Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 juin 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

A l'école du 115, quel ministère est compétent?

Dans l'enfer des sans-abris, pas de préférence nationale, juste pas de place pour toutes les familles à la rue. Les migrants sans titre de séjour, de quel ministère vont-ils relever? Affaires sociales? Logement? On ne nous fera pas croire que c'est une affaire de police et de délinquance...

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l'enfer des sans-abris, pas de préférence nationale, juste pas de place pour toutes les familles à la rue. Les migrants sans titre de séjour, de quel ministère vont-ils relever? Affaires sociales? Logement? On ne nous fera pas croire que c'est une affaire de police et de délinquance...

Ces familles étrangères sans abri, elles n'ont presque rien, pas le droit de travailler normalement, elles n'ont sûrement pas de quoi repartir, mais elles savent qu'un avenir meilleur pour leurs enfants passe par l'école. On ne va quand même pas les enfourner dans des avions pour des pays qu'elles ont fui, où personne ne les attend plus.

Les amis de migrants en ont plein leur besace, de ces histoires d'errances obstinées, parfois signalées par les enseignants des enfants - une famille de réfugiés tchétchènes qui dort dans les salles d'attente des hôpitaux depuis une semaine et est nourrie par les parents de l'école des enfants, une famille srilankaise envoyée aux quatre coins de l'Ile de France avec changement tous les quatre jours...

Et puis, et puis...

''Des familles pas logées du tout dont les enfants vont pourtant à l'école,

des familles dont les enfants sont qui dans un primaire du 17ème (à Paris), qui dans un lycée du 4ème, qui dans un collège du 94, au gré des changements d'hôtels successifs,

des familles qui ont dû en 24h casser tout lien après avoir été logés au centre de Paris, puis en banlieue nord puis en banlieue sud, puis un peu loin d'Orléans, exclu comme bien des parisiens par un mouvement centripète, et on ne peut plus scolariser le grand parce que sa spécialité n'existe pas ici, et on doit retourner de temps en temps à Paris pour y faire ses démarches,

des familles qui changent tout le temps d'hébergement par le 115 (mais tous les 5 jours, me semble-t-il), de familles soi disant stabilisées mais qui doivent chaque jour faire leurs 3 ou 4h de transport pour balader leur gosse quotidiennement à l'école. Et le parent passe la journée dehors sans un sou même pour un café parce que c'est aussi trop cher de reprendre un aller-retour pour retourner chez soi,

pas par snobisme de la scolarité parisienne, même pas pour préserver la scolarité d'une année au même endroit, non, juste parce que Paris ne refuse pas la scolarisation par principe, ou accepte des réductions cantine et péri-scolaire.

La cantine? 60€ par mois et par enfant en primaire, mini. Pourquoi la cantine? parce qu'en rentrant dans le Mister Bed ou le Confotel le soir, il n'y aura pas toujours de quoi cuisiner.

Le transport, c'est pas mal non plus: réduction même pas envisageable, tant qu'on n'a pas l'AME (Aide Médicale de l'Etat), pas d'AME si on ne remplit pas les conditions exactes.

Le 115, c'est des heures au téléphone (dans Paris si tu es au 115 parisien), donc tous les 5 jours, une décision prise à partir de 19h mais c'est parfois à 21h ou plus qu'on te prévient que tu dois aller, avec tous les bagages, mais sans un sou pour le billet dans un hôtel loin de la gare, dans une sombre zone industrielle où il n'y a personne pour indiquer le chemin. Et si tu refuses de t'y rendre, c'est foutu tu n'as plus rien, plus jamais.

... Des fois, tu es une dame avec du diabète qui ne peut pas marcher qui sort de l'hôpital, et tu es prévenue à 20h que tu as un hôtel à 4km de la gare sans bus dès 19h, ou tu es une mineure qui doit faire une TS pour pas dormir dehors devant l'hôtel qui t'a jetée, parce qu'une mineure doit être protégée de la vue des prostituées...  

Des familles dans le même hôtel depuis deux ans, mises à la porte à 15 jours de la fin de l'année scolaire à la suite d'un refus d'asile, et tant pis pour les examens du petit.

Je pourrais continuer ad nauseam.

Tout ça, on a, vu récemment mais des cas anciens aussi.

Et le Samu social, les centres d'hébergement pour les demandeurs d'asile (CAFDA), leurs personnels sur le terrain clairsemés, soumis à des impératifs comptables parfois incompréhensibles – comme diminuer le prix des journées, sur lequel ils n'ont pas de prise.

Il n'y a plus de référents personnels dans Paris pour suivre les gens, on voudrait que chacun devînt gestionnaire (de la pénurie)...

Un CADA nous a envoyé un monsieur "en vue de sa prochaine fin de prise en charge" (un mois après un refus d'asile) - pour tenter qu'on ne lui enlève pas tous ses étais d'un coup.

Mais je veux dire aussi que j'ai vu, à force de réseau et d'équipe, ces derniers jours, des histoires qui se terminent bien...

Sylvie Brod et ObservEnfer75 (observatoire de l'enfermement à Paris),

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère