Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 août 2015

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

« Accueil » des migrants : l'été du bétonnage

D'un côté, des mineurs isolés non protégés au mépris de la loi parce qu'étrangers, des demandeurs d'asile non hébergés au mépris des engagements internationaux. De l'autre, des autorités tétanisées, s'obstinant dans une fermeture incompréhensible.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D'un côté, des mineurs isolés non protégés au mépris de la loi parce qu'étrangers, des demandeurs d'asile non hébergés au mépris des engagements internationaux. De l'autre, des autorités tétanisées, s'obstinant dans une fermeture incompréhensible.

 Cela se passe en ce moment même à Nantes : le conseil départemental de Loire-Atlantique refuse toujours de prendre en charge des mineurs isolés étrangers, au mépris de ses obligations légales et de plusieurs injonctions du tribunal. L'histoire est racontée ici et .

À Tours, le bras de fer s'éternise depuis le 19 juin dernier, quand des demandeurs d’asile ont décidé de sortir de l’invisibilité dans laquelle l’État cherche à les maintenir. trente-trois d’entre eux ont dressé un campement au Sanitas, un square de la ville Voir ici le résumé des premiers épisodes d'une histoire interminable.

Deux mois plus tard, rien n'a bougé. Pris entre le mépris et les belles phrases, les réfugiés du campement du Sanitas et, avec eux, les personnes solidaires perdent patience :

«                       Campement du Sanitas. Dignité et colère : rassemblement de soutien aux exilés

Mardi 18 août marquera le 61ème jour de l’installation du campement d’exilés au Sanitas. Depuis deux mois, les pouvoirs publics n’ont pas levé le petit doigt malgré les promesses faites devant le conseil municipal du 6 juillet.

La stratégie de pourrissement choisie par la mairie et la préfecture a des conséquences graves sur les conditions de vie, sur la santé et sur le moral des réfugiés.

Le maire de Tours est venu le mercredi 12 août sur le campement. A ce moment-là, il a pris publiquement et devant les exilés deux engagements :

- une solution pérenne de logement pour toutes les personnes ;

- un contrôle d’hygiène à l’hôtel ... (marchand de sommeil qui se nourrit en assurant une fonction d’hébergement d’urgence pour le 115).

Le maire doit rencontrer le préfet le 24 août pour évoquer la situation et trouver des solutions.

Il a clairement indiqué que les dossiers des réfugiés seront évalués au cas par cas. Cette individualisation des situations est inacceptable : on ne peut réduire les personnes survivant sur le camp à des dossiers administratifs dans une gestion bureaucratique, donc inhumaine.

Nous ne savons que trop bien comment certains supplétifs associatifs fonctionnent, appliquant servilement les directives de l’État et justifiant la précarité de l’hébergement en remettant des familles à la rue pour en héberger d’autres.

Lors de sa venue, le maire de Tours a laissé augurer la poursuite de cette gestion purement administrative en interrogeant les migrants sur les moyens de leur arrivée en France et à Tours.

Dans ces conditions, il nous est difficile d’avoir confiance, et nous voulons amplifier la pression pour forcer les pouvoirs publics à prendre enfin leurs responsabilités en logeant de façon pérenne et digne, tout le monde et sans condition.

Nous appelons à venir au rassemblement organisé le mardi 18 août, à 18h00 devant la mairie de Tours avec tous les moyens de nuisance sonore possibles et imaginables, pancartes, etc. »

Est-ce une exception qui confirme la règle ? À Amiens, sous la pression d'une large mobilisation, les autorités ont fini par prendre des dispositions tout simplement humaines : six mineurs étrangers sans famille en France, internes dans des lycées de la ville pendant l'année scolaire, ont échappé à la mise à la rue pour les vacances d’été. Lire ici une histoire qui finit bien,... mais jusqu'à quand ?

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier