Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 sept. 2018

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Personnes exilées à la rue, habitants solidaires. Suite sans fin...

Le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes organisait samedi 15 septembre une balade du patrimoine pour un logement pour tous et toutes. Ayant successivement visité sans succès, avec les personnes à la rue, cinq lieux patrimoniaux en demandant à chaque fois d'être accueillis, ils ont investi la cathédrale. Et là, surprise!...

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La balade du patrimoine pour un logement pour tous et toutes a commencé samedi à 14 h, après évacuation spontanée du Centre Régional Information Jeunesse de Rennes (CRIJ, lire ici) et nettoyage des lieux. Nous avons successivement visité - avec les personnes à la rue et avec plusieurs familles hébergées au gymnase venues en solidarité - cinq lieux patrimoniaux en demandant à chaque fois de nous accueillir et en distribuant le tract utopique sur Rennes 2023. Ces cinq lieux sont la préfecture de région Martenot (arrivée immédiate de la BAC) puis le bâtiment proche du Conseil régional (échanges assez tendus avec la sécurité mais police non appelée), puis le Parlement (no problem), puis le Couvent des jacobins (no problem), puis la DRAC (personne).

A la suite de ces échecs répétés, nous avons investi à environ 80 la cathédrale de Rennes et nous avons annoncé notre intention d'occuper. Après un accueil peu empathique du sacristain, ce dernier a transmis au diocèse. Pendant deux heures, aucune réaction de ce dernier.

Nous attendions donc une réaction verbale du diocèse mais, tout d'un coup vers 18 h 30, arrivée d'une commissaire de la DSP (direction de la sécurité publique) qui nous annonce que nous allons être évacué-e-s par la police, SUR DEMANDE DU DIOCÈSE, si nous ne partons pas. Nous demandons quelques minutes pour nous concerter et elle accepte mais, la police étant de plus en plus remplie de gens plus ou moins policiers mais très volontaires pour mettre de l'ordre à leur manière (voir affaire Benalla), la BAC est entrée et a pris position pour nous faire sortir. Comme convenu, nous n'avons pas opposé de résistance et nous sommes sorti-e-s à une quarantaine restante en criant, la BAC autour de nous. A la sortie, une vingtaine de policiers en uniforme (pourquoi pas eux pour nous évacuer ???) nous faisaient une haie d'honneur et la cathédrale s'est refermée pour toujours (nous n'y reviendrons sans doute pas sauf pour une action "paie ta honte, le diocèse" mais nous ne désespérons pas de retrouver "l'amour du prochain" dans d'autres lieux catholiques, à très vite...).

A la sortie, les mines étaient fatiguées et déconfites tandis que nos camarades à la rue commençaient à se demander, après cinq heures d'errance et d'échecs, si une solution allait être trouvée. Et là, le vrai jésus est apparu et a pris la forme d'un syndicat : celui de la FSU, qui a ouvert ses portes pour deux nuits et mis le paquet en termes de qualité d'accueil (cuisine, toilettes, espace, bouffe, équipe de nuit...). Quel contraste avec la hiérarchie du pape François !

Vous êtes peut-être peu surpris-es de notre naïveté à la suite de l'évacuation policière ordonnée par le diocèse mais sachez que, si nous avions choisi ce lieu, c'est parce que, à Rennes en tout cas, jamais la hiérarchie catholique ne nous avait traité-e-s ainsi. Nous comprenons bien que nous n'allions pas dormir dans la cathédrale (quoique...) mais le diocèse aurait pu au moins nous parler et surtout proposer un lieu de mise à l'abri pour quelques jours. Mais, que nenni, les voies du seigneur sont devenues de plus en plus pénétrables et macroniennes...

Une AG à la FSU a terminé cette journée un peu longue (et chaude à cause du soleil) pour organiser l'action de lundi et réfléchir à l'action de mardi si échec. Une vingtaine de personnes dorment à la FSU jusqu'à lundi avec trois soutiens chaque nuit.

Le collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes 

Informations recueillies par Martine et Jean-Claude Vernier
--
Voir le sommaire complet du blog. Abonné à Mediapart ou non, on peut s'inscrire ici pour être informé par courriel de la mise en ligne de nos nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar