Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

459 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2014

La leçon de droit international de Syriens exilés

Des Syriens, calaisiens temporaires à leur corps défendant, revendiquent l'application de la convention de Genève sur l'accueil des réfugiés, dans une missive adressée aux autorités britanniques, présentes-inaccessibles derrière les barbelés du port.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des Syriens, calaisiens temporaires à leur corps défendant, revendiquent l'application de la convention de Genève sur l'accueil des réfugiés, dans une missive adressée aux autorités britanniques, présentes-inaccessibles derrière les barbelés du port.

A sa majesté la Reine, au peuple et gouvernement du Royaume Uni.

Nous sommes les personnes syriennes bloquées ici à Calais. Notre nombre est compris entre 70 et 80 personnes. Nous revendiquons de demander l'asile au Royaume Uni d'une manière légale ainsi que d'avoir l'opportunité de rejoindre l'Angleterre sans avoir à utiliser des méthodes dangereuses et illégales. En tant que personnes Syrienne nous avons soufferts de la guerre et avons été forcées à l'exil. Nous réclamons notre droit de choisir le pays ou nous pourrons vivre en sécurité.

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous choisissons l'Angleterre. Quelques-unes de ces raisons sont :

(1) La plupart d'entre nous avons de la famille en Angleterre, comme des cousins.

(2) La majorité d'entre nous parlent anglais couramment.

(3) L'Angleterre a signé un accord avec les Nations Unies pour recevoir des réfugiés de Syrie. Nous demandons à l'Angleterre de respecter cet engagement.

(4) Ne ne devrions pas être obligés d'entrer en Angleterre clandestinement afin d'être protégés. Dans la situation actuelle nous sommes confrontés à l'exploitation des passeurs ou bien nous avons à prendre des mesures extrêmement dangereuses pour rejoindre l'Angleterre.

(5) Nous voulons la fin de nos souffrances ici à Calais. Même si nous sommes très reconnaissants envers toutes les personnes qui nous ont aidés à Calais, nous avons besoin de plus que des tentes et des couvertures. Nous avons juste besoin de la liberté d'aller en Angleterre de manière légale afin d'y demander asile.

Les Syriennes et Syriens de Calais.

To Her Majesty the Queen and to the people and government of the United Kingdom,

We are Syrian people who are stuck here in Calais. Our number is between 70 and 80 people. We ask to claim asylum in the UK in a legal way and for the opportunity to reach the UK without having to use dangerous or illegal methods. As people from Syria we have suffered from war and forced exile. We ask for our right to choose the country in which we can live in safety.

There are many reasons why we choose the UK. Some of these are:

(1) Most of us have extended family in UK, for example cousins.

(2) The majority of us are able to speak English.

(3) The UK signed an agreement with the UN to receive refugees from Syria. We are asking the UK to respect this commitment.

(4) We should not be forced to enter the UK clandestinely to seek protection. As it is we face exploitation at the hands of agents or else we have to take extremely dangerous measures to reach the UK.

(5) We want to end our suffering here in Calais. Although we are very thankful to everyone in Calais who has helped us, we need more than blankets and tents. We just need the freedom to go to the UK legally to claim asylum.

The Syrians in Calais.

Texte et photo repris du site Passeurs d'hospitalité

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier