La formation de la "pensée française" et ses conséquences...

L'expression "pensée unique" est inconnue dans d'autres langues, souvent intraduisible ou si on le traduit, les habitants d'autres pays ne comprennent pas ce que cela signifie. Je reviens donc sur ce sujet en reprenant quelques discussions que nous avons eues sur différents fils sur mediapart.

L'expression "pensée unique" est inconnue dans d'autres langues, souvent intraduisible ou si on le traduit, les habitants d'autres pays ne comprennent pas ce que cela signifie. Je reviens donc sur ce sujet en reprenant quelques discussions que nous avons eues sur différents fils sur mediapart.

 

Je sais, certains vont encore me taper dessus, mais ce que j'écris ici est argumenté et le fuit d'observations sur plusieurs décennies...Le débat est donc ouvert, comme avec les trois coups pour le lever de rideau au théâtre :-) En allemand il y a le terme "Zeitgeist" qui est beaucoup plus vaste et moins restrictif, en anglais "main stream" et autres, mais "pensée unique" veut bien dire que différents acteurs publics ont essayé de presser tout un peuple dans une "pensée"... et y sont parvenus sur bien des points.

.

 

Sur le fil http://www.mediapart.fr/journal/international/101208/le-president-tcheque-vaclav-klaus-reve-de-faire-derailler-le-train-de-l il y a eu un échange très riche que je souhaite reprendre à part entière sur ce blog. Un dialogue s'est installé entre plusieurs internautes et Christel écrivait:

 

.

Tout près.... oui, mais je crois que je vous comprends Etoile, pour avoir moi aussi vecu hors de France, et reconnaître cette meme maladie du moi je dont vous avez parlé....
.
Elle est reelle, mais je ne peux pas en vouloir a personne. Le système français produit cela, et d'abord et avant tout par l'etude des langues. Mais qui est plus durement frappé car compte l'oral dans leur etude.
.
Et en France, depuis la maternelle, l'erreur est risible. Donc se tromper est etre en but a la moquerie, ce qui produit très vite un renfermement.Ah, si je parle, me trompe, je suis moqué, alors....je ne parle plus ! Mais du coup on communique moins, et comme on communique moins avec autrui, on se forge sa petite idée sur tout ! Souvent fausse !
.

L'autre chose c'est l'argumentation, le système apprend a argumenter (rappelez vous thèse antithèse synthèse etc... quoique cela tende a changer, on ecrit moins a l'ecole de nos jours. En troisième ma nièce n'a toujours pas produit de commentaires de texte ni de texte de ce genre dissertation!) quand a mon epoque, nous en mangions tous les jours.
.
Donc nous savons disserter mais avons des problèmes de compréhension de l'autre et du monde de par un defaut de communication...
!

.

Excellentes remarques de Christel qui rejoignent un peu le débat que nous avons eu sur ces deux fils:



Le rôle de la TV dans l'acquisition des mots pour penser... écrire et s'exprimer.

 

L'orthographe, l'illettrisme, contribution à la discussion

 

 

Voici donc ma réponse à Christel:

 

 

Vous avez tout à fait raison dans votre analyse. Mais cela provient de ce sentiment que donnent tous les parents à leurs enfants, parce qu'ils ont été éduqués ainsi, l'école également y contribue, puisque c'est elle qui "formate" une nation.

Si tu sors du rang, on t'y remet vite.

 

 

Je me souviens des cours d'allemand où je parlais à peu près correctement au niveau de l'accent après avoir séjourné un mois dans la famille de ma "correspondante" près de Hambourg. Presque tous les élèves se foutaient de moi en disant que je faisais "l'intéressante"... Ils préféraient prononcer "à la française"...
C'est comme les meilleurs élèves de la classe, les autres les "descendent" parce qu'ils n'arrivent pas à les imiter. Psychologiquement, quand on l'analyse, c'est très fort.

 

 

Le peuple "s'autorégule" pour ne surtout pas arriver au niveau de "l'élite" qui est réservée juste à quelques-uns...


(Cela me rappelle un entretien avec des Africains qui me racontaient pourquoi selon eux l'Afrique n'évoluait pas. Dès que dans un village ou une famille une personne sort de la masse par son intelligence, son courage au travail, etc et arrive à construire quelque chose, la majorité des autres lui jettent de mauvais sorts, essaient de lui nuire et de le détruire, jusqu'à ce qu'il abandonne et rentre dans le rang ou parte...)

Et ce comportement est entretenu par l'Ecole, parce que c'est VOULU par les gouvernants, en France.

 

 

L'Etat centralisé, qui sert de "papa" dans toutes les situations, dont les gens attendent tout ("L'Etat devrait intervenir" entend-on à tout bout de champ.) produit des citoyens non pas critiques, mais serviles et dociles. Ainsi ils sont plus manipulables. On le voit avec les médias. La situation en France est unique en Europe !

Certes, quand la pression d'en haut devient trop insupportable, ils manifestent bruyamment dans les rues, et l'Etat lâche un peu de lest, mais en fait RIEN ne change dans la société. Même la Révolution, si idôlatrée, de même que les livres d'Histoire idôlatrent un "boucher" comme Napoléon qu'elle a produit quelques années plus tard, la Révolution n'a rien changé. La France est restée un pays quasi-monarchique avec un vernis de république. On a mis sur les frontons des bâtiments publics "Liberté, Egalité, Fraternité" pour faire rêver le peuple, mais ces trois mots sont vides et ne sont pas mis en pratique.

D'ailleurs, le "cinéma" avec Besancenot me fait sourire, car je sais par un ami UMP assez critique avec le président actuel mais qui a encore ses entrées à Paris, que des gens de l'UMP participent aux manifestations de Besancenot pour faire grossir les troupes et le faire monter dans les sondages... pour diviser l'opposition, car ils savent que Besancenot ne sera jamais dangereux pour eux. D'ailleurs, Drucker, l'ami du président, l'a bien choyé sur son fauteuil. Et les gens ne le voient pas de manière critique... C'est à pleurer...

C'est l'Education Nationale dès la maternelle qui devrait faire l'objet de toute l'attention des futurs dirigeants du pays. Il y a un travail énorme d'ouverture d'esprit à faire, d'apprentissage de la critique - critique des adultes, des medias, de la publicité - pour ne pas produire des citoyens dociles, mais autocritiques et courageux.

Mon fils a été à la maternelle à Hambourg et a appris à ne surtout pas obéir à un adulte sans raisons, a appris le "partenariat" et le "respect de l'autre" ce que n'ont pas appris les enfants de ma soeur en France, du même âge, on les a "scolarisés" et leur a "appris" des "connaissances". Elles sont aujourd'hui des consommatrices dociles et non critiques...

Je suis toujours stupéfaite de voir la crédulité des gens face à la publicité. Une pub comme "deux produits achetés, le troisième gratuit" serait impossible en Allemagne car tous savent que c'est de la manipulation puisque c'est le consommateur qui paie, il n'y a jamais de cadeaux dans le commerce.

 

 

En France, ça marche...

 


Lorsque nous sommes en Charente-Maritime, nos voisins sont tout fiers de nous raconter qu'ils ont acheté plusieurs produits pour le prix d'un. On leur vend de la merde au prix fort et ils sont contents.

 

 

D'ailleurs lors de la visite de Luc Chatel dans un supermarché allemand, sa remarque m'a fait sourire à propos du "Babybel" qu'il prend dans la main et dit "Tiens, ici il n'y en a pas de gratuit"!!!!!

:
http://www.dailymotion.com/relevance/search/Luc%2BChatel%2BA...

Le fromage était vendu 3,75 € en Allemagne, sans "cadeau" et 4,35 € en France avec un "gratuit"... CQFD...

Pour vivre à la frontière (200 mètres) je vois toutes les voitures françaises sur les parkings des supermarchés allemands qui ont fleuri juste derrière la frontière. Je vois aussi lorsque nous allons du côté français les "promotions" sur les vins par exemple. Deux cartons achetés, le 3ème "gratuit". Impensable, tant de crédulité. Que ce système marche en France est tragique et montre l'Education de la population.

D'ailleurs, l'argumentation de Chatel pour réformer la législation est aberrante et va encore donner davantage de "pouvoir" aux grandes surfaces, sur le dos des fournisseurs et clients, sur les bons conseils de l'ami du Président qui a les centres "Leclerc" vendus dans les médias comme "sympas"...

Les organisations de consommateurs sont inexistantes ou des tigres de papier, alors qu'en Allemagne, elles sont puissantes et font plier les entreprises, sans pitié. Pour vivre en Allemagne depuis 1973, je constate que les prix ont toujours été plus hauts en France pour pratiquement tous les produits - électronique, machines, produits alimentaires, photos, etc.. - donc certains ont soutiré ce qu'on appelle du "pouvoir d'achat" aux Français pendant des décennies, se sont sucrés sur le peuple à qui on a laissé croire qu'on leur garantissait un SMIC un RMI, maintenant un RSA, par "gentillesse de l'Etat"... Triste, triste...

Et tout est à l'avenant. On n'éduque pas le peuple français, pas sa masse, surtout pas d'éducation critique, juste son élite est bien soignée pour qu'elle puisse toujours rester "en haut".

 

 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes:

 

 

La dépense publique annuelle par étudiant en 2006 était de 9 370 €, ce qui place la France en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE et masque une grande diversité puisque les chiffres varient de

 

 

- 7 840 € pour les universités à près de

- 20 000 € pour les « grandes écoles »... presque trois fois plus.

 

 

Sans parler du mépris par le pays du "travail manuel" et des quelque 500.000 jeunes qui quittent le système scolaire sans AUCUNE formation. Un scandale...

67,1 % des chefs de famille d'élèves de grandes écoles sont cadres supérieurs, alors qu'ils ne sont que 15,7% dans la population totale,

 

Voir "Origine sociale des élèves : ce qu'il en est exactement - Conférence des Grandes Écoles, juin 2005", document à lire avec attention: http://www.cge.asso.fr/SYNTHORIGINECSP2004B1406.pdf

Tout ce système produit la "pensée unique", mot intraduisible dans d'autres langues parce qu'il n'existe pas, elle est bien entretenue par les "philosophes" amis du pouvoir, les journalistes, etc... le tout vivant en grande promiscuité à Paris, dans la même ville où ils se rencontrent régulièrement... et squattant régulièrement les medias, tous situés à Paris.

Tout cela "produit" des gens à qui on peut faire croire tout ce que l'on veut et que l'on peut bien maintenir dans cet état dont Axel J. écrivait sur ce site que c'était un "état de serf" :

.

http://www.mediapart.fr/comment/reply/19960/32404

 

http://www.mediapart.fr/comment/reply/19198/29921.

Tiens, je viens de lire un excellent article de Judith Bernard sur @si, il pourrait servir à éduquer les petits Français dès l'école primaire, pour éviter qu'ils ne gobent béats les JT de France2 ou TF1: http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1506

La première partie n'était pas mal non plus: http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1505

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.