Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 août 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Je migre, tu migres, nous migrons

La tomate, originaire du Mexique, a été rapportée en Europe par les conquistadores au 16ème siècle. Son "intégration" en France a pris un siècle: on se méfiait de cette intruse, soupçonnée d'être toxique. Une "immigration choisie" qui a pris son temps pour porter ses fruits.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La tomate, originaire du Mexique, a été rapportée en Europe par les conquistadores au 16ème siècle. Son "intégration" en France a pris un siècle: on se méfiait de cette intruse, soupçonnée d'être toxique. Une "immigration choisie" qui a pris son temps pour porter ses fruits.

Pendant ce temps-là, la pomme de terre était rapportée de la Cordillière des Andes par d'autres conquistadores. Avant son adoption par la population, il a fallu attendre deux siècles de méfiance et de crainte, et une roublardise de Parmentier: "Pour faire de la pomme de terre un légume précieux, il plante des champs aux alentours de Paris et obtient de Louis XVI qu’ils soient gardés le jour par des soldats, attisant ainsi la curiosité des passants. Profitant de la nuit, les curieux volent des tubercules et en assurent ainsi une excellente publicité. Le couronnement de la pomme de terre à la table royale finit d’assurer son développement. Sa culture se généralise avec la famine de 1789".

Sous nos yeux, les plantes migrent en altitude en réponse au réchauffement climatique: "Toutes les espèces ne migrent pas à la même vitesse : les espèces végétales à durée de vie courte, comme les herbacées, ont tendance à migrer plus vite en altitude que les espèces végétales dont la durée de vie est plus longue comme les arbres ou les arbustes.(...) Les plantes sont en train de migrer avec le changement climatique actuel pour conserver les températures nécessaires à leur survie. Les différentes vitesses de migration entre arbres et herbacées devraient conduire à un changement de la composition des communautés végétales et de leurs relations avec les espèces animales qui interagissent avec elles".

Aujourd'hui même, en France, les migrations internes sont incessantes et changeantes: "Les migrations internes observées en France entre 1954 et 2004 (...) suivent la même évolution, marquée par une augmentation de la mobilité de 1954 à 1975, suivie d’une baisse de 1975 à 1990. Depuis le début des années 1990, la mobilité résidentielle augmente à nouveau. (...) Le sens des courants migratoires a profondément changé au cours des cinquante dernières années, des régions attractives étant devenues peu attractives et inversement". On quitte le Nord et l'Est pour les régions atlantiques, ou le Sud, selon l'âge de la vie. On vient en Île de France pour les études et un premier emploi et on en repart pour trouver ailleurs une vie meilleure.

Il en est de même partout dans le monde et à toutes les échelles. Une carte interactive fort astucieusement conçue permet de connaître, pour chaque pays, d'où viennent les résidents étrangers et où les nationaux sont partis s'installer. Un voyage autour du monde riche en surprises. On découvre ainsi que de toute l'Amérique latine, excepté l'Argentine et le Chili, on part s'installer au Pakistan! Ou le rôle d'attracteur de l'Allemagne, de l'Arabie Saoudite, les migrations régionales et celles à l'autre bout du monde, par exemple entre le Japon et le Brésil...

Un voyage qui n'aide pas à comprendre la volonté de fermeture de l'Europe, ni l'obstination de nos gouvernements successifs à ne voir d'autre réponse à ce mouvement perpétuel que la tentative de contrôle, quelles que soient les intentions proclamées. Le pouvoir actuel dit rechercher "l'équilibre indispensable entre le respect des libertés individuelles et les exigences de maîtrise des flux migratoires". Etrange programme, alors que l'usage du terme flux migratoire sonne comme un déni des libertés individuelles.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier