Aucun être humain n’est illégal

Face au réflexe d'enfermement de nombreux pays, face à l'impératif de repli sur soi martelé par les autorités politiques, il faut sans cesse rappeler que la mission des pouvoirs est de permettre la vie ensemble pour tous, et non d'exclure.

Face au réflexe d'enfermement de nombreux pays, face à l'impératif de repli sur soi martelé par les autorités politiques, il faut sans cesse rappeler que la mission des pouvoirs est de permettre la vie ensemble pour tous, et non d'exclure.

 

Forum Social Mondial de Tunis – 2015

Assemblée de convergence sur la liberté de circulation et d’installation et la citoyenneté universelle

L’assemblée de convergence du vendredi 27 mars 2015 sur la liberté de circulation et d’installation et la citoyenneté universelle déclare :

Le combat pour le droit des migrantEs et la citoyenneté universelle est plus que jamais d’actualité au moment où le repli sur soi et la fermeture des frontières s’intensifient dans de nombreux pays du monde. Les politiques répressives mises en place par les pays du Nord et notamment en Europe sont directement responsables chaque année de la mort de plusieurs dizaines de milliers de migrantEs. Face à cette situation insupportable, nous appelons les États, collectivités locales, associations et citoyenNEs à réagir et à proposer des alternatives.

Nous appelons à soutenir les axes de campagnes et d’actions suivants:

  1. Réaffirmer la nécessité d’organiser des conférences internationales sur les questions migratoires au sein des Nations Unies afin de remettre la citoyenneté universelle et la liberté de circulation et d’installation à l’agenda des institutions internationales.

  2. Lancer la constitution d’un réseau de collectivités locales qui s’engagent pour faire vivre une citoyenneté de résidence, premier pas vers une citoyenneté universelle.

  3. Poursuivre la campagne pour la reconnaissance et la diffusion du passeport de citoyenneté universelle.

  4. Proposer à l’ensemble des pays du monde un nouveau traité international sur le droit des migrantEs et la citoyenneté universelle.

  5. Lancer sur ces bases de discussion, et dans le cadre d’un réseau mondial, un processus d’écriture collectif et citoyen pour un nouveau traité international sur le Droit des MigrantEs et la Citoyenneté Universelle en 2015 et 2016  avec les États, citoyens et organisations de la société civile qui souhaitent soutenir cette démarche. Cette écriture pourra s’inspirer de la Charte Mondiale des Migrants. Le texte suivant sera transmis à l’ONU à l’issue du Forum Social Mondial :

 « Nous, organisations et citoyenNEs de la société civile mondiale, réunies à Tunis en mars 2015, appelons les pays du monde à adopter un nouveau traité international sur le droit des migrantEs et la citoyenneté universelle. Nous considérons la planète comme un patrimoine commun : nul ne choisit ni le lieu ni l’époque, ni le contexte politique, économique et environnemental de sa naissance. La migration, intrinsèquement liée à l’Histoire de l’humanité, est une richesse. Le droit de migrer puise ses racines dans les luttes pour la reconnaissance des droits humains.  Il s’appuie sur de grands textes, tels que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (et notamment son article 13),  la Convention Internationale du Droit des travailleurs migrants et de leurs familles, et la Convention de Genève.

Nous souhaitons proposer un nouveau traité  international qui s’articulerait autour des axes suivants :

  • Aucun être humain n’est illégal. Les migrantEs doivent être reconnuEs comme des citoyenEs à part entière.
  • Les migrantEs devront accéder aux mêmes droits civiques et sociaux dans le pays d’accueil que les citoyens nationaux  notamment en matière d’éducation, de soins, de travail, de participation à la vie démocratique.
  • La reconnaissance du droit d’asile comme un droit inaliénable doit être appliqué sans restriction et élargi aux victimes du dérèglement climatique ».

Organisations signataires : African Diaspora Forum, Association Malienne des Expulsés, Association Mauritanienne des Droits de l’Homme, Association des Travailleurs Maghrébins de France, ATTAC, CAFSO-WRAG for Development, Centro de Direitos Humanos e Cidadania do Imigrante, Collectif Sans-Papiers CISPM, CRID, CCFD-Terre Solidaire,  DIEL France Côte d’Ivoire Mali, Emmaüs International, Espacio Sin Fronteras, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives, FGM Kenya, FORIM, France Libertés, Grito de los Excluidos, CEDETIM – IPAM, Investig’Action, Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme, Méditerranean Hope, Organisation pour une Citoyenneté Universelle, Utopia, Voix des femmes migrantes du Maroc, WSR Society, ZRGB

***

Un texte à retrouver ici.  Il prend le relais de la Charte mondiale des migrants proclamée à Gorée (Sénégal) le 4 février 2011.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.