Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 juil. 2016

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Incendies en rétention: illustrations de la violence de l’enfermement

Dans la nuit du jeudi 30 juin 2016, deux incendies ont dévasté deux des trois centres de rétention administrative (CRA) de Paris Vincennes, dont un est actuellement fermé. Une tentative d’expulsion d’un demandeur d’asile algérien vers son pays d’origine a déclenché une vive réaction de la part des autres personnes retenues.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un communiqué de trois associations en charge de l'accompagnement juridique des étrangers enfermés dans les centres de rétention (CRA) en vue de leur expulsion du territoire: ASSFAMFrance terre d’asile La Cimade

***

Dans la nuit du jeudi 30 juin 2016, deux incendies ont dévasté deux des trois centres de rétention administrative (CRA) de Paris Vincennes, dont un est actuellement fermé. Une tentative d’expulsion d’un demandeur d’asile algérien vers son pays d’origine a déclenché une vive réaction de la part des autres personnes retenues.

Suite à ces incendies, et dans l’attente d’une décision de la préfecture de police de Paris, les personnes retenues ont été maintenues enfermées pendant quinze heures dans les cours des centres de rétention dans des conditions précaires. Trente-neuf personnes ont par la suite été transférées dans d’autres CRA (vingt-cinq à Nîmes, sept au Mesnil-Amelot et sept à Marseille). Cinq ont été placées en garde à vue ou déférées devant des juridictions correctionnelles. Une grande majorité des personnes ont cependant été remises en liberté par le juge des libertés et de la détention.

Depuis le début de l’année 2016, on décompte cinq incendies dans plusieurs centres de rétention français. Les incidents violents sont fréquents dans les CRA. Des personnes ont entamé des grèves de la faim, d’autres ont tenté de se suicider ou se sont automutilés. De nombreuses personnes ont dû être hospitalisées et certaines ont été remises en liberté en raison de leur état de santé.
Le centre de rétention est un lieu de privation de liberté où sont enfermées les personnes en situation irrégulière en instance d’éloignement du territoire français. Cet enfermement, fondé sur la seule irrégularité du séjour des personnes concernées, peut être profondément traumatisant et ne saurait être décidé à la légère.

Nos associations appellent donc à nouveau de leurs vœux le lancement d’une réelle réflexion sur la mise en œuvre d’alternatives à la rétention et dénoncent cette politique d’enfermement massif.

13 juillet 2016

NDLR. Tout (ou au moins une partie) ce que vous aimeriez mieux ne pas savoir sur l'enfermement des exilés, migrants, demandeurs d'asile en France et en Europe est ici.

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Fil d'actualités
Allemagne : un réseau d’extrême droite voulait attaquer le Parlement
Une vaste opération de la police allemande au sein de groupuscules d’extrême droite et complotistes a conduit mercredi matin au démantèlement d’une cellule projetant des attentats, et qui visait notamment le Bundestag, la chambre basse du Parlement.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop