Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 mars 2014

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ne laissons plus les pouvoirs écraser les étrangers!

Le divorce entre la loi sur les étrangers et la réalité concrète de leur place dans notre société conduit à des sommets d'absurdité et de cruauté. Il n'est plus question de rigueur de la loi, mais bien de méchanceté déterminée, dont les effets sont intolérables.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le divorce entre la loi sur les étrangers et la réalité concrète de leur place dans notre société conduit à des sommets d'absurdité et de cruauté. Il n'est plus question de rigueur de la loi, mais bien de méchanceté déterminée, dont les effets sont intolérables.

La perspective d'un changement de majorité politique en 2012 ne soulevait pas trop d'espoirs chez les Français proches des étrangers en quête de régularisation, les promesses du candidat finalement élu étant très en dessous de l'attente minimum; mais les étrangers en souffrance depuis des années, eux attendaient un mieux, fût-il léger. A quelques exceptions près, on a dû, au contraire, constater un endurcissement du traitement réservé aux étrangers, avec un pouvoir qui ne cesse de recommander aux préfets plus de rigueur méticuleuse dans le refus et le bannissement.

La coordination de lutte pour les sans papiers de Seine-Saint-Denis lance un cri d'alarme.

Martine et Jean-Claude Vernier

***

Lettre ouverte aux pouvoirs publics et aux citoyens  

Trop d’histoires de vies, humainement insoutenables, nous conduisent à nous insurger : question de dignité dans l’attente d’une politique juste, égalitaire, humaine.  

Nous dénonçons la politique inhumaine menée par l'Europe et les gouvernements français qui se sont succédé ces dernières années. Une politique qui refuse de reconnaître notre contribution au développement économique de la France, et fait de nous les responsables d’une crise dont nous sommes les victimes, en nous contraignant à quitter nos pays. Une politique fondée sur le fric et sur une xénophobie qui fait de l’immigré un bouc émissaire, entraîne des drames (morts par noyade ou de soif dans le désert), enferme dans les centres de rétention, génère des vies de misère, des maladies psychiques ; les enfants n'en sont pas exclus.  

Le mépris et l’indifférence généralisée brisent nos rêves d’avenir et font de nous des personnes sans droit à une existence digne. Une existence qui nous est refusée, sous l’un des motifs habituels des obligations à quitter le territoire (OQTF) : l‘intéressé-e n’établit pas être exposé-e à des peines ou traitements contraires à la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales … ou encore : ne justifie pas de sa présence sur le territoire…  

Que peut répondre à cela Abderrazak, ce ressortissant algérien, arrivé à Marseille en 1978, il y a plus de 36 ans, titulaire d’un certificat de résidence, sous le coup d’une OQTF, alors qu’il est gravement malade. Il est aujourd’hui hospitalisé, dans le coma. Combien d’autres, comme lui, vivent dans l’isolement, la précarité, l’exclusion, incapables de présenter tous les papiers exigés pour avoir droit au seul papier qui leur donnerait enfin le droit d’exister.  

FAUT-IL MOURIR POUR AVOIR DES PAPIERS ? REPOSE TOI ABDERRAZAK ON VEILLERA À RÉCLAMER TES DROITS !!! ET LES NÔTRES !  

Assez d’hypocrisie ! Assez de démagogie ! On veut nous réduire à vivre dans l’ombre, à nous murer dans la peur, tout en exigeant de nous toujours plus de preuves de notre présence sur le sol français, attestant d’une expérience professionnelle, alors que nous ne sommes pas autorisé-e-s à travailler, justifiant de notre intégration alors que nous sommes d’ores et déjà une partie prenante de la vie de la cité.  

Nous voulons une autre alternative à ce dialogue de sourds avec ceux qui réduisent notre humanité à un bout de papier !!! Nous refusons comme nos prédécesseurs - les occupants de la Basilique de Saint Denis, ceux de l’église Saint Bernard, et tous les autres – d’être assignés à la clandestinité, à l’exploitation et au mépris.  

Cette lettre ouverte est un CRI D’ALARME

- vers les pouvoirs publics pour une régularisation de tous les sans papiers avec une carte de dix ans qui ouvre sur une citoyenneté de résidence et crée les conditions d’une égalité effective des droits de toutes et de tous.

- vers les citoyens et citoyennes de France et d’Europe, pour un réveil des consciences et pour une entrée en résistance de toute la société

  POUR UN CHANGEMENT DE POLITIQUE,

POUR LA RÈGULARISATION DE TOUTES ET TOUS LES SANS PAPIERS.  

C’est une question de dignité !

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Chez votre libraire Être étranger en terre d'accueil, 77 regards sur l'immigration.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez