Le monde inclusif de Sophie

Parmi d’autres formules récurrentes sur le compte twitter de Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, on trouve "changer le regard" et "société inclusive". A vrai dire, ces deux formules sont imbriquées dans son discours car si Sophie Cluzel souhaite changer le regard sur les personnes handicapées c’est précisément pour construire la société inclusive

monde-fantastique

D’autres avant moi se sont exprimées sur ces paroles  devenues rituelles dans la communication sur le handicap[1] et ont relevé le flou artistique qui règne autour d’elles. A aucun moment, nulle part, il est dit quel est le regard que la société porte sur le handicap ni ce qu’il doit devenir. De même, le mystère reste entier sur la façon dont ce gouvernement conçoit une société inclusive.

Les tweets de Madame Cluzel fournissent, cependant, des informations précieuses qui donnent du contenu à ces éléments de langage  volontairement inconsistants pour plus de consensus.

Quel est donc le « regard » que Sophie Cluzel porte sur le handicap ?

Le handicap, lorsqu’il survient « brise », de façon inévitable, le « parcours » :

tweet-1

 

Et une fois acquis, pas d’autre solution que de le dépasser :

tweet-2

Sophie Cluzel félicite, ainsi, un jeune autiste déscolarisé dont la mère a été la «coach» qui a, malgré tout,  obtenu son bac : un bac S, en plus ! Déscolarisé faute d’AVS ? Rejeté par son directeur d’école ? Sa coach avait un métier qu’elle a dû quitter pour devenir… coach? On ne sait pas et  peu importe: le petit s’est dépassé et c’est un bel exemple.

Sophie Cluzel aime le dépassement sous toutes ses formes.

tweet-3

A vrai dire, pour elle,  chacun de nos faits et gestes nous amène à dépasser notre handicap. Le dépassement est une sorte  d’appli spécifique dont  les personnes handicapées sont dotées, et c’est tant mieux, car elles ont à donner des preuves de leur capacité.

tweet-5

 

 

 En plus de cette appli « dépassement de soi », nous avons un je ne sais quoi d’indescriptible qui fait que nous donnons un surplus d’humanité à ceux que nous côtoyons et leur permettons de se grandir à notre contact. C’est  d’ailleurs grâce à cet atout majeur que nous sommes employables:

tweet-6

Petite parenthèse: je n’ai pas déjà entendu ça à la messe du dimanche? Ah bah non, je n’y vais pas, c’est vrai. Ca doit être ailleurs !

Bref, et aussi, si vous pouviez ne pas en faire trop pour l’histoire du handicap, les amis. Ce serait bien que vous ne fassiez pas trop handicapés, en fait.  Essayez de faire plutôt… personnes. Sans cela, vous risquez de ne pas faire trop envie !

tweet-7

 

 

Venons-en à présent à ce que Sophie Cluzel veut dire quand elle parle de société inclusive. Sophie Cluzel a l’air  d’être très attachée à l’emploi des personnes handicapées car elle dit que c’est la voie de leur émancipation sociale.  Pour faire baisser le fort taux de chômage qui les touche, elle a trouvé une idée géniale :

tweet-8

Vous ne la trouvez pas géniale ? Un stage, une  période d’immersion, c’est devenu de  l’emploi ! Après, vous en conviendrez, pour bosser, il faut être formé mais pour bosser en ESAT[2], on n’a pas besoin d’un doctorat. Sophie et son gouvernement ont donc décidé de mettre le paquet sur les formations professionnelles et les apprentissages.

tweet-9

 

 Sophie a par ailleurs  écouté les recommendations de Catalina Devandas, rapporteure spéciale de l’ONU qui a demandé à la France de respecter la CDPH [3]et d’ en finir avec les réponses qui consistent à proposer des services spécialisés distincts, notamment des établissements résidentiels[4]. Plus d’établissements ? Finie la ségrégation? Sophie et son gouvernement ont eu une autre idée géniale : ils les ont rebaptisés et  d’un coup de baguette magique  les foyers sont devenus des colocations et  des « chez soi inclusifs » !

tweet-10

 

 Sophie et son gouvernement sont attachés à  la vie chez soi et  à  la Vie autonome.

tweet-12
La PCH ( Prestation de Compensation Handicap), qui permet de financer les aides de chaque individu en fonction de ses besoins et de sa vie personnelle permet cette Vie autonome mais Sophie et son gouvernement ont trouvé que c’était mieux de prendre cette aide personnelle pour la fondre dans le pot commun de la coloc ! C’est  du perso partagé, plus sympa, non ? Les colocs, les sorties entre colocs… Rien à voir avec les foyers, détrompez vous !

tweet-13

 Vous n’aimez pas ? C’est pourtant l’avenir car les appartements accessibles, on ne va presque plus en faire. Les amis de Sophie trouvaient qu’à cause de z’andicapés les enfants de France dormaient dans des cagibis ! Elle est d'accord avec eux.

tweet-14

 Pourtant, les salles de bains pour personnes handicapées  n’ont pas à faire plus de 5 mètres, non ?

Quoi qu’il en soit, le gouvernement de Madame Cluzel a lancé le logement évolutif. Avant, on appelait ça inaccessible mais ça c’était avant, du temps où l’on n’innovait pas… L'évolutif, c'est le progrès!                            

Voilà en quelques tweets,  le  regard  de Sophie. Change-t-il quelque chose? N'est-il  pas toujours un regard qui part  de la personne valide pour se poser sur la personne handicapée? N'est-il pas  toujours unidirectionnel et toujours surplombant? ( j’emprunte l’adjectif à Amandine Gay, réalisatrice afro-féministe qui a ainsi qualifié le regard que la société pose sur les personnes racisées).

N'est-il  pas un regard qui nous cloisonne dans des images figées? Pour Sophie Cluzel,  plus souvent celle du héros que celle du misérable car l'image du héros  sert bien son idéologie, qui vante le mérite personnel et déresponsabilise la société. Un regard construit qui nous construit. Un regard factice qui nous déshumanise. Un regard qui non seulement construit des images qui nous enferment  mais qui construit aussi  un monde qui nous enferme et restreint nos choix. Un monde que l’on connaissait déjà, qui  change juste de nom  mais qui nous est bien familier. Le monde inclusif de Sophie est un monde VA-LI-DIS-TE, tout comme le regard qui le fonde.

Dans le monde « inclusif » de Sophie, il y a une place pour tous mais chacun est à sa place et la nôtre ce n’est pas nous qui pouvons la choisir.

#MoveOutOurWay ( slogan emprunté à Adolf Ratzka)

 Notes:

 [1] https://medium.com/@marinacpom/handicap-arr%C3%AAtez-avec-ce-changement-de-regard-cea9cff625bf

https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/2018/09/23/inclusion-is-the-new-black/

[2] ESAT ( établissement ou Service d’Aide par le travail. La rémunération garantie est comprise entre 55% et 110% du Smic.  Un travailleur en ESAT n’est pas un travailleur mais un usager de structure médico-social. Un travailleur en ESAT n’a pas le droit de grève ni le droit  d’être syndiqué. Il est aidé par le travail ! Mais rien n’empêche une entreprise de sous-traiter des non-travailleurs en ESAT pour satisfaire son obligation d’emploi de travailleurs handicapés.

[3] Convention des Droits des Personnes handicapées

[4] https://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=22245&LangID=F


 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.