Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

301 Billets

4 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2019

Mediapart n’a plus d’actionnaires

C’est fait ! Comme nous l’avions annoncé au seuil de l’été, notre journal est devenu, mardi 15 octobre 2019, la propriété du Fonds pour une presse libre (FPL) via une Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM). Toutes les actions ayant été rachetées, Mediapart appartient désormais à une structure non capitaliste, à but non lucratif.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Onze ans et sept mois, jour pour jour, après son lancement le 16 mars 2008, Mediapart est entré, ce mardi 15 octobre, dans une nouvelle époque de son histoire. Afin de rendre irréversible son indépendance (lire ici notre article), notre journal est aujourd’hui devenu la propriété d’une structure non capitaliste, à but non lucratif. L’ensemble de son actionnariat a été racheté par la Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM), elle-même propriété du Fonds pour une presse libre (FPL). C’est l’aboutissement d’un projet sans précédent dans la presse française, dont nous avions annoncé la mise en œuvre il y a plus de cinq ans, en mars 2014 (lire ici dans Libération).

Créé durant l’été, le Fonds pour une presse libre (lire ici son premier communiqué) est un fonds de dotation, éligible aux dons de particuliers ou d’entreprises, dont l’objectif est la défense et la promotion de la liberté de la presse, de l’indépendance du journalisme et du pluralisme de l’information. Son conseil d’administration, qui a déjà tenu trois réunions et constitué son comité stratégique, organise actuellement sa montée en puissance progressive avec, d’ici la fin de l’année, une communication publique appuyée sur un site internet expliquant ses finalités et permettant de lui soumettre des demandes. 

Dans le cadre de sa mission d’intérêt général, destinée à l’ensemble de la profession et menée en toute indépendance de Mediapart, le FPL garantit désormais l’indépendance économique de notre journal dont il détient l’entière propriété via une Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM). Notre entreprise n’a donc plus d’actionnaires, son capital étant devenu incessible, non achetable et non spéculable. Cette sanctuarisation de la propriété de Mediapart préserve définitivement son indépendance.

La valorisation de l’entreprise retenue pour cette opération, par deux expertises, est de 16,3 millions d’euros. Outre 4,4 millions de réserves, le rachat de l’ensemble des actionnaires de Mediapart (ses cofondateurs, sa société des amis, sa société des salariés, les sociétés Doxa et Ecofinance) est financé par un emprunt de 5,5 millions d’euros auprès du Crédit coopératif, sur 8,5 ans à un taux de 1,18%. Son remboursement, sur nos résultats annuels, est totalement compatible avec la marche normale de notre entreprise qui, depuis plusieurs années, dégage un minimum de 2 millions d’euros de résultats net. 

En complément de cet emprunt, le financement de l’opération est assuré par la générosité d’Ecofinance : Jean-Louis Bouchard, qui a accompagné Mediapart depuis sa création, a choisi de faire don du montant de ses actions, soit un million d’euros. De même, l’autre actionnaire extérieur, Doxa, représenté par James Sicard pour Thierry Wilhelm, assure un crédit vendeur de 2,5 millions d’euros, ce qui signifie qu’il renonce à toucher dès aujourd’hui le prix de ses actions. Les quatre cofondateurs de Mediapart font de même, garantissant jusqu’en 2026 un crédit vendeur de 2,9 millions d’euros.

Bref, grâce à toutes ces bonnes volontés, le coût de l’opération ne pèsera aucunement sur la vie de Mediapart qui pourra continuer à investir, comme nous l’avons toujours fait, dans le développement de ses contenus et la croissance de son équipe. L’essentiel, c’est qu’ainsi une solution innovante et inédite a été trouvée pour préserver notre indépendance économique qui, jusqu’alors, reposait sur le seul contrôle du capital par les cofondateurs. D’ici la fin de l’année, un nouveau conseil d’administration de Mediapart traduira cette évolution où les cofondateurs, toujours salariés de l’entreprise, accompagnent le passage de témoin à une nouvelle génération de responsables.

Pour vous, lectrices et lecteurs fidèles, rien ne change, sinon en mieux : dans le paysage sinistré de l’information, où la plupart des médias sont sous l’emprise d’intérêts économiques extérieurs au journalisme, votre journal a rendu son indépendance irréversible. Elle est de surcroît garantie par votre soutien de plus en plus massif : Mediapart compte aujourd’hui près de 170 000 abonnés individuels payants.

Merci à vous toutes et tous sans qui cette aventure improbable, animée par le souci de défendre une information libre et de promouvoir un journalisme de qualité, n’aurait jamais prospéré jusque là, au point d’inventer un nouveau type de société de presse.

En complément d’information :

  • Le conseil d’administration du Fonds pour une presse libre (FPL) est composé de Michel Broué (président), Dominique Cardon, Stéphanie Chevrier, Renaud Creus, Christine Lazerges, Jade Lindgaard, François Vitrani. Son comité stratégique est composé de Maurice Botbol, Ludivine Bantigny, Paul Cassia.
  • Le conseil d’administration de la Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM) est composé de Michel Broué, Dominique Cardon, Stéphanie Chevrier, Renaud Creus, Jade Lindgaard, Muriel Mesguich, François Vitrani (président).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse