Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2018

Darmanin, encore un arbre qui va nous cacher la forêt !

Sans négliger les aspects importants de cette nouvelle affaire : le viol, le consentement, la présomption d'innocence... et si l'on osait parler de déontologie ?

Emma Rougegorge
Apprentie de l'écriture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle apparaît sur ma tablette, encore une affaire de viol et de dépôt de plainte, visant cette-fois-ci l’un de nos ministres, et ma première réaction est de me dire : « Et bien, si c’est vrai, c’est grave pour elle, mais si c’est faux, c’est grave pour lui ! » Ou l’inverse, c’est une question de point de vue, au sens littéral du terme.

Puis je lis…

Et là, je vois apparaître toute une litanie devenue habituelle : confiance du Premier ministre, présomption d’innocence, la fille est une ancienne call-girl, chantage, consentement, pas consentement, enquête préliminaire, c’est parole contre parole, la justice le dira… Et même, « Que s’est-il passé à l’hôtel ?» (Le Monde) ce qui ne peut pas manquer de nous évoquer des souvenirs.

Alors qu’on me comprenne bien : je sais que la notion de consentement est au cœur des affaires de viol, j’ai encore en mémoire la magnifique plaidoirie de Gisèle Halimi lors du procès de 1978, je sais aussi qu’une enquête préliminaire n’est pas une information judiciaire et encore moins une mise en examen, mais je constate que, dans toutes ces affaires, le mot absent, le mot impensé, c’est toujours le même : la déontologie !

Comment pouvons-nous accepter cela ? Comment pouvons-nous tolérer que nos élus, nos ministres, soient aussi occupés à monnayer leur influence par des services, des renvois d’ascenseur et tutti quanti ? Qu’ils pratiquent en permanence le mélange des genres, comme si c’était normal ? C’est normal d’inviter à dîner une dame à laquelle vous avez promis de transmettre son dossier à une ministre de la République, en vue, pourquoi pas, de coucher avec elle ?

Dans l’affaire Georges Tron, c’est normal, de faire d’une mairie le haut lieu des massages plantaires ? Dans l’affaire Woerth, c’est normal, de ne pas voir qu’on est en situation de conflit d’intérêts lorsqu’on a fait embaucher sa femme par L’Oréal et qu’on devient ministre de l’Economie ? Qu’à tout le moins on devrait prendre des mesures de transparence pour ne pas alimenter les soupçons et ne pas balancer les Légions d’Honneur à tout va ? Parce que la prise illégale d’intérêt est une chose, la justice peut le dire, mais le conflit d’intérêt en est une autre, ça se présume, le conflit d’intérêt : c’est une situation qu’il faut à tout prix éviter, si l’on est un tant soit peu compétent pour briguer les affaires publiques. Et dans l’affaire DSK, parlons-en, c’est normal de partir en goguette avec deux ou trois prostituées et de leur faire visiter le FMI ? Aux frais d’une boîte, peut-être, mais en profitant d’une fonction qui n’est tout de même pas une paille ! Et dans l’affaire Fillon, cette obsession à nous répéter que c’était légal… Et que la justice de mon pays et blablabla… Alors même qu’on postule à la fonction suprême et que l’on a bâti sa carrière politique sur la morale et l’intégrité, pour finir par révéler aux yeux de tous que la déontologie, que dal…

Dans la fonction publique, la commission de déontologie examine avec soin les demandes de disponibilité des fonctionnaires de tout poil, petits ou grands, pour savoir si leurs projets sont compatibles avec la « dignité » de la fonction. Par exemple, on n’a pas vraiment le droit d’ouvrir un sex-shop quand on part en retraite de la fonction publique, surtout si l’on y détenait des responsabilités. Pour juger de cette compatibilité, la commission de déontologie met justement en balance les responsabilités qu’on détenait dans ses anciennes fonctions et la nature de celles qu’on souhaite occuper dans le privé. Et plus on est gradé, moins on a le droit de faire n'importe quoi.

Exception notable, pour les ministres, puisqu’il semblerait que tout le monde s’en fiche. Or, les ministres sont aussi les chefs de leurs administrations… au sommet de la pyramide hiérarchique. Et que, paraît-il, on n’est plus aux temps de Louis XIV mais qu’ils sont, au sens étymologique du terme de ministre, les serviteurs de la République.

Affaire après affaire, cet oubli me met dans une grande colère.

_____________________________

Et ça continue : https://blogs.mediapart.fr/emma-rougegorge/blog/150218/darmanin-ce-que-nous-disent-ces-applaudissements

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO