Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 févr. 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Nature et culture de migrants

Une lycéenne de Rennes vient de remporter le premier prix du concours international de plaidoiries pour les droits de l’homme sur le thème "Les réfugiés de la « Jungle » ne sont pas des animaux." Et le centre associatif de rencontre des cultures du Hangar Kronstadt à Calais vient de ré-ouvrir.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une lycéenne de Rennes vient de remporter le premier prix du concours international de plaidoiries pour les droits de l’homme sur le thème "Les réfugiés de la « Jungle » ne sont pas des animaux." Et le centre associatif de rencontre des cultures du Hangar Kronstadt à Calais vient de ré-ouvrir.

Le ratissage des lieux de survie des migrants en transit dans le Calaisis avait été annoncé en avril 2009. Il a été réalisé en septembre. Contrairement à certaines attentes et grâce à la réactivité de nombreux citoyens, ces personnes, qui avaient été contraintes à vivre dans des conditions infra-humaines, sont devenues des sujets de droit par l'action de la justice: tous ceux qui avaient été enfermés dans les centres de rétention ont été libérés. Bien sûr, ils ont été remplacés par d'autres aux abords de la côte, toujours soumis à des persécutions incessantes.

Une jeune bretonne, en 1ère au lycée Victor et Hélène Basch, "[se] dresse aujourd’hui devant vous pour plaider la cause de Mendaye, Aman, Maryam ou Hamed. Ces personnes viennent du Soudan, d’Érythrée, d’Éthiopie, d’Afghanistan, d’Iran, du Pakistan ou d’Irak. Ce sont des femmes enceintes, des chefs de famille, des enfants qui ont quitté leur pays d’origine afin de rejoindre nos civilisations Occidentales, porteuses d’espoirs et d’avenir.

Ils possédaient pourtant une maison, une famille, un métier. Ils pouvaient manger à leur faim, et se laver correctement, mais malgré cela, leur vie était en danger. Guerre, régime totalitaire ou intolérance religieuse sont les principales raisons qui ont poussé ces êtres humains à s’enfuir. Pour survivre.

Ils ont traversé l’Europe d’Est en Ouest, lors d’un voyage qui pour beaucoup, aura duré plus de deux ans. D’autres sont passés par le Sahara, et ont franchi le détroit de Gibraltar. Certains ne sont jamais arrivés.

Leur but ? Rejoindre la France, pays fondateur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, avant de passer en Angleterre. Tout espoir leur était permis car, d’après l’article 13 de cette fameuse déclaration, « devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »

J’aimerais pouvoir vous dire, Mesdames et Messieurs, que leurs désirs de bonheur et de liberté ont été exaucés. Mais cela serait une utopie, et je ne suis pas venue pour vous mentir."

"(...) Les pouvoirs publics semblent se poser beaucoup de questions, dont la réponse paraît pourtant évidente.

Pourquoi permettre à ces individus d’avoir une hygiène décente ?

Parce que ce sont des êtres humains.

Pourquoi la police arrêterait-elle de traquer ces individus en situation irrégulière ?

Parce que ce sont des êtres humains.

Pourquoi offrir à ces individus la possibilité de vivre librement et dignement ?

Parce que ce sont des êtres humains."

On trouvera ici de larges extraits de ce plaidoyer, implacable dans sa simplicité.

Il y a parfois des coïncidences heureuses. Dès le lendemain de la finale de ce concours, on annonce la réouverture du Hangar Kronstadt, dont on n'a peut-être pas oublié la fermeture immédiate par les forces de l'ordre. Le Hangar est un espace de discussions politiques et de débats, d’échanges culturels et de divertissement.

"A 10h aujourd'hui [17 février 2010], le réseau No Borders a officiellement réouvert le Hangar Kronstadt à Calais à la population migrante. Cela fait suite à la première ouverture au public le samedi 6 février, et à l'expulsion violente de la police le lendemain.

Maintenant le Hangar Kronstadt est ouvert comme un espace privé pour les membres de SOS soutien Ô Sans Papiers. Tous les migrants et les militants du Hangar sont membres officiels."

Plus de détails ici.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Pour consulter la liste des billets de Fini de rire, c’est ici.

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, on peut envoyer son adresse électronique .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez