ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

5 Éditions

Billet de blog 3 févr. 2019

Si j’étais moi ou les 7 vies des chattes

Dans ce deuxième épisode de Cartes d'identité après «Magic Bab el-Oued», je découvre avec l'artiste Pauline Rousseau la vie qu'elle aurait eue si seulement…

ELISE THIEBAUT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Délits d'objets © ©Pauline Rousseau

Après « Magic Bab el-Oued », de Sabrina Kassa, qui m'a permis de découvrir la part algérienne de Barack Obama, j'ai décidé de poursuivre ma quête identitaire à la recherche des mondes parallèles. Le monde parallèle ? C'est quand on pense : "si j’étais restée avec cette personne, quelle aurait été ma vie ?" Je me suis posé bien des fois la question et pas seulement celle-là. Parfois, je me disais : « si j’avais vu le jour au Moyen Age, aurais-je survécu jusqu'à l'âge que j'ai aujourd'hui ? », ou encore « si j’avais pris cet appartement de la rue des Bernardins, aurais-je rencontré le fantôme de Cyrano de Bergerac (qui y avait vécu, comme je l'ai appris trop tard) ? ».

Pauline Rousseau, qui expose à la galerie Dilecta une série de photos intitulée « The Would be me » (que je traduirais bien par « Si j’étais moi ») explore ces possibles qui n’auront jamais lieu « entre un passé qui est révolu et un futur qui n’existera pas ». Comme un jeu des 7 familles ou les 7 vies du chat, ces 7 clichés racontent la vie qu’elle aurait vécue si (et seulement si) elle avait eu un enfant avec tel amant de passage, si elle avait épousé un copain d’école, si elle s’était « rangée » dans les attentes que la société avait formées pour elle : des épousailles comme dans les photos de mariage, un enfant comme dans les faire-part de naissance, un brunch alangui comme sur Instagram, des dimanches chez les beaux-parents comme dans les albums de famille, les séances de sport comme dans les résolutions de janvier pour rester « bien gaulée ».

Mettant en scène des personnes qui ont eu une importance dans sa vie sentimentale,  Pauline Rousseau nous fait douter de la réalité. Les possibles qu’elle imagine dans ce catalogue de vies imaginaires ne sont pas extrêmes : elle n’a pas eu à choisir entre sombrer et atteindre les sommets. 

The Would Be Me © ©Pauline Rousseau

Ici, c’est la tentation de la norme qu’elle illustre, celle d’une jeune femme blanche de la classe moyenne, bien éduquée, qui porte sur le monde un regard empathique et teintée d’ironie. Et l’attrait de cette série repose précisément sur l’envers qu’on imagine : si elle ne s’est pas soumise aux « injonctions sociétales qui s’imposent aux femmes », où ses choix l’ont-ils donc conduite ? Une exploration de son CV d’artiste permet d'imaginer les chemins de traverse qu’elle a empruntés, dans les tribunes du PSG, au Niger ou encore sur les rives de la masculinité, comme en témoigne l’émission LSD de Juliette Boutillier sur France Culture : « Est-ce ainsi que les hommes se vivent ? », où elle explique comment elle voit la virilité dans l'oeil de son appareil photographique.

DELIRES D’OBJETS

Au fil des images, son art de la suggestion fascine, et le traitement photographique, qui emprunte à l’univers de la vie parfaite, telle qu’on le décline inlassablement sur les réseaux sociaux, dénonce en creux cette quête d’illusion qui fait de sa propre image la drogue la plus dure. La seconde série exposée dans la galerie poursuit d'ailleurs cette quête de soi au royaume des apparences. Dans « Délits d’objets », Pauline Rousseau pulvérise avec élégance cette supercherie que sont les Boulots de merde proposés jusqu’à un âge avancé aux nouvelles générations : «Après cinq années d’études supérieures et de jobs étudiants, des centaines de curriculum vitæ envoyés, environ quarante entretiens et vingt-deux emplois différents, ma capacité à faire semblant s’est sérieusement étiolée. Inventer des compétences inexistantes, se dire «dynamique» et «motivée» pour plier des vêtements pendant les soldes en étant payée 7 euros de l’heure, énoncer de manière convaincue que mon seul défaut est le «perfectionnisme» et que je suis «quasi-bilingue» en anglais et en espagnol... »

Ce point de départ donne lieu à une série d’images qui repose encore sur l’idée du recto-verso. D’un côté, une petite édition d’artiste où Pauline Rousseau présente les images froides, cliniques, des objets qu’elle prétend avoir dérobés lors de ces boulots de seconde zone qui ont dévoré sa vie : crayons de couleur d’un magasin d’arts graphiques, dosettes de café, chaussures… sont photographiés à titre de preuves, comme dans un dossier policier instruit à charge. A ce livret répond une série de collodions, ce très ancien procédé photographique sur plaque inventé en 1851 par Frédérick Scott Archer, qui met en scène l’artiste avec ces objets. Grâce à ce procédé révolu, ces images semblent mystérieusement exhumées du passé, révélant un charme presque hypnotique. Si vous passez, avant le 23 février, 49 rue Notre-Dame de Nazareth, n’hésitez pas à entrer. Vous n’en ressortirez peut-être pas tout à fait par le même espace temps.

Galerie Dilecta, 49 rue Notre-Dame-de-Nazareth, 75003 Paris. Jusqu'au 23 février.

paulinerousseau.com

https://www.instagram.com/rousseaupaulinepauline/?hl=fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale