Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 déc. 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

"Tuez-les tous, ça ira plus vite" (bis)

Une centaine d'étrangers sans papiers sont en grève de la faim depuis 44 jours pour tenter de sortir du blocage provoqué par la fin de non recevoir opposée par le préfet à leur demande de régularisation. Une grève de la faim presque invisible, un dialogue de sourds sans fin. Cela se passe à Lille, l'une des grandes métropoles françaises.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une centaine d'étrangers sans papiers sont en grève de la faim depuis 44 jours pour tenter de sortir du blocage provoqué par la fin de non recevoir opposée par le préfet à leur demande de régularisation. Une grève de la faim presque invisible, un dialogue de sourds sans fin. Cela se passe à Lille, l'une des grandes métropoles françaises.

Notre voisin blogueur philippe alain ne nous tiendra pas rigueur de reprendre un titre de billet que lui inspira la crise d'évacuation de camps de Roms à partir de l'été 2012.

Bien des étrangers sont venus pour travailler, envoyés par leur famille ou leur village gagner ici de quoi les faire vivre là-bas. La loi est ainsi faite qu’il faut être ici depuis dix ans (et le prouver) pour avoir une chance d’obtenir un titre de séjour. Dix ans d’insécurité, de précarité extrême et d'exploitation au travail, c’est long. D’où les collectifs qui se regroupent autour d’un slogan logique dans sa radicalité : "Régularisation de tous les sans-papiers" (Tiens, un alexandrin ! Au pays de Racine et Hugo…). Ils lancent des actions spectaculaires, telle l’occupation de la Bourse du travail à Paris en 2009, créant parfois incompréhension et malaise chez les associations "amies" et les syndicats. Et ils tentent de négocier les régularisations directement avec le préfet.

Le CSP59 (Comité des sans papiers 59) est actif dans le Nord depuis le milieu des années 1990. Un livre co-écrit par une partie de ses membres permet de se faire une idée "de l'intérieur" de la trajectoire et du rapport à la société d'"accueil" de ces personnes que l'on ne voit que trop comme un bloc abstrait: la république à l'école des sans papiers.

Les négociations avec les préfets successifs ont connu des phases contrastées. Après leur exclusion de la réunion mensuelle de concertation par le préfet qui n'appréciait pas leur attitude - "on nous demande de « mettre de l’eau dans notre vin » parce que nous tiendrions des propos « durs », mais quand le délégué de Florange crie sa révolte en parlant de « trahison » après l’agitation par le gouvernement de la « menace » de la nationalisation, personne n’allègue des « propos durs » pour les discriminer comme le fait la préfecture pour le CSP59" - le dialogue de sourds s'était installé. Le 2 novembre 2012, "les sans papiers qui occupent depuis ce matin la maison de la médiation, porte de Paris à Lille, face au blocage de la situation, viennent de voter en assemblée, la grève de la faim qu'ils ont décidé d'entamer immédiatement". Les grévistes seront 120.

Le 8 novembre, ils occupent brièvement le siège de la fédération Nord du Parti Socialiste, bientôt délogés par les forces de police. Le CSP59 persiste dans sa revendication: "Une telle situation est entièrement de la responsabilité du préfet lui-même qui n’aura pas pris la mesure de la détresse dans laquelle il a mis les sans papiers, qui pourtant, ne demandaient que le droit de pouvoir défendre leurs dossiers. Il est clair qu’avec la grève de la faim déclarée par les sans papiers, à la revendication initiale s’ajoute celle de la régularisation de la liste qui sera déposée en préfecture à partir du 19 novembre prochain.".

Le 25 novembre, toujours en grève de la faim et toujours sans signal d'écoute de la préfecture, ils occupent un temple protestant de Fives-Lille d'où ils seront délogés le 4 décembre dans la soirée, et méthodiquement répartis dans divers hôpitaux du département :

- 12 au CHR de Lille

- 12 à l’hôpital Saint-Vincent

- 3 à l’hôpital Saint-Philibert

- 7 à l’hôpital Provo de Roubaix

- 6 au CH Dron de Tourcoing

- 6 à l’hôpital de Wattrelos

- 8 à l’hôpital de Seclin

- 7 à l’hôpital d’Armentières

- 7 à l’hôpital de Valenciennes

- 7 à l’hôpital de Denain

- 7 à l’hôpital de Douai

- 7 à l’hôpital d’Hazebrouck

- 7 à l’hôpital de Lens. Ils étaient encore 96 au total.

Leur mouvement est soutenu par des élus, par la Ligue des Droits de l'Homme, la Fédération des Associations de Solidarité avec les Travailleur-euse-s Immigré-e-s (FASTI, la CGT Éduc’Action Nord, par les militants qui se retrouvent au rassemblement quotidien à 18h30 Place de la République à Lille.

Aujourd'hui, selon le CSP59, "les grévistes de la faim sont éparpillés dans les structures d’hébergement "Grand Froid" pour la majorité et dans les hôpitaux pour la minorité qui est systématiquement jetée ensuite aux portes des urgences comme c’est le cas des sept grévistes qui ont passé la nuit d’hier à -4°C à terre devant l’hôpital Saint Vincent. Le message implicite : la grève de la faim n’existe pas, c’est une invention machiavélique du CSP59". L'un d'entre eux, enfermé au centre de rétention administrative de Lesquin en vue de son expulsion vers l'Espagne, a été libéré le 14 décembre sur décision du tribunal administratif.

Malgré une rencontre en Préfecture le 7 décembre; où le CSP59 était accompagné de la LDH, du MRAP, du GRIAM et du Collectif Afrique, selon le CSP59 "les pressions auprès des grévistes de la faim ne cessent d'augmenter, (...) la Préfecture et le ministre de l'Intérieur poursuivent leur acharnement et refusent d'entendre la juste revendication des Sans Papiers en grève de la faim".

Le ministre de l'Intérieur vient d'adresser aux préfets une longue série de préconisations visant à améliorer l'accueil des étrangers en préfecture. Puisse-t-il être entendu...

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier