Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

459 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 oct. 2014

13 octobre 2014 : ouverture de la chasse aux sans papiers en Europe

Du 13 au 26 octobre 2014 va se dérouler une vaste opération policière contre les migrantes et les migrants, à l’échelle européenne. L'opération Mos Maiorum a pour objectif le perfectionnement du verrouillage des frontières.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du 13 au 26 octobre 2014 va se dérouler une vaste opération policière contre les migrantes et les migrants, à l’échelle européenne. L'opération Mos Maiorum a pour objectif le perfectionnement du verrouillage des frontières.

L’opération est menée conjointement par l’Union européenne (UE), les États membres de l’espace Schengen et les agences européennes Frontex et Europol, l’office de police criminelle intergouvernemental de l’UE qui coordonne le travail des polices nationales en matière de terrorisme, trafic de stupéfiant et de criminalité organisée. Voir le document du Conseil de l'Europe.

Où l'on retrouve le fameux triptyque immigrés - trafiquants - terroristes qui sous-tend toute la politique européenne dans sa lutte contre l’immigration et qui sert d’épouvantail pour légitimer ses actions. L'Europe est ainsi devenue la destination de migrations la plus meurtrière au monde.

La zone de contrôle s’étendra sur les territoires de 32 pays (les 28 de l’UE plus 4 non membres de l’UE mais de l’espace Schengen) ainsi qu’en mer : de la Norvège à l’Espagne, de l’Islande à Chypre, du Portugal à l’Estonie en passant par la Roumanie. Pas moins de 18000 policiers et gardes-côtes vont être mobilisés. Les coûts de l’opération seront couverts à posteriori par les États et Frontex. Les zones de contrôle sont laissées à l’appréciation des participants et peuvent donc être très larges : les eaux territoriales, les ports et aéroports, les frontières extérieures et intérieures de l’UE et de Schengen, les gares et les trains, les autoroutes, les transports en commun et la rue, les lieux de travail et les administrations, etc.

Chaque contrôle donnera lieu à une procédure recensant des informations sur le contrôle (lieu, date, heure, moyen de transport), sur les personnes arrêtées (nationalité, sexe, âge, lieu et date d’entrée en Europe), sur les routes empruntées, les moyens de transports et la destination finale ; sur les documents en possession, les démarches administratives entreprises et le paiement de passeurs. En octobre et novembre 2012, une opération similaire avait eu lieu : l’opération Aphrodite au terme de laquelle 5298 personnes avait été arrêtées à travers l’Europe.

C’est à la fois une opération de fichage/recensement puisque des centaines de personnes vont être contrôlées (avec prise d’empreintes, inscription sur les fichiers européens, etc.) mais également une sorte d’enquête à l’échelle Afrique/Asie/Europe pour connaître les nouvelles routes empruntées par les migrants, les nouveaux pays de départ et de passage, pour aider les pays européens, en collaboration avec les pays voisins, à renforcer leur contrôle et à imaginer des dispositifs de fermeture encore plus durs.

Les personnes interpellées risquent fort de se retrouver dans l'un des quelque 390 camps dont l'Europe est couverte.

Il semblerait que ce genre d’opération accompagne rituellement la prise de fonction de la présidence de l’UE par un nouveau pays, avec un choix délicat de titres: Aerodromos pour la présidence grecque, Aphrodite pour Chypre, Perkunas (le dieu balte du tonnerre) pour la Lithuanie.

L'Italie a choisi la mâle dénomination latine Mos Majorum, (mœurs des ancêtres), qui désignait dans la Rome antique le système des valeurs ancestrales: fides (fidélité, loyauté), pietas (piété, patriotisme, devoir), majestas (sentiment de supériorité naturelle d’appartenance à un peuple élu), virtus (courage, activité politique), gravitas (respect de la tradition, dignité, autorité). Le modèle et l'origine de ces vertus "ancestrales" étant, cela va sans dire, celui qui passait pour leur premier et plus prestigieux ancêtre : Énée, lequel était... un exilé, forcé de quitter sa ville de Troie, aujourd'hui en Turquie, suite à une guerre venue d'Europe, passé par la Tunisie et finalement réfugié en Italie.

Martine et Jean-Claude Vernier

Chez votre libraire Être étranger en terre d'accueil, 77 regards sur l'immigration.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum