Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Expulsion sans visa pour l'Albanie

En danger dans leur pays d'origine, Eduard et Ermela RAPI, un jeune couple albanais, sont venus demander la protection de la France. Pendant l'instruction de leur demande d'asile, qui a finalement été rejetée, ils ont tissé des liens et commencé à reconstruire leur vie ici. Mais pour l'administration, refus d'asile égale expulsion. Leurs voisins, les élus et toutes sortes de citoyens se mobilisent pour obtenir justice pour eux.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En danger dans leur pays d'origine, Eduard et Ermela RAPI, un jeune couple albanais, sont venus demander la protection de la France. Pendant l'instruction de leur demande d'asile, qui a finalement été rejetée, ils ont tissé des liens et commencé à reconstruire leur vie ici. Mais pour l'administration, refus d'asile égale expulsion. Leurs voisins, les élus et toutes sortes de citoyens se mobilisent pour obtenir justice pour eux.

Lettre ouverte à Monsieur Dominique SORAIN, préfet des Vosges

Monsieur le Préfet,

Depuis le lundi 27 septembre, date à laquelle vous avez fait procéder à l’arrestation d’Eduard et Ermela RAPI et de leur petite Ines avec les traumatismes que l’on sait, toute une population s’est mobilisée, à commencer par les voisins, les habitants de la Moselotte et de l’ensemble du département. Les élus de Cornimont, la Bresse et des communes environnantes se sont engagés à leurs côtés. Plus de 2.500 signatures vous sont parvenues, en mains propres d’abord le 8 octobre, puis par courriers. Des associations, des particuliers vous ont écrit. À ce jour, aucune réponse ne nous est parvenue. Ce silence est source d’une angoisse profonde pour ce couple qui souffre et vit dans la peur ; il est ressenti par tous les citoyens qui le soutiennent comme une marque d’indifférence, voire de mépris. Nous ne nous résolvons pas à croire que la pression de votre charge vous prive d’une approche humaine de cette situation qui nous tient tant à cœur.

Les signataires s’appuient sur l’article L 313-11 alinéa 7 de la loi CESEDA selon laquelle « la carte de séjour temporaire portant la mention ‘vie privée et familiale’ est délivrée de plein droit à l’étranger […] dont les liens personnels et familiaux en France, appréciés notamment au regard de leur intensité, de leur ancienneté et de leur stabilité, des conditions d’existence de l’intéressé, de son insertion dans la société française ainsi que de la nature de ses liens avec la famille restée dans le pays d’origine, sont tels que le refus d’autoriser son séjour porterait à son droit au respect de sa vie privée et familiale une atteinte disproportionnée au regard des motifs du refus, sans que la condition prévue à l’article L 311-7 [visa de long séjour] soit exigée. L’insertion de l’étranger dans la société française est évaluée en tenant compte notamment de sa connaissance des valeurs de la République ».

Dans le cas présent, Ermela et Eduard RAPI ont fait preuve d’une réelle et forte volonté d’intégration, à travers la qualité des relations tissées tant à la Bresse qu’à Cornimont, l’apprentissage suivi de la langue française malgré l’absence de structures adaptées, la vie associative (aide aux restos du cœur, cours de cuisine, etc.) et la recherche d’un emploi, matérialisée à ce jour par une promesse d’embauche en CDI qui vous a été déposée.

Réciproquement, beaucoup de personnes se sont attachées à eux et à leur enfant et ont trouvé du bonheur à leur contact.

Quant à la nature des liens avec la famille restée au pays, ils sont aujourd’hui inexistants, toute la famille ayant fui l’Albanie. Sur ce point, l’entrevue du 3 novembre avec votre chef de cabinet nous a permis de constater que certains éléments du dossier n’ont pas été portés à la connaissance de vos services, notamment les risques réels encourus en cas de retour, ce qui nous inquiète gravement.

L’article L 313 prévoit que « la carte de séjour temporaire peut être délivrée […] à l’étranger dont l’admission au séjour répond à des considérations humanitaires […] », ce qui nous semble tout à fait pouvoir s’appliquer dans le cas présent.

C’est pourquoi, Monsieur le Préfet, nous-mêmes et l’ensemble des signataires, en appelons à votre responsabilité et à votre conscience en vue d’une prise en compte réelle de la situation de la famille RAPI et des fortes attentes de la population du département.

Veuillez croire à l’expression de notre considération distinguée.

Le 4 novembre 2010

Mme Claude CONROY M. Dominique HANTZ Mme Johanna VERA M. Jean-Louis DIDELOT

Une pétition de soutien à la famille Rabi est en ligne.

A propos du titre de ce billet, rappelons que les albanais pourront bientôt circuler sans visa dans l'espace Schengen.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar