Mediapart, seul journal vraiment participatif

Dans la presse d’information politique et générale, Mediapart est désormais le seul journal participatif. Tous nos abonnés peuvent ainsi librement commenter les articles et contribuer sur leur blog, ce qui n’est pas le cas ailleurs.

C’est un des indices de la contre-réforme qui s’attaque aux espoirs démocratiques, d’échange et de partage, qu’avait fait naître, il y a un peu plus d’une décennie, le basculement du numérique dans nos vies quotidiennes avec la généralisation d’Internet, élargie par l’invention des supports mobiles, téléphones et tablettes : le participatif est aujourd’hui en voie de régression, voire de disparition, dans la presse française généraliste en ligne.

Sur les sites de la presse quotidienne et hebdomadaire imprimée, que ce soit à Libération, au Monde ou au Figaro, à L’Express, au Point ou à L’Obs, c’en est fini des plateformes de blogs librement ouvertes aux abonnés. Pis, la position de journalistes en surplomb de leurs lecteurs et de journaux qui ne souffrent pas la critique est de retour sur certains de ces sites qui ont décidé soit de fermer leurs articles aux commentaires, soit de limiter la possibilité de commenter.

Désormais, Mediapart est le seul journal en ligne francophone, d’information politique et générale, de référence et de qualité, à s’accompagner d’un lieu de libre débat et de large contribution de ses abonnés, notre Club participatif, tandis que le droit de commenter articles du journal et billets de blog ne souffre aucune limite, sinon le respect de notre Charte de participation. Il s’exerce sans modération préalable de vos commentaires et cette modération, qui n’intervient si nécessaire qu’après publication, est réalisée en interne, par l’équipe de Mediapart elle-même.

Accessible dès la page d’accueil (onglet en haut à droite), notre nouvelle rubrique « Participez » détaille toutes les fonctionnalités qui vous sont offertes sur Mediapart. Car nous sommes bien les seuls, dans le paysage médiatique, à assumer cette dimension participative de l’information, à la revendiquer comme l’une de nos identités au même titre que l’indépendance et l’investigation et, enfin, à envisager son approfondissement en un réseau social intègre et loyal, sans piège publicitaire ni algorithme caché.

L'onglet "Participez" sur la page d'accueil de Mediapart L'onglet "Participez" sur la page d'accueil de Mediapart

C’est une récente décision du Monde qui a mis en évidence le repli de la presse traditionnelle, sur fond de défiance vis-à-vis de la libre expression du public, comme l’explique la Revue des médias de l’Institut national de l'audiovisuel. Ce quotidien a en effet fermé le 5 juin dernier tous les blogs de ses abonnés et supprimé tous les contenus qui y avaient été publiés. Seuls sont maintenus les blogs des journalistes du quotidien et de contributeurs invités, dûment sélectionnés par son équipe rédactionnelle. 

Quant aux commentaires, limités à « une contribution par article et jusqu’à trois réponses » avec des messages ne devant pas dépasser 1 000 caractères – ce qui limite drastiquement l’interactivité –, ils font l’objet d’une nouvelle charte, plus restrictive, avec l’utilisation d’une technologie de Google pour les filtrer. De plus, comme la plupart des sites issus de la presse traditionnelle ainsi que des médias audiovisuels, Le Monde a, de longue date, fait le choix d’externaliser la modération qui n’est pas assurée par sa rédaction mais par un prestataire, Netino, lequel fait le même travail pour Orange, BFM, Canal Plus, la Sncf, Nutella ou Renault, etc., avec des personnels travaillant hors de France, notamment au Maroc et à Madagascar.

Depuis l’an dernier, tous les commentaires avaient déjà disparu du site de Libération tandis que pas plus de quarante blogs y sont réservés à des journalistes ou à des contributeurs invités. Les lecteurs abonnés au quotidien ne peuvent plus s’exprimer sur les articles et n’ont pas la possibilité d’y tenir un blog. Malgré ses potentialités techniques, la révolution digitale n’aura donc pas fait revivre la culture démocratique originelle du quotidien né dans la foulée des espoirs libertaires de Mai-68. 

Il en va de même au Figaro dont les abonnés ne peuvent tenir librement des blogs : ils y sont réservés aux journalistes du quotidien, à des contributeurs invités ou à des experts autoproclamés. Partout, sauf à Marianne où existe encore un forum des abonnés distinct de l’espace de blogs réservés à des invités triés sur le volet, c’est le même choix qui a été fait, celui de ne pas profiter des contributions, critiques, alertes et opinions des lecteurs : que ce soit à L’Obs, à L’Express ou au Point, ce sont les journalistes et éditorialistes de ces hebdomadaires qui ont seuls la parole.

A contrario, Mediapart maintient résolument le cap du participatif. Cette caractéristique de notre journal était au cœur de sa promesse originelle lors de sa création, en 2008, lui donnant son nom – Mediapart/icipatif – et se concrétisant par l’existence du Club à côté du Journal. Un Club au sens républicain originel du terme (Club des Jacobins, Club des Cordeliers, Club des Girondins, etc.), celui de l’invention démocratique et sociale, lieu de réflexion et de discussion dans le respect mutuel des citoyen.ne.s.

Pour en résumer l’esprit, nous avions d’ailleurs exhumé, lors de notre lancement en 2008, l’article 6 de la deuxième Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, celle de la Constitution de l’An I, du 24 juin 1793 : « La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait. »

Non seulement nous n’avons aucune intention de remettre en cause cette ambition participative mais nous comptons bien, dans les mois et les années à venir, la développer et la renforcer. À côté du travail d’information de sa rédaction, Mediapart offre une agora aussi libre et indépendante que l’est le Journal.

Rappelons-en les principes : tout abonné peut librement commenter (articles et billets) ou contribuer (sur son blog personnel) dans le respect de notre Charte de participation ; la modération n’intervient potentiellement qu’après publication, en cas de non-respect de cette Charte ; elle est effectuée en interne par l’équipe de notre journal.

Outre la nouvelle page d’information « Participez », déjà mentionnée, de nouvelles fonctionnalités ont été récemment ajoutées :

- Une notification sous forme de pastille rouge sur la page d’accueil vous signale un nouveau message ou une demande de contact reçue, afin de faciliter les interactions entre abonnés :

Vous avez un message ou un nouveau contact Vous avez un message ou un nouveau contact

- L’ajout d’un champ « date de parution » dans le tracker du site permet de classer par ordre chronologique toutes les publications du Journal et du Club, et ainsi de ne manquer aucun contenu publié :

Date de parution d'un contenu sur le tracker de Mediapart Date de parution d'un contenu sur le tracker de Mediapart

- La mise en place pour les blogueurs de la possibilité de fermer à tout moment le fil d’un billet aux commentaires tout en laissant visibles les commentaires préalablement postés :

Gestion des commentaires dans la page d'édition d'un billet de blog Gestion des commentaires dans la page d'édition d'un billet de blog

Ce ne sont que quelques petites évolutions dans un chantier permanent, tant l’un des objectifs que s’est collectivement fixés Mediapart pour les années à venir est le développement, l’approfondissement et l’amélioration de sa dimension participative, de façon à en faire un réseau social indépendant sur lequel chacun.e de nos abonné.e.s peut défendre son point de vue, partager ses réflexions, proposer des initiatives, appeler à des rencontres, faire connaître des mobilisations, diffuser ses sensibilités, tisser des liens, découvrir des connaissances, etc.

Un groupe « communautés » y travaille, auquel je participe pour la direction de Mediapart. Il sera bientôt renforcé par l’arrivée d’une spécialiste de la coordination des projets numériques innovants. Aujourd’hui, il regroupe les compétences suivantes : Sabrina Kassa et Livia Garrigue, coresponsables du Club de Mediapart ; Renaud Creus, responsable de la communication ; Gaëtan Le Feuvre, community manager (animateur de communauté) ; Ana Ferrer, chargée des communautés web ; Guillaume Alexandre, modérateur du site.

Ce sont donc au total bientôt huit personnes qui travailleront ensemble pour justifier, plus que jamais, le « part » de Mediapart. Lequel signifie aussi que Mediapart est un média à part. Un média à part qui ne vit que de votre soutien.

Rejoignez Mediapart, commentez et bloguez en liberté ! Rejoignez Mediapart, commentez et bloguez en liberté !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.