Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 avr. 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Alertez! Interpellez! Il en restera peut-être quelque chose (1/2)

Depuis plus de 30 ans, le législateur restreint l'horizon des étrangers vivant en France. L'administration peut se montrer très imaginative pour leur opposer des obstacles qui fragilisent sans cesse la vie et les projets des familles, des mineurs isolés, des jeunes majeurs. Et pourtant, ils sont là, ils vivent parmi nous, comme nous. Trop, c'est trop. Collectifs et associations tentent de faire comprendre aux candidats aux élections qui viennent qu'il n'est pas question de continuer à entretenir cette précarisation ciblée.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis plus de 30 ans, le législateur restreint l'horizon des étrangers vivant en France. L'administration peut se montrer très imaginative pour leur opposer des obstacles qui fragilisent sans cesse la vie et les projets des familles, des mineurs isolés, des jeunes majeurs. Et pourtant, ils sont là, ils vivent parmi nous, comme nous. Trop, c'est trop. Collectifs et associations tentent de faire comprendre aux candidats aux élections qui viennent qu'il n'est pas question de continuer à entretenir cette précarisation ciblée.

L'histoire a déjà circulé: à la fin du dispositif d'hébergement d'urgence hivernal, une famille de Lyon avait obtenu du tribunal administratif l'obligation faite au préfet de lui fournir un hébergement. Le 10 avril 2012 ils sont donc dirigés vers un hôtel. Ils ne sont plus à la rue. Ce sont des kurdes d'Azerbaïdjan qui avaient déjà fui la guerre avec l'Arménie en 1992. Leurs deux enfants sont nés en Ukraine. Ils sont venus demander asile en France. La protection leur ayant été refusée, ils avaient "vocation" à retourner... en Azerbaïdjan, qui n'a que faire de Kurdes. D'où leur "hébergement", dès le 12 avril, dans un Centre de Rétention Administrative, où l'on enferme les étrangers en voie d'expulsion. C'est plus pratique.

En région parisienne, des adolescents étrangers sans famille errent, privés de protection. "Depuis quelques mois, la situation des mineurs isolés étrangers a connu une nouvelle dégradation. Jamais autant de ces enfants n’ont été laissés en errance, à la rue jour et nuit, y compris au plus fort de l’hiver. Pour ces jeunes, l’accès à une protection relève du parcours du combattant. Soupçonnés en permanence de mentir sur leur âge ou sur leur situation, ils font face à la défiance et au rejet des institutions en responsabilité de les accueillir, à commencer par les conseils généraux." Le 16 avril 2012, quinze organisations interpellent le Défenseur des Droits. Elles "lui demandent d’agir le plus vite et le plus fortement possible pour exiger des pouvoirs publics la protection effective de ces mineurs dans le respect de leurs obligations légales comme des plus élémentaires principes d’humanité. Il y a urgence."

En janvier 2012, le Réseau Education Sans Frontières (RESF) s'est adressé aux citoyens, aux candidats à la présidentielle et aux législatives, demandant que soient prises des dispositions précises dans une révision complète du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA) et l'abandon des multiples circulaires qui viennent encore rétrécir le dispositif légal: "Il ne doit plus y avoir en France de citoyens, français ou étrangers, sans accès aux droits!" Quatre des candidats à l'élection présidentielle leur ont répondu. Classés à gauche, ils reconnaissent l'apport du RESF, "essentiel à la construction d'une France fidèle à ses valeurs, ouverte, tolérante et solidaire" (Eva Joly), saluent des actions qui ont "permis de modifier profondément dans l'opinion le regard porté sur les personnes en situation administrative irrégulière" (Jean-Luc Mélenchon), insistent sur leur soutien à son action et leur accord avec ses revendications (Philippe Poutou), saluent "votre mobilisation, qui touche aux droits des enfants et des familles, quelle que soit leur nationalité, sur notre sol " et annoncent "une autre politique migratoire, une politique responsable, fondée sur des règles transparentes, stables et justes" (François Hollande). Chacun, dans sa tonalité, proclame une proximité avec les vues du RESF.

Toujours en janvier 2012, La Cimade a demandé aux candidat-e-s à l'élection présidentielle de se positionner sur ses 40 propositions pour une politique d'hospitalité. et d'indiquer les premières mesures qu'il ou elle souhaiterait mettre en oeuvre en matière d'immigration. Six candidat-e-s ont souhaité répondre à cette demande. Leurs réponses peuvent être consultées ci-après: Nathalie Arthaud, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Fil d'actualités
Allemagne : un réseau d’extrême droite voulait attaquer le Parlement
Une vaste opération de la police allemande au sein de groupuscules d’extrême droite et complotistes a conduit mercredi matin au démantèlement d’une cellule projetant des attentats, et qui visait notamment le Bundestag, la chambre basse du Parlement.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre