Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 janv. 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Etrangers: taxes sur la vie

En exclusivité, ''on'' nous explique comment l'expulsion de près de 33000 étrangers jugés indésirables ne coûte presque rien à l'Etat. En exceptant la construction de centres de rétention administrative de haute sécurité – mais ce sont des investissements à long terme, comme les centrales nucléaires.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En exclusivité, ''on'' nous explique comment l'expulsion de près de 33000 étrangers jugés indésirables ne coûte presque rien à l'Etat. En exceptant la construction de centres de rétention administrative de haute sécurité – mais ce sont des investissements à long terme, comme les centrales nucléaires.

''32 922 étrangers expulsés en 2011... Vous avez vu, il est bien mon ministre, hein! Et puis sa politesse, sa gentillesse... (ndlr. La civilité, la politesse et la gentillesse sont, selon le ministre de l'Intérieur, des caractéristiques de l'art de vivre français que doivent adopter les étrangers vivant ici.)

C'est vrai quoi, y veulent pas se casser tous seuls, ces pauv' c..., alors il faut encore que je m'en occupe!

Y en a qui disent que ce chiffre est exagéré, que fin juin on était en retard sur l'année précédente mais que par la suite on n'a pas vu beaucoup plus de monde dans les CRA (ndlr. Centres de rétention administrative). Franchement, c'est ridicule, qui peut croire une fable pareille? Et la loi de juin 2006, celle que mon autre ministre de l'immigration avait préparée, elle sert à quoi alors? Pourquoi vous croyez qu'on a donné à ma PAF (ndlr: la police aux frontières) cinq jours sans contrôle des petits pois (ndlr: les magistrats) après une arrestation?

D'ailleurs, c'est même pas la moitié des expulsés qui passent par les centres de rétention (ndlr: Voir ici, p. 7). Ben oui, y a tous ceux qui repartent ''volontairement'', les Rroms roumains et bulgares. Ils reviendront sûrement, mais mon ministre, il les a expulsés.

Pour les expulsions express, tiens: on va chercher les gens chez eux, on pique leur passeport et hop! dans l'avion qui les attendait!... Mais, des fois, ils reviennent quand même. Franchement, c'est ridicule, qui peut croire une fable pareille?

Des fois, c'est vrai, on doit les garder jusqu'à 44 jours dans le CRA avant de les faire partir juste le dernier jour (ndlr: La durée légale maximale de rétention est de 45 jours.), comme cette fois où ma police a démantelé un atelier clandestin: deux machines à coudre dans le petit logement ou vivaient un jeune couple chinois et leur deux petits. Eh bien, mon préfet, il a d'abord hésité devant le désordre causé par les voisins et les amis de la famille qui ne voulaient pas le laisser partir – comment il s'appelle, déjà? Ah oui, monsieur Mo. Mais finalement il l'a renvoyé en Chine le 7 janvier. En décembre ça aurait fait 32923 pour 2011 mais, bon, en 2012 faut pas chômer non plus pour arriver à 35000. Je n'ai pas tous les éléments, mais on dit que ses amis veulent le faire revenir, retrouver sa famille ici. C'est pas gentil pour mon ministre, ça!

Mais le problème, c'est que ça nous coûte cher... et la RGPP, qu'est-ce qu'elle devient dans tout ça? Le Sénat – celui d'avant – a dit qu'en 2008 c'était 20970 euros par expulsion réussie, et il n'y en avait eu que 19800 à l'époque. Alors, en 2011, ça doit faire dans les 690 millions. Comment je vais financer tout ça, moi?

Tiens, j'ai une idée: on va les faire payer, les clandestins. Pour commencer, s'ils veulent se faire soigner et qu'ils sont trop pauvres (ndlr: moins de 648 euros par mois pour une personne seule), eh ben, ce sera 30 euros par an. Et mon ministre, il a dit qu'ils sont 215 000. Ca fait déjà 6,45 millions.

Et pi, y en a qui travaillent avec des faux papiers, y z'ont des vraies fiches de paie et y paient des taxes pour des prestations qu'ils ne verront pas si on les expulse. Si le tiers des gars qu'on expulse ont ainsi travaillé au SMIC pendant trois ans avant qu'on les attrape, ça me fait quand même 158 millions. Tiens! Ca fait une espèce de TVA sociale!

Et pi, tiens, on va leur faire payer leur carte de séjour un peu plus cher. C'est vrai, quoi! Depuis 2008 on n'avait pas changé les taxes sur les titres de séjour. Alors, en 2011, mon parlement, il les a augmentées trois fois (ndlr: le 11 mars, le 27 septembre et le 30 décembre).

Avant, un nouveau titre de séjour (ndlr: généralement valable un an) était taxé entre 55 et 340 €, et pi y avait beaucoup de cas d'exonération. Et ben, depuis le 1er janvier, la carte, ça leur coûtera entre 200 et 385 euros, et j'ai supprimé beaucoup de cas d'exonération. Mon ministre, il a dit qu'il avait donné 182 595 titres de séjour en 2011. A 340 euros en moyenne chacun, ça me fait 62 millions.

Et pi, comme je l'ai dit, les fraudeurs, les menteurs, c'est fini! Alors, les cartes de séjour, elles seront biométriques, et ils vont payer la différence: 19 euros par carte. Y en a qui disent que c'est la sévérité de la loi qui les pousse à la fraude: « Je suis venu en France pour travailler. On me demandait une carte de séjour pour m'embaucher. Comme, malgré mes demandes, la préfecture ne voulait pas m'en donner, j'en ai trouvé une. » Franchement, c'est ridicule, qui peut croire une fable pareille? Bon, ben, ça c'est fini. Et ça fait 3,5 millions qui rentrent.

Ma loi, elle permet quand même de régulariser quelques sans-papiers, parce que je veux une République irréprochable. Mais mon ministre y veut pas dire combien y en a. Qui peut accepter que l'obstination à vivre en France sans papiers soit récompensée par une régularisation? C'est pour ça que dans les rapports de mon gouvernement, dans les instructions à mes préfets, on ne parle que de la lutte contre le séjour irrégulier et jamais de régularisation. M'enfin, on me dit qu'y a peut-être 10% de régularisations par an. Ceux-là, y a longtemps qui z'ont plus de visa, ou même ils n'en ont jamais eu. Alors, y doivent régulariser ça, c'est une question de politesse, de gentillesse. À 230 euros chacun, voilà, j'ai encore gagné 9,2 millions.

Et pi ces étrangers qu'ont pas l'droit d'êt' là, ils sont 400 000 (c'est mon ministre qui l'a dit), ils arrêtent pas de demander à être régularisés, même ceux qu'ont plus de visa. Et mes préfets, ils refusent souvent. Dans quelle proportion? Ca, mon ministre, y le dit pas. C'est secret défense. Mais y sont nombreux à être refusés chaque année. Alors, j'ai encore eu une idée: pour demander un titre de séjour y devront payer 110 euros (photo JCV).

Mais non remboursables, hein! J'sais pas moi, ils sont peut-être 100000. Et bling! 11 millions

Dans ma République irréprochable, je veux une immigration choisie, parce qu'il faut soutenir notre économie, même TF1 le dit. Dans l'administration, y z'appellent ça "introduction de travailleur étranger". Alors là, le patron qui a choisi d'embaucher un étranger et donc de lui permettre d'avoir des papiers, il doit payer une taxe, c'est normal. Pour un CDI, ce sera un demi-mois du salaire. Là, même si mon ministre dit qu'il en faut moins, il en a quand même accepté dans les 25000. Ils sont embauchés au moins au SMIC, ce qui donne au minimum 12,5 millions.

Dans la circulaire du 27 septembre de mon ministre de l'Intérieur sur les taxes sur les titres de séjour, il y a 43 types de cartes. Ben, ça fait beaucoup! On me dit qu'y en a qui disent que ce serait mieux d'avoir un seul titre, qui permettrait de vivre ici, en famille ou pas, et en travaillant normalement. Franchement, c'est ridicule, qui peut croire une fable pareille?

Et pi ceux qui ont déjà une carte, ils doivent la renouveler tous les ans, hein! Ou tous les 10 ans, ça dépend. Et là, ça leur coûte autour de 100 euros, plus les 19 euros anti-fraude. Mais attention, hein!, la loi précise bien que ''la taxe de renouvellement n'est acquittée qu'une fois par période d'un an" . Il faut comprendre les gens, quand même. Et puis, ils sont 3 millions, tout de même. M'enfin, si la moitié le font tous les ans et les autres tous les dix ans, ça me fait encore 196 millions.

Ben voilà, j'ai bien travaillé, moi: je vous ai trouvé 459 millions. Mais, en 2013, on fera beaucoup mieux. En arrêtant de donner des cartes de séjour de 10 ans, on pourra aller jusqu'à 620 millions. Je m'y engage, et vous savez que je vous ai jamais menti."

Propos recueillis par Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar