edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 mars 2022

Prophétie des soupirs

Du haut de ce promontoire, porté par les embruns du grand large, le regard poétique et le destin fatal de ces voyageurs immobiles, solitaires face à l’immensité du spectacle qui les emmènera jusqu’aux abimes mystérieux des fonds marins. Dans les contours diffus de l’horizon, sur les flots désarçonnés, la mer, capricieuse, voluptueuse, se trémousse avec ses ballerines d’écume.

edmey
Quelqu'un d'ordinaire...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Vent d'Autan

Sous l'emprise mortifère de ceux qui sans vergogne, l'exploite jusqu'au tréfonds de ses entrailles, le monde, hors de contrôle, devenu flou, bouscule toutes espérances des générations à venir. Rien ni personne, ne semble pouvoir mettre un terme à cette course folle vers la fin des temps prophétisée par Nostradamus. 

Sous les feux de la tentation, nuit et jour, la terre se calcine de toutes parts. Saturé jusqu’aux plus profonds de ses pores, l'air ambiant suffoque à perdre haleine. À vau l'eau, les océans, bousculés par les mauvais temps, débordent sur les bords de mer, engloutissant des lignes  entières de rivages côtiers. Sous l’influence du dérèglement climatique, à tour de rôle, les éléments se déchaînent dans l’ombre de nos pires cauchemars.

Inexorablement la marée déferle ses draperies de houle sur l’ensemble du bord de mer, engloutissant en son sein ces vierges territoires de grève dépouillée. Au fil de vertigineux coefficients, peu à peu, elle grignote le patrimoine terrestre de son indéfectible labeur de Titan, repoussant le trait de côte au pied des hauteurs sablonneuses. Dans le fracas tonitruant de son roulis, ses longues déferlantes viennent à se fracasser en mer d’écume sur les rochers érigés en échalas de fortune. Vagues d’assaut sonnant l’hallali sous les cris stridents des oiseaux de mer. Inoubliable spectacle qui dresse sa furie aux clartés du petit matin.

© Vent d'Autan

Du haut des dunes de sable blond, entre renoncement et dépit, d’impassibles vigies scrutent inlassablement l’horizon, le regard acéré pointé vers le lointain, où dans sa course folle s’abîme l’astre du jour. Impassibles guerriers frappés d’immobilisme, troublantes sentinelles fouettés par les vents, abandonnées au désespoir de leur triste sort, en proie à la désolation du néant, aux outrages des intempéries et à la profanation des lieux.

Vu d’ici le cheval fougueux n’a point le même attrait. Sa frénésie semble apaisée par les distorsions de la profondeur de champ. Les yeux écarquillés au grand large, les récifs festonnés par le linceul de cretonne bleutée, scintillent de mille paradis embrasés. Le temps, à portée de néant, semble s’être affranchi de tout labeur.

© Vent d'Autan

Colosses aux pieds d'argile, ils sont les dernières vigies face aux exubérances des tempêtes. Casemates de béton rescapées des vestiges d'un passé tourmenté, abandonnés à leur triste sort, ils sont et ils font partie intégrante de ces paysages restés sauvages. Longtemps décriés, bien souvent critiqués, ils ont failli disparaître sous le haro de la réprobation générale. Porteurs d’un devoir de mémoire, sous la patine des temps, ils ont su estomper leur aspect bien trop austère pour s'affranchir de postures jadis guerrières. Derniers fleurons de cette furie wagnérienne, déchue dans les arcanes barbares. Atlantikwall, la mémoire vive. 5 000 km de lignes défensives jusqu’à perte de vue. Écho de la symphonie de l’indicible. 

Sous de faux airs de tranquillité, les fauves lâchés dans le tourbillon des flots remportent la bataille de la mer. Grignotées par les tourments maritimes, de multiples lambeaux de falaise succombent aux assauts des marées, engloutis dans l’anonymat des grandes douleurs muettes, vaincus par les profondeurs souterraines des afflux. A l’extrémité des continents, l’océan vocifère ses naufrages. Peau de terre contre pot de mer. Les belligérants de Neptune à l’assaut de la dune, l’écume au gré du vent. De toute part, la grève, le silence, l’espace infini, solitaire, effrayant, captivant.

© Edmey

Dans les dunes de Flandre, ce blockhaus vêtu de miroirs brisés, rencontre insolite de l’art et de l’histoire, œuvre transgressive et militante de culture et de mémoire, réfléchissait ses rayons de lumière et de soleil. La mer toujours recommencée s’y miroitait en mille flamboiements ou s’y perdait en sombres froideurs. Après s’être accaparé, chaque jour, des couleurs du ciel, des nuances du paysage environnant et des éclats de mer, il s’endormait serein dans l’intimité de la nuit, la bienveillance des croissants de lune et des lueurs complices des étoiles.

Cette casemate bétonnée sans entrailles, échouée dans les dunes, expression amère d’un cauchemar destructeur des années « guerre », construit par l’armée allemande il y a presque 8 décennies, parée d’une nouvelle cape de reflets originaux, rendue visible et vivante, avait été baptisée par l’artiste d’un verbe curieux et interrogateur « Réfléchir ». Une invitation à entrevoir le monde et sa beauté d’une autre façon, à découvrir ces jeux étranges de miroirs éclatés à la recherche d’un « je » volontairement introuvable, un signe d’espoir tourné vers l’avenir. Nouveau regard propice aux réflexions et à la protection de la paix dans le monde. Fil d’équilibre de la vie et de l’avenir où l’âme erre à la recherche d’un nouveau chemin tracé pour traverser l’ombre et les souffrances afin de saisir et tutoyer la lumière qui nous entoure.

La mosaïque, œuvre éphémère (2014 – 2021) de l’artiste « Anonyme » se voulait sortir des sentiers battus et s’inscrivait dans la tradition du Land Art. Créer un espace d’illusion par des reflets naturels, embellir la nature que l’homme ne cesse d’abandonner et de détruire mais aussi draper ce monstre géant et cynique d’une nouvelle peau généreuse d’humanité. Désormais, dépouillé de ses bouts de miroirs, ce fantôme de la seconde guerre mondiale commence aujourd’hui à s’habiller d’une nouvelle cape de graffitis et de fresques fugaces.

© Edmey

Le cordon dunaire de la côte d’Opale s’érode de jour en jour, entaillé par l’action des fortes houles et des marées de vives-eaux. Entourés d’une flopée d’autres, les blockhaus aujourd’hui, plus ou moins bringuebalants, balayés par les pluies, les vents, les tempêtes successives, au cœur des marées plus ou moins violentes glissent, s’éventrent, se détruisent laissant un paysage désolé, une plage jonchée de décombres, vestiges d’un lourd passé d’amertume et d’une époque apocalyptique d’atroces noirceurs, de pertes humaines incalculables, de crimes insensés et de multiples blessures.

Cette atmosphère étrange ne décourage nullement les promeneurs curieux de nouvelles créations Beach Art, une liberté doublée d’un plaisir non dissimulé pour les graffeurs amateurs ou artistes, porteurs d’un art à l’image de la vie... jamais figée, toujours en perpétuel mouvement. Un monde obscur, écorché vif, vulnérable face à ce point de lumière, sensation inouïe de la voûte précieuse de notre humanité !

© Edmey

C’est ainsi que, dans leur mue saisonnière, les blockhaus se camouflent sans cesse par détournements éphémères et inspirations pittoresques. Au fil de l’art pictural, la peinture reprend ses droits. Sans arrêt sur le fil, la poésie, âme solitaire.

De la côte d’Opale jusqu’à la côte d’Argent, périple sous la plume raffinée d’Edmey chuchotée au Vent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse