Scandales et crimes d'Etat des 17 et 18 janvier

17 janvier 1800 : prétextant la guerre, le Premier Consul signe un décret qui supprime la plupart des journaux parisiens, qualifiés d’ «instruments dans les mains des ennemis de la République». Propriétaires et rédacteurs de journaux doivent promettre fidélité à la Constitution.

17 janvier 1951 : première utilisation du napalm pendant la guerre d'Indochine lors de la bataille de Vinh Yên

17 janvier 1961 : Okito, Mpolo et Lumumba sont assassinés à Elisabethville par des soldats katangais commandés par deux belges. Plusieurs ouvrages anglophones impliquent directement le français Bob Denard. Je ne sais si c’est vrai. En tout cas, ces Français ont fait la guerre au Mouvement national congolais : le ministre de la Défense Pierre Messmer, les militaires/barbouzes Jacques Duchemin, Roger Trinquier, Roger Faulques, Bob Denard. La CIA aussi était impliquée.

17 janvier 1966 : deux mois et demi après la disparition de Ben Barka, Georges Figon, témoin de l’enlèvement, est retrouvé mort par balles dans son appartement, cerné par la police. L'enquête, controversée, conclut au suicide. Le journaliste Henrik Krüger considère que Figon fut assassiné par Christian David, barbouze du SAC.

17 janvier 1990 : mort de Charles Hernu, ministre de la Défense… petit collabo, vendeur d’armes illicites à l’Iran et Israël, informateur de la CIA et assassin par procuration. Il a été accusé d’avoir ordonné la réquisition d’un magasin juif par Arthur Wolberg... Il était un informateur de la CIA d'après Vincent Nouzille. Il a organisé ou couvert la vente illicite de 400 000 obus à l'Iran. Il est également impliqué dans la pseudo revente de fil barbelé algérien (installé à la frontière par la France pendant la guerre d’indépendance), qui masque des ventes d’armes illégales pour Israël par l’intermédiaire de la mafia. Après le scandale du Rainbow Warrior (mort de Fernando Pereira lors du dynamitage par les services secrets français d'un navire de Greenpeace en Nouvelle-Zélande), il met en place les cellules Alphas (les cellules de tueurs intraçables). Existent t-elles encore s'interroge un blogueur de Médiapart ? https://blogs.mediapart.fr/pierre-gilles-bellin/blog/150820/dgse-meurtres-la-cuvee-2020

17 janvier 1991: début de l’opération Tempête du désert et de la guerre du Golfe... 3 mois après la fausse nouvelle américaine de l'affaire des couveuses!

17 janvier 2008 : Manifestations à Nouméa suite au renvoi d'un chauffeur de bus de Carsud, filiale de Veolia, et délégué syndical de l'USTKE. 20 blessés (5 graves) par la police. 15 syndicalistes feront 5 semaines de prison.

 

 

17 ou 18 janvier 1804 : un an après le rétablissement de l'esclavage dans la colonie, Victor Hughes, gouverneur de Guyane, monte une expédition pour rétablir la liaison de la Guyane avec le comptoir de traite d’esclaves de l’île de Gorée, occupée par les Britanniques, qui reprendront l’île sénégalaise dans l’année, et la rendront aux Français en 1817.

 

18 janvier 1800 Le premier consul Napoléon Bonaparte crée la Banque de France.Une institution dès le départ pensée pour favoriser quelques intérêts privées. Ecouter Henri Guillemin (8 minutes) : https://www.youtube.com/watch?v=gSiN5AtyooY

18 janvier 1896 : la reine Ranavalona III reconnaît la « prise de possession » de Madagascar. Elle abandonne ses prérogatives économiques, diplomatiques, etc... au nom du « progrès de la civilisation ».

18 janvier 1983 : Après 10 ans de chantier le président français François Mitterrand inaugure le 2e tronçon de la ligne ferroviaire du Transgabonais... « la France aide sans doute le Gabon, mais elle s'aide aussi elle-même » reconnaît Mitterand dans son discours. Le marché du Transgabonais est confié à Eurotrag, consortium de plusieurs entreprises européennes, en grande partie françaises. En plus des grumes de la forêt équatoriale, le train amène le manganèse vers l'Atlantique. Eramet, société française, exploite via sa filiale locale Comilog près de 80% du manganèse gabonais. En 2005, Comilog devient même l'exploitant du chemin de fer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.