ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 nov. 2021

La diffraction du corps de Bruce Lee

Dans « Opération Dragon », Bruce Lee livre un combat à mort dans un palais de miroirs dans lequel l'image de son corps se diffracte dans un jeu de reflets infinis. Quarante-huit ans après sa mort, l'exposition "Ultime Combat" du Quai Branly lui rend un bel hommage.

ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bruce Lee dans "Opération Dragon", 1973.

Il y a toujours un risque de méconnaître une grande idée lorsqu'elle se manifeste dans une oeuvre purement commerciale, spectaculaire. Parce que nous avons tendance à croire que celle-ci ne peut se loger que dans une grande oeuvre de l'esprit. 

Affiche de "Opération Dragon", 1973.

C'est le cas du film Opération Dragon, réalisé, en 1973, par Robert Clouse. Si certains le tiennent pour un film important dans le domaine des arts martiaux, c'est loin d'être un chef-d'oeuvre du cinéma. Pourtant, il y a une grande idée dans le combat final qui se déroule à l'intérieur d'un palais de miroirs : il s'agit d'une profonde réflexion sur la diffraction du corps et de l’esprit à l'intérieur d'une œuvre cinématographique.

Analysons cette séquence d’anthologie. Un combat à mort s’engage entre Bruce Lee (Lee) et le méchant Shih Kien (Han) dans une salle d’armes. Très vite, Bruce Lee prend l’ascendant sur Han, qui est pourtant armé d’une griffe d’acier et d’une lance. 

DE L’AUTRE CÔTE DU MIROIR

Face à un Bruce Lee surpuissant, Han décide de l'entraîner à l’intérieur d’un palais des glaces, un labyrinthe de miroirs qui fragmente son image à l’infini. Si le combat a commencé dans une salle d’armes, il se prolonge, ici, dans un dédale qui fonctionne comme une nouvelle "arme" destinée à lui faire perdre ses repères.

Shih Kien (Han) dans "Opération Dragon", 1973.

Lee ne comprend pas dans quel espace il se trouve. Le jeu des reflets démultiplie la tension dramatique du combat. On pense alors au palais des glaces de l'hilarant Cirque de Chaplin, ou à celui, sublime et tragique, de La Dame de Shanghai d’Orson Welles.

Au début du film, Robert Clouse, à la différence des autres réalisateurs de films de Kung-Fu qui pratiquent un montage rapide de plans courts, conçoit des plans larges et un montage plus lent. Il place Bruce Lee au centre du cadre pour que celui-ci repousse ses ennemis en dehors du plan.

La scène du palais des glaces, avec ses 8000 miroirs, permet à Clouse d'inventer un nouveau découpage. Ses plans larges éclatent en facettes qui coexistent simultanément. Ainsi, le découpage n’est plus opéré par le montage, mais par le découpage interne du plan. L’espace devient cubiste, abstrait, comme s'il n’était plus euclidien. 

Bruce Lee dans "Opération Dragon", 1973.

Une seconde scène s'ouvre sur un long plan-séquence et travelling vers la droite : le vrai Bruce Lee évolue lentement, sort progressivement du plan, tandis que son reflet poursuit son avancée et finit par se diffracter en profils virtuels qui disparaissent les uns après les autres. La caméra effectue une pause, sans que le plan-séquence ne s’interrompe. La griffe de Han réapparaît, démultipliée par les miroirs pour annoncer son retour dans l'image. On ne sait si Han avance ou marche à reculons. Les trajectoires s’inversent dans les miroirs. Impossible d’avoir une vision unifiée de l'espace.

Extrait du film "Opération Dragon". Scène de combat final entre Bruce Lee (Lee) et Shih Kien (Han) dans le palais des glaces, 1973. © Robert Clouse.

ENTRE REEL ET VIRTUEL

Autre plan qui retient l'attention, celui où l'on voit Han, le visage défiguré par l’ondulation des miroirs. Il attend, figé, comme une statue, prêt à attaquer Bruce Lee qui semble tout près de lui par le jeu de réduction brusque des distances. Proximité purement virtuelle.

Le combat reprend dans ce chaos miroitant. Lee donne une série de coups de poing dans le vide. Ses gestes se diffractent comme dans un kaléidoscope. L’ennemi disparaît à nouveau. A la fin du plan-séquence, on s’aperçoit que c’était le double virtuel de Lee qui donnait les coups. Le monde réel et le monde virtuel ne cessent de s’échanger.

Bruce Lee veut limiter le danger en marchant lentement, le long des murs de miroirs. En effet, il n'y a plus qu'un seul côté menaçant. Mais la stratégie se révèle inefficace, car Han surgit et réussit à griffer l’omoplate de Lee. Le corps de Bruce Lee, blessé, griffé, meurtri, fait écho à son image altérée dans le reflet des miroirs.

Enfin, un plan large montre Lee donnant un coup de pied tellement puissant qu’il projette son ennemi en dehors de l’espace virtuel, vers l’espace réel. Le ralenti sublime ce mouvement en fragmentant sa linéarité comme dans un tableau futuriste.

Bruce Lee dans "Opération Dragon", 1973.

Toutes les surfaces se divisent, se tronquent, se décomposent, se brisent, comme on imagine qu’elles le font dans l’œil à mille facettes d’un insecte.

BRISER LES REFLETS

Instant insolite du combat, Lee entend la voix-off de son vieux maître qui lui donne un indice : « L’image de l’ennemi n’est qu’une image (...). Détruit son image et il s’effondrera ». Bruce Lee décide alors de briser les miroirs. Il choisit de détruire l’artifice et de mettre ainsi fin au jeu infini des reflets.

Poing de Bruce Lee brisant un miroir, "Opération Dragon", 1973.

Succession de plans rapides de miroirs fracassés par des coups de poing et coups de pied de Lee. Une nouvelle fragmentation surgit, avec des micro-diffractions qui ressemblent à des impacts de balles, des ramifications étoilées, des toiles d’araignée feuilletées au coeur des miroirs. Tout un micro-réseau plus serré capable de capturer virtuellement Han, et d'annoncer sa fin imminente.

Bruce Lee dans "Opération Dragon", 1973.

CORPS-CRISTAL

La diffraction du corps à travers les différents miroirs a permis l'éclosion d'un nouveau corps. Un corps, non pas glorieux, christique, mais un corps-cristal.

Les miroirs ont absorbé provisoirement l'intégrité physique des deux combattants. Ces derniers ne pourront retrouver leurs corps réels qu'en brisant tous les miroirs des apparences trompeuses de l'existence. Toutes ses fausses images du corps qui se sont cristallisées durant cette grande scène du palais des glaces.

Le corps-cristal s'inscrit dans une histoire de la fragmentation esthétique des formes qui va de la décomposition du mouvement des chronophotographies de Marey à l'éclatement géométrique des cubistes, jusqu’aux effets simultanéistes de Duchamp et des futuristes.

Shih Kien (Han) dans "Opération Dragon", 1973.

Si le corps-cristal de Bruce Lee est miroitant, diffracté, narcissique, sa fragmentation ne va pas sans métamorphoser les gestes et l'image de la pensée. Les gestes fluides des enchaînements du Jeet Kune Do, art martial de synthèse inventé par Bruce Lee, ont la force de faire voler en éclats le labyrinthe aux miroirs.

Le corps-cristal incarne le mauvais côté de la diffraction. Il est le lieu factice qui cristallise le jeu des apparences. Mais la diffraction a aussi sa vertu, celle qui définit le comportement d'une onde lorsqu'elle rencontre un obstacle. "Be Water My Friend", proclamait Bruce Lee. On le sait les grandes vagues se diffractent en vagues plus petites pour contourner les rochers sur leur chemin.

Par Eric Monsinjon 


Exposition "Ultime Combat", Musée du Quai Branly - Jacques Chirac, jusqu'au 16 janvier 2022.

Affiche de l'exposition "Ultime Combat", Musée du Quai Branly- Jacques Chirac.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie