Enfermement des enfants

En matière d'enfermement des enfants, la France fait elle vraiment mieux que les USA de Trump ?

L'avis de la Contrôleure Générale des lieux de privation de liberté paru JO du 14 juin 2018 est particulièrement éloquent :

  • Le nombre des enfants enfermés en CRA augmente continuellement depuis 2013
  • L’enfermement des enfants est devenu pour quelques préfectures une pratique destinée à faciliter l’organisation de la reconduite.
  • Malgré l’amélioration des conditions matérielles d’accueil, l’enfermement des enfants porte atteinte à leur intégrité psychique.

En conclusion la CGLPL écrit : « L’enfermement des enfants, même pour une courte durée, a nécessairement des conséquences négatives sur eux : plongés dans un univers quasi pénitentiaire, anxiogène, entourés de murs, de grilles et de barbelés, ils sont témoins de tous les actes de la vie du CRA. Il ressort des témoignages reçus que nombre des enfants exposés à un tel traitement ont ensuite nourri durablement des angoisses et subi des troubles du sommeil, du langage ou de l’alimentation.

Pour l’ensemble de ces raisons, le CGLPL recommande que l’enfermement d’enfants soit interdit dans les CRA et a fortiori dans les LRA, seule la mesure d’assignation à résidence pouvant être mise en œuvre à l’égard des familles accompagnées d’enfants. »

Et n'oublions pas que la France incarcère également des mineurs, plongés pendant des périodes bien plus longues dans un univers pénitentiaire qui finira par devenir leur univers tout court... (on pourra relire mon billet «Cédric, une vie perdue» qui l'illustre particulièrement).

On n'élève pas des enfants en prison et on n'y éduque personne...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.