Le jardin naturel (3)

Les composants du jardin biologique : le potager biologique.

  suite des billets: Le jardin naturel (1) ; Le jardin naturel (2)

 

 Les composants du jardin biologique

Le potager Biologique

photo-5

 Faire un potager biologique c'est avoir la volonté de cultiver des légumes de manière naturelle, en utilisant des produits non toxiques pour la nature et nous-mêmes. C'est la garantie d'obtenir des produits sains pour la santé.

regles-d-or-potager

 On plantera si possible des variétés anciennes, plus résistantes.

 

            COMPRENDRE LE SOL

Un sol bien équilibré est la base d’un potager sain. Il pourvoira aux besoins hydriques et nutritifs des plantes.

Un sol contient quatre constituants principaux :

L'argile donne du corps au sol, qu'elle rend compact. Elle lie les différentes particules du sol. Si le sol en contient trop, il devient imperméable et très lourd à travailler.

Le sable compense l'excès d'argile et donne une terre légère. S’il y a trop de sable, la terre devient trop perméable et ne retient pas l'eau. Il est donc souvent sec et pauvre.

Le calcaire est présent en proportions variables. Il coagule l'argile et apporte du calcium à la plante.

L'humus est formé de matière organique. Il facilite la circulation de l'eau dans la terre et sa remontée par capillarité. Il favorise la rétention d'eau dans le sol et l'assimilation des minéraux par les plantes. Il minéralise l'azote de façon progressive et fournit aux plantes une alimentation continue (contrairement aux engrais solubles qui nourrissent directement la plante, sans effet tampon). Pour enrichir le sol en humus on pourra y mélanger du compost .

 

Le sol contient aussi des éléments nutritifs en petite quantité :

L’azote (N) assure la croissance des feuilles et des tiges. Trop d'azote peu entraîner une croissance trop rapide de la plante et donc, une plus grande fragilité. Une quantité de plus en plus importante est d’origine atmosphérique.

Le phosphore (P) est essentiel au développement des racines et au renforcement de la résistance des plantes.

Le potassium (K) est nécessaire à la floraison et à la fructification.

 

On trouve encore du magnésium (Mg) qui joue un rôle dans la production de chlorophylle, du calcium (Ca) qui améliore l'action du P et du K et des oligo-éléments (fer, cuivre, zinc, manganèse, bore, molybdène).

Le pH mesure l’acidité du sol. Il varie de 1 (très acide) à 14 (très alcalin). Un pH de 7 caractérise un sol neutre. La plupart des sols ont un pH entre 4 et 8. En milieu très acide, les nutriments sont lessivés ou se dissolvent dans l'eau. Il convient alors d’ajouter de la chaux en automne pour remonter le pH. En milieu très alcalin (on dit aussi "calcaire"), ils peuvent être bloqués et donc être inaccessibles pour les plantes.

La présence de certaines plantes indicatrices peut donner une idée de la nature du sol. Par exemple, la prêle et le pissenlit sont caractéristiques des sols argileux et lourds, le trèfle blanc révèle un sol calcaire, l’ortie préfère les sols enrichis en azote, le rumex à feuilles obtuses indique un sol compacté et asphyxié, le mouron blanc poussera sur un sol riche en matières organiques, la renoncule rampante signale un sol lourd et humide...Pour préciser le diagnostic, vous pourrez vous procurer dans le commerce, un pH-mètre ou un kit d'analyse. Pour obtenir une analyse plus précise, il vous faudra faire appel à un laboratoire d’analyse du sol.

 

 Dans le prochain billet : Le compost, le purin d'ortie, la bouillie bordelaise

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.