Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

294 Billets

4 Éditions

Billet de blog 10 mars 2020

Mediapart publie ses comptes et résultats 2019

Comme chaque année en mars, Mediapart rend publics tous ses comptes. L’année 2019 marque la consolidation de notre indépendance, non seulement par la cession de notre capital au Fonds pour une presse libre, structure non lucrative, mais aussi par la démonstration d’une rentabilité économique structurelle grâce à des résultats historiques.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Journal numérique quotidien, avec trois éditions par jour, Mediapart vit en permanence au rythme de l’événement, qu’il s’agisse de ceux imposés par l’actualité ou de ceux créés par ses révélations. Mais sa vie interne en tant qu’entreprise de presse, dont rendent compte ce billet annuel et le livret qui l’accompagne où sont publiés tous nos chiffres, comptes et résultats, n’a pas forcément la même intensité au fil des ans.

De ce point de vue, 2019 restera comme une année exceptionnelle dans l’histoire de Mediapart, un millésime aussi important que celui de sa naissance éditoriale (2008) ou celui de son équilibre financier (2010).

Deux faits la distinguent singulièrement : d’une part, la sanctuarisation définitive de notre indépendance avec la cession de tout notre capital à une structure à but non lucratif ; d’autre part, la forte progression de nos abonnés, et donc de nos résultats, confirmant la régularité et la solidité de notre croissance.

Depuis le 15 octobre 2019, Mediapart n’a plus d’actionnaires (lire ici toutes les précisions).

À l’invention des débuts, tout à la fois éditoriale (un quotidien entièrement digital), professionnelle (une culture collective de l’enquête), démocratique (un journal radicalement participatif) et commerciale (un modèle payant par abonnement), s’est ajoutée une invention capitalistique sans équivalent dans la presse française. Via la Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM), notre journal appartient désormais au Fonds pour une presse libre (FPL), un fonds de dotation qui en préserve et en protège définitivement l’indépendance.

Abonnés de Mediapart

En approchant les 170 000 abonnés au 31 décembre 2019, soit une croissance de 12,8 % par rapport à 2018, Mediapart réalise son année la plus profitable en douze années d’existence :

  • 16,8 millions d’euros de chiffre d’affaires (+ 21,68 % par rapport à 2018) :
Chiffres d'affaires de Mediapart
  •  4,3 millions de résultat courant (soit 26 % du chiffre d’affaires) :
Résultat courant de Mediapart
  •  2,3 millions de résultat net (en tenant compte, outre l’imposition, d’une forte augmentation de la participation versée aux salarié.e.s qui atteint un montant total de 703 615 euros redistribués) :
Résultat net de Mediapart

Ces résultats permettent à Mediapart de poursuivre ses investissements en développements éditoriaux, techniques et commerciaux. 

L’indépendance de Mediapart est ainsi doublement garantie : par une structure juridique qui nous met à l’abri de toute prédation, perte de contrôle ou offensive sur le capital ; par une rentabilité économique structurelle qui offre la meilleure protection qui soit – le soutien et l’adhésion d’un public croissant d’abonné.e.s fidèles.

Il va sans dire que ce succès nous oblige. Loin d’une incitation à faire une pause, c’est une invitation à poursuivre dans la voie exigeante que nous avons choisi d’emprunter : celle d’un journal d’intérêt public, alliant qualité et rigueur, à la fois multimédia et participatif et, par-dessus tout, sans cesse à l’écoute des mouvements de la société et toujours au service de son droit de savoir.

Rien de tout cela ne serait possible sans le soutien de toutes celles et tous ceux qui, par leur abonnement, font vivre ce journal. C’est en effet la seule recette de Mediapart qui ne sollicite ni ne reçoit aucune subvention, qu’elle provienne de la puissance publique ou de mécène privé. Cet exercice annuel de transparence est aussi l’occasion de remercier chaleureusement nos fidèles lectrices et lecteurs.

> Le carnet rouge des douze ans de Mediapart, avec toutes les données, tableaux, chiffres et comptes, est téléchargeable ici :

2008-2020 Douze ans d'indépendance (pdf, 5.6 MB)

.

Retrouvez la vidéo de la conférence de presse du 10 mars :

Conférence de presse - douze ans de Mediapart © Mediapart

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl