♠ Secrets et mensonges, la Joconde

10. La Joconde, sa vie, son œuvre, ses effets. C'est une deuxième publication, mais je trouve que ça va bien, à cet endroit du feuilleton. C'est aussi une façon de dire le contraste de la fracture sociale, aussi marquant que celui de la fracture territoriale.

La Joconde, sa vie, son œuvre, ses effets

 

 

Pendant cinq années d’école primaire et huit ans de lycée, il fallait passer cinq à six heures sur les bancs de la classe, puis, une fois les cours terminés, faire ses devoirs,
et aussi – ce qu’exigeait la « culture générale » – apprendre le français, l’anglais et l’italien, à côté du latin et du grec qui s’enseignaient en classe ;
en tout, cinq langues, à quoi s’ajoutaient la géométrie et la physique,
et toutes les autres disciplines scolaires.

Stefan Zweig, Le Monde d’hier, 1944

 

 

– Alors ce tableau, que vous voyez là, sur l'écran, est sans doute l’un des plus célèbres de l’iconographie mondiale. Il a été peint par Léonard de Vinci, au tout début du 16ème siècle. Au premier plan, une femme, que vous connaissez sûrement...

– Ah ouais, moi, m’dam ! Moi !

– Son nom ?

– Arggh, chais pas, ça, son nom… C’est la meuf du Da Vinci Code !

– Euh, oui, si tu veux. En fait, c’est la Joconde. Et si la Joconde est aussi célèbre, vous le savez sûrement, c’est pour, c’est pour…

– Moi, m’dam, je sais ! Moi, m’dam ! Moâa ! MoÄhh !

– Je t’ai vu, Jordan, je t’ai vu, ne t’inquiète pas. Alors, quelle est la particularité de la Joconde, ce pour quoi elle est célèbre ?

– Euh, ben, la, euh, j’veux dire, de la Joconde…

– Eh bien ?

– Elle est riche, m’dam, elle est riche.

– Ah ?  Et à quoi tu vois ça ?

– Euh, son collier, elle a un collier…

– Non, elle n’a pas de collier, regarde bien, pourquoi tu dis qu’elle est riche ?

– Arggh, chais pas, ça, elle a de beaux habits… En couleur, euh, non, enfin, avec des plis partout, voilà, elle est riche, ça se voit, voilà…

– Bon, ce n’est pas entièrement faux. Si le modèle est bien Mona Lisa, ce dont on n’est pas certain, elle est née dans une famille modeste, mais épousa plus tard le fils d’un marchand de soie. Il est vrai qu’on n’aurait pas représenté ainsi une paysanne, et que ses mains sont délicates. D’accord, mais ce n’est pas tout à fait ce que je voulais vous faire dire. Que pensez-vous de son expression ?

– …

– Ses yeux, m’dam, ses yeux…

– Oui ?

– …

– Je sais ! Elle louche !

– …

– Ah ouais, m’dam, elle louche.

– Ah ouais, dis donc, elle louche…

– Elle louche grave, même…

 

– C’est tout ce que vous trouvez à dire ? Elle louche, personne n’a rien d’autre à dire, vous ne pensez à rien d’autre ?

– …

– Son sourire ? Vous n’avez jamais entendu parler du sourire de la Joconde ?

– …

– Bon, allez, on n’a plus tellement le temps, ça sonne dans dix minutes. Vous notez ? Aide-moi à éteindre le vidéo-projecteur, Jordan. Oui, tu as raison, déplace le un peu, ça te fera de l’exercice. Bon, vous notez ?

 

La Joconde est le portrait d’une jeune femme, sur fond d’un paysage montagneux, vaporeux et lointain. Le flou du tableau est caractéristique de la technique dite du « sfumato»…

 

Retour au sommaire

Prochain épisode : Thomas

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.