l'Organisation Mondiale du Commerce à repousser une réunion essentielle où devait se décider une mesure nécessaire à l'accès universel aux vaccins. Quand cette mesure sera-t-elle enfin prise?

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Covid-19 : le monde ne peut plus attendre l'OMC pour un accès universel aux vaccins

Communiqué de presse – 27 novembre 2021

OTMeds – Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament

La menace d'un nouveau variant et la cinquième vague en Europe ont conduit l'Organisation Mondiale du Commerce à repousser une réunion essentielle où devait se décider une mesure nécessaire à l'accès universel aux vaccins. Quand cette mesure sera-t-elle enfin prise ?

Le 26 novembre, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a qualifié de « préoccupant » le variant B.1.1.529, dit « Omicron », identifié pour la première fois par les scientifiques sud-africains sur un échantillon collecté le 9 novembre. Les données actuellement disponibles suggèrent notamment un risque accru de réinfection. On recense déjà des cas au Royaume-Uni, en Israël, en Belgique, à Hong-Kong, au Bostwana.

Les inégalités vaccinales favorisent la circulation du virus Sars-Cov-2 et renforcent le risque d'émergence de variants plus dangereux. Aujourd'hui, à peine 54 % de la population mondiale a reçu une première dose de vaccin contre le COVID-19. Dans les pays à bas revenus, ce taux est estimé à 5,7 %. En empêchant depuis plus d’un an les pays du sud de produire des vaccins, en bloquant à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) la demande de lever les barrières de propriété intellectuelle sur toutes les technologies contre le COVID-19, la Commission européenne et les dirigeants des pays de l'UE laissent le virus circuler, favorisent les mutations et l'émergence de variants potentiellement plus dangereux, y compris pour les populations des pays les plus vaccinées.

En mai dernier, nous écrivions dans une tribune au Monde défendant la levée des barrières de propriété intellectuelle : « Une pandémie suppose une réponse globale, coordonnée, sous peine de favoriser la circulation de variants qui pourraient devenir résistants aux vaccins, prolongeant sans cesse la pandémie, y compris dans les Etats qui y ont eu accès. » Partout, dans le monde, depuis un an, chercheurs, scientifiques, médecins, militants alertent sur le risque que le blocage de la production dans les pays du sud fait courir à toute la planète.

Le variant Omicron est donc une preuve supplémentaire de la nécessité vitale et de l'urgence de lever des barrières de propriété intellectuelle. En amont de la douzième conférence ministérielle de l'OMC qui, à partir du 30 novembre, devait examiner à nouveau cette mesure, le président des États-Unis a d'ailleurs appelé hier les États membres à soutenir la levée des brevets sur les vaccins comme il l'avait déjà fait en mai dernier. Une mobilisation internationale appuie cette demande depuis plus d'un an. Mais la cinquième vague et la menace potentielle du variant Omicron ont amené à repousser la conférence ministérielle de l’OMC, donc l'adoption d'une mesure essentielle pour améliorer la situation. Cette décision de reporter une réunion décisive pour sortir de la crise pose question alors que de nombreux événements internationaux sont organisés par ailleurs.

Ainsi, l'obstruction des derniers mois de la Commission européenne à l'accès universel aux vaccins conduit à une menace sanitaire qui donne une bonne raison aux États membres de l'OMC de reporter les discussions sur les bonnes mesures pour sortir de la pandémie. La responsabilité de la Commission européenne et des dirigeants de l’UE, Emmanuel Macron en tête, est écrasante. Il est temps que nos responsables en finissent avec le dogmatisme et l’obscurantisme, et adoptent enfin les mesures de bon sens et éthiques que la situation impose : lever au plus vite toutes les barrières de propriété intellectuelle, assurer un transfert de technologies, soutenir la production de vaccins dans les pays du sud.

Ces dirigeants doivent dès maintenant s'organiser pour que cette mesure soit adoptée dans les plus brefs délais.

Pour aller plus loin :

- Co-fondatrice d'OTMeds, Pauline Londeix interviendra sur ce sujet lors d'un débat aux « Journées de l'économie Autrement » organisées par le journal Alternatives Économiques

- « Brevets des vaccins: ''Plus de six mois ont été perdus'' », interview de Pauline Londeix par Caroline Coq-Chodorge, Mediapart, 6 mai 2021

- Nos tribunes sur le sujet :

Le 30 novembre, des rassemblements en soutien à la demande de levée des brevets sont organisés :

Paris 18h Place de la Bourse

Lille 18h Place de la République

Rouen 18h Théâtre des Arts, station Teor

Périgueux 18h Esplanade du palais de Justice

Toulouse 17h30 Préfecture St Etienne

Sarlat 18h Place de la petite Rigaudie

Châlette sur Loing 18h30 Place de la République

Genève 17h30 Place Lise Girardin

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française