Léo Le Calvez
Pigiste Mediapart

Billet publié dans

Édition

Vert-tige

Suivi par 442 abonnés

Billet de blog 26 nov. 2017

Léo Le Calvez
Pigiste Mediapart

La technologie pour sauver les abeilles

Vous le savez, les abeilles sont en voie de disparition, les institutions mettent beaucoup de temps à interdire les pesticides néonicotinoïdes ou plutôt les pesticides tueurs d'abeilles et les pesticides sont de plus en plus utilisés. Existe-il des technologies pour les sauver?

Léo Le Calvez
Pigiste Mediapart

Vous le savez, les abeilles sont en voie de disparition, les institutions mettent beaucoup de temps à interdire les pesticides néonicotinoïdes ou plutôt les pesticides tueurs d'abeilles et les pesticides sont de plus en plus utilisés. Existe-il des technologies pour les sauver?

Je vais donc vous parler en premier temps du numérique au service des abeilles. Il existe des ruches connectées dont le fonctionnement est reproduit par informatique chez l'apiculteur. Cela lui permet de savoir quelle ruche ne va pas bien, etc

Les pesticides tueurs d'abeilles sont nocifs dans la mesure qu'ils sont neurotoxiques et donc si les abeilles en sont exposées elles ne retrouvent plus le chemin de la ruche. Une étude avait été faite montrant que 30% des abeilles disparaissaient après avoir été exposées à ces pesticides.

Il existe notamment des ruches équipées de capteurs thermiques alimentés par panneaux solaires. Ces capteurs thermiques permettent de vérifier la température du couvain des abeilles qui le maintiennent en permanence à 36 degrés.

Ces capteurs thermiques retransmettent la température sur un ordinateur chez l'apiculteur. Cela va lui permettre de réagir en cas de baisse de température des abeilles.

Pour finir, il existe des apiculteurs qui élèvent des abeilles reines. Ces abeilles sont les seules reproductrices qui ont en moyenne 30000 enfants.

Ces alternatives sont très efficaces mais l'avenir des abeilles est incertain. Il est grand temps que les institutions s'en occupent. Dans le documentaire que j'ai vu qu expliquait toutes ces techniques, il est fait mention d'un prototype mis au point par des chercheurs de Harvard.

Il s'agirait d'un robot pollinisateur en cas de déclin des abeilles. Pour l'instant, il fonctionne par câble, ce qui n'est pas très pratique. Espérons que l'homme n'ait jamais à en servir. De plus, si vous avez lu mon article sur le miel de grande distribution vous avez du surement voir la référence que j'avais mise qui parlait des hommes abeilles. Des hommes en Chine font le travail des abeilles tellement elles sont rares.

Encore une fois, méfiez-vous de toutes ces inventions car il ne faut pas oublier qu'elles profitent à quelqu'un. Pour l'instant, les abeilles nous nourrissent, c'est gratuit, lorsqu'il y en aura plus et qu'il faudra aller polliniser, cela deviendra un service payant. Comme quoi, on peut conclure que la crise écologique profite au capitalisme...

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte