Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 avr. 2021

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

6- Le déclin de l'Empire

En général, Nelly ne répondait pas aux appels téléphoniques pendant les comités de direction...

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le roman psychologique doit sans doute dans l’ensemble sa particularité à la tendance du créateur littéraire moderne
à scinder son moi en moi partiels, par l’effet de l’observation de soi ;
et par voie de conséquence à personnifier les courants conflictuels de sa vie psychique en plusieurs héros.

Sigmund Freud, Le créateur littéraire et la fantaisie - Der Dichter und das Phantasieren (1908)

C’était le plus difficile à écrire, peut-être. Le texte était resté en jachère bien longtemps et ce n’est d’ailleurs qu’une facilité de plume (de dire la jachère) parce qu’à la vérité, seul le titre apparaissait sur l’ordinateur… Le document Word correspondant était resté désespérément vide, pendant plus de vingt ans. Elle n’y arrivait pas. Elle n’y arrivait pas, alors qu’elle savait bien que, oui, il y avait quelque chose à en écrire. Quelqu’un a dit un jour que lorsqu’on écrivait, on repoussait toujours le moment d’écrire ce truc dont on savait qu’il était loin, caché devant, caché derrière, mais que c’était ça le plus important, comme un petit sapate ou une fourmi qui remonterait du passé.

Ce qui avait débloqué la situation, c’est qu’il avait fini par appeler. Un jour du vingt-et-unième siècle, alors qu’elle était en comité de direction, son portable avait sonné. À cette époque, Nelly avait déjà quitté l’enseignement et elle s’était retrouvée (après de nombreuses péripéties) vaguement directrice générale d’une boîte vaguement parapublique et c’est pour cela qu’elle faisait des comités de direction tous les mardis matins, afin de décider de questions importantes, telles que le rapport d’activité (Qu’avons-nous fait ?), le site Internet (Qui sommes-nous ?-Nos valeurs-Nous contacter), divers sujets d’intendance qui occupent toujours beaucoup les comités de direction (primes, augmentations, horaires) et, comme souvent, quelques sujets dits de cornecul : shampouinage de la moquette (qui commence à être vraiment crade) et… vérification des extincteurs. Les pompiers nous proposent une séance de formation gratuite pour qu’on apprenne à s’en servir, parce que ce serait bien de donner l’exemple et que le résultat de la dernière alerte incendie est sans appel : on aurait tous fini cramés !

En général, Nelly ne répondait pas aux appels téléphoniques pendant les comités de direction, ni aux numéros qu’elle connaissait (elle pourrait toujours les rappeler sauf, bien entendu, si le numéro Maison ou le numéro Maman signalaient que Paul aurait pu tomber d’un toboggan, Arnaud s’ouvrir le crâne ou sa mère décéder brutalement d’une allergie foudroyante), ni à ceux qu’elle ne connaissait pas (à 90% des appels de SFR pour savoir ce qu’elle pensait de son abonnement SFR) mais, là, il s’agissait d’un numéro privé et, donc, d’un numéro qu’on ne pourrait pas rappeler, même pour les engueuler (SFR et les autres). Or, un numéro privé, surtout en période d’alternance, c’est aussi un cas de conscience, parce que ce sont souvent les cabinets ministériels qui se présentent en numéro privé et même, parfois Matignon. Et puisque les places sont chères, ce serait tout de même ballot de rater la proposition du siècle pour une négligence, ou même de rester la seule à ignorer, pendant des semaines, qu’elle venait de se faire virer (c’était déjà arrivé) tout simplement parce que le réseau ne passait pas dans le restaurant en sous-sol où elle était justement en train de raconter à l’une de ses copines qu’elle avait peur de se faire virer, le jour où le directeur du cabinet avait vaguement tenté de l’en informer, sans trop insister d’ailleurs, et que tous les autres s’étaient défilés. La lettre était donc arrivée par porteur un mercredi matin à neuf heures, brute de fonderie, et elle portait les trois signatures des trois ministres :  Madame la Directrice générale, nous savons la grande implication que vous avez manifestée, blablabla, votre indéniable sens du service public, blabla, votre investissement personnel, reblabla, et nous ne doutons pas que vous saurez, chabalabala… C’est pourquoi nous vous demandons, tibidibidi, de bien vouloir, sanglots, rester en poste par intérim le temps de la nomination de votre successeur. Salutations, sentiments les meilleurs et… ah les fumiers !! La seule consolation, dans ces cas-là, est que fini les grands projets, on passe direct à l’expédition des affaires courantes (Ah, ben, vous verrez ça avec le secrétaire général. N’est-ce pas, Didier, tu as bien des idées sur la maquette du rapport d’activité ?).

Ni une, ni deux, elle avait donc répondu, et une voix un peu hésitante mais néanmoins précise venait d’articuler :
– Nelly, vous êtes bien Nelly A…?
– Euh, oui…
– C’est… le professeur de philosophie du siècle dernier. Jacques, vous vous souvenez ?
– Ah, oh, Jacques, non, ah oui… Ne quittez pas ! Non, je veux dire, je ne peux pas vous parler, là ce n’est pas possible, mais donnez-moi votre numéro et je vous rappellerai dès que, je note…

C’est très curieux, d’entendre une voix que vous n’avez pas entendue depuis plus de trente ans… Comme de revoir les gens trente ans après, sans doute, mais même au téléphone, c’est très étrange. La voix restée familière, distante et amusée, avec un ingrédient de plus, quelque chose de cassé ou de presque fini, comme de la vieillesse. Elle avait pensé à de la faïence ou à du verre pilé, à une matière friable. En même temps, elle avait été un peu choquée parce qu’il était resté dans son souvenir comme un homme d’à peine plus de trente ans et que, comme elle-même en avait maintenant plus de cinquante, oui c’est ça, presque soixante, alors, lui, ça lui ferait… plus de soixante-dix ou presque quatre-vingts ? En tous les cas, il n’avait pas cette voix-là, à l’époque. Ou bien sûr que si, il avait la même, mais en plus… jeune ? Ça lui avait fichu un coup, de réaliser qu’il était vieux, parce que ça voulait dire qu’elle aussi, c’était tout simple. Plus exactement, qu’elle-même était aujourd’hui beaucoup plus vieille que lorsque lui-même était déjà vieux et qu’elle était jeune. C’est ça, elle était bien plus vieille que quand lui était déjà vieux… On pouvait même dire qu’au moment où elle l’avait trouvé vieux dans le passé, il était finalement très jeune, à peine plus que ses enfants, qui, eux, étaient devenus vieux aussi et ne tombaient plus du toboggan, sidérant…

N’empêche qu’elle allait le rappeler.

À suivre…

https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/200421/le-declin-de-lempire-2

Retour au sommaire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro