Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 janv. 2013

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

FAUT-IL MOURIR POUR AVOIR DES PAPIERS ?

Excusez les majuscules, mais comment ne pas CRIER quand les autorités - municipales, hospitalières, religieuses, préfectorales, gouvernementales - ne peuvent pas entendre qu'il n'est plus question d'ordre public ni de traitement administratif légaliste pour ces travailleurs étrangers à leur 66ème jour de grève de la faim?

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Excusez les majuscules, mais comment ne pas CRIER quand les autorités - municipales, hospitalières, religieuses, préfectorales, gouvernementales - ne peuvent pas entendre qu'il n'est plus question d'ordre public ni de traitement administratif légaliste pour ces travailleurs étrangers à leur 66ème jour de grève de la faim?

Les appels en direction du pouvoir se multiplient, en vain. La visibilité médiatique reste très modeste, alors qu'ils sont encore une quarantaine en grève de la faim, selon La Voix du Nord. Ils ont commencé à plus de cent, ils persistent depuis le 2 novembre 2012.

Une infirmière membre du MRAP leur a rendu visite le 1er janvier 2013. Elle a l'habitude des grèves de la faim. Elle est revenue attérrée de ce qu'elle a constaté.

"La situation est catastrophique: le summum étant atteint par l'expulsion de deux grévistes de la faim dimanche matin (les billets d'avion étaient achetés avant la décision du jugement!!!) L'un d'entre eux est toujours hospitalisé en Algérie à Tizi Ouzou.

A ce jour, il y a une vacuité sanitaire incroyable: le suivi élémentaire n'est pas assuré sauf à coup de passage aux urgences hospitalières quand leur état apparaitrait trop dégradé: ils ont alors une perfusion d'électrolytes et ???. certains auraient été "renfloués" de cette manière et auraient eu la prise de sang après (avec donc de bonnes références après le remplissage par perfusion: ces résultats bio serviraient de référence aux autorités). Au final , une défiance s'est installée chez certains grévistes par rapport à cette prise en charge (!) médicale.

Aucun lien médical constant donc ni forcément aucun lien de confiance avec les "médicaux" (celà est fondamental dans un suivi)

Pas de surveillance quotidienne de constantes ni de vitamines B1 , B6, de sel, de potassium qui sont fondamentaux pour éviter des problèmes cardiologiques et neurologiques...

Ce matin, alors qu'il y avait un rayon de soleil dehors, nous avions froid, emmitouflés dans nos manteaux!!! Les grévistes, installés sous une grande tente de fortune avaient eux aussi froid (et plus que nous!! Pas de sanitaire à proximité avec verbalisation par la police municipale des ceux qui seraient surpris en train d'uriner. Un hotelier tunisien accepterait que les 5 ou 6 femmes utilisent les toilettes de l'hôtel.

Pas de possibilité de se laver le corps!!!!

Quand nous sommes arrivés un homme flageoleant sur ses jambes à l'extérieur de la tente avait des nausées et spasmes sans vraiment rien vomir. Il disait avoir 45 ans et en paraissait 10 de plus.

La tente n'est pas tellement protégée et les grévistes les plus proches de l'entrée exposés aux courants d'air et au temps.

Une femme qui a ses enfants placés pendant qu'elle fait le grève de la faim craquait à l'extérieur.

Les grévistes se plaignent du froid, sont très choqués par l'expulsion et nous demandent d'intervenir...

Trois femmes ont accepté d'aller aux urgences... pour sans doute revenir quand elles seront "retapées" à coup de perfusions!!!

Quoi vous dire de plus, sinon, alors que je connais la lutte des sans papiers et les grèves de la faim... je n'ai jamais connu une situation aussi dramatiquement fermée de la part du gouvernement."

Le 3 janvier les collectifs de sans papiers d'Ile de France occupaient par surprise le siège du PS à Paris, rue de Solférino, tandis que d'autres envahissaient pacifiquement la Mairie de Lille. Bilan, selon le Comité des Sans Papiers 92 (CSP92).

"Après des échanges très vifs (...), la délégation a réussi à faire accepter ses exigences qui sont les suivantes :

1 - la prise en charge immédiate des grévistes de la faim avec une Régularisation à Titre exceptionnel et Humanitaire de tous les grévistes,

2 - une Rencontre la semaine prochaine élargie entre  le mouvement des sans papiers et le Secrétaire Général du Parti  pour évoquer l’origine de toute cette colère en l’occurrence la fameuse  Circulaire VALLS,  sur ses contradictions et ses effets néfastes quant à son application à l’encontre de cette population faible et vulnérable des sans papiers.

Enfin sur place, la Mairie de Lille a été saisie sur la situation dramatique des sans papiers au sein du CSP 59 dont elle a clairement fui sa responsabilité, nous apprenons qu’une Délégation du CSP 59 sera reçue au sein du Bureau de Mme Martine Aubry dans les heures qui viennent."

Puis le 4 et le 5 janvier 2013, plusieurs manifestations de rue à Lille et à Paris sont venues appuyer leur demande d'être traités de façon digne. En réalité, il ne s'est pas passé grand-chose, ni du côté de l'administration ni de celui des politiques.

Selon l'Humanité du 4 janvier 2012, "Régulièrement, des équipes du Samu entrent sous la tente pour emporter des grévistes affaiblis. Trois sont hospitalisés depuis plusieurs jours, les autres reviennent après quelques heures d’une hospitalisation compliquée… « On veut nous forcer à faire des perfusions, mais nous refusons, explique Saliha. Nous acceptons les soins, mais pas les vitamines. » (...) « Beaucoup ont perdu jusqu’à vingt kilos, les malaises sont quotidiens. Beaucoup vomissent. Les pancréas commencent à être touchés, ce qui provoque de grosses douleurs, d’autres ont des problèmes de vue. » Les soutiens organisent des roulements jour et nuit aux côtés des grévistes et appellent les secours en cas de besoin. Toujours dans la crainte d’un drame à venir."

Les Comités de Sans Papiers regroupent un peu partout des étrangers qui ont pris leur destin administratif en main, en dehors de la médiation d'associations ou mouvements militants. Ils partent de l'évidence de leur propre situation: ils vivent et travaillent en France depuis des années, il leur faut un titre de séjour. Logique imparable, qui met en pleine lumière combien la loi ignore les situations réelles. Mais qui peut conduire à des méthodes déroutantes. Alors, si sur le terrain de leurs luttes ils reçoivent le soutien de nombreux sympathisants, les organisations qui pourraient leur donner une visibilité plus large sont plus hésitantes. Quant à la presse, elle est souvent comme une poule devant un couteau...

Mais commence à planer l'ombre de Bobby Sands, ce républicain irlandais que le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté a laissé mourir après 66 jours de grève de la faim en 1981.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar