Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 juin 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Le soulèvement de la vie

Apparemment bien oublié, Maurice Clavel nous appelle encore et toujours à la résistance.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Apparemment bien oublié, Maurice Clavel nous appelle encore et toujours à la résistance.

L'histoire se passe en 1971. Cette année-là, sous l'impulsion du Président de la République Georges Pompidou et du ministre de l'Intérieur Raymond Marcellin, une vague de censure avait submergé la presse française. Dans de nombreuses rédactions de toute la presse, écrite ou audiovisuelle, des journalistes voyaient leurs articles « corrigés » ou interdits de parution par les rédactions en chef, des journaux avait été interdits pour « atteinte à la sûreté de l'Etat ». Parmi ceux-ci le journal de la Gauche Prolétarienne, La Cause du Peuple. Un journaliste de sa rédaction, Jean-Claude Vernier, celui qui vous parle, avait rencontré certains de ses confrères et décidé avec eux de ne pas se laisser envahir par le désespoir. Nous fîmes le projet de créer une agence de presse désireuse de « tout dire à des gens qui veulent tout savoir » (rien de moins !).

Pendant le mouvement de mai 1968, un journaliste avait fait l'unanimité de ses confrères par ses billets dans un quotidien, Combat, c'était Maurice Clavel. Je fus chargé d'aller le trouver pour lui demander de nous aider à démarrer notre projet et lui donner, par sa notoriété, l'aura qu'il fallait pour se faire connaître. Il accepta immédiatement et quelques semaines plus tard, après une formation accélérée au b-a ba de l'impact journalistique, nous fîmes paraître les premiers bulletins de l'Agence de Presse Libération (APL) avec sa collaboration. En quelques mois, l'APL avait acquis une réputation honorable dans la presse française ». J'en étais le directeur.

Au début du mois de décembre, je reçois un coup de téléphone de Clavel : « Je participe ce soir à une émission de télévision qui s'appelle « A armes égales » pour laquelle Jean Royer, maire de Tours, et moi-même avons été invités à faire un film, qui sera projeté en introduction à la discussion sur les moeurs en France. J'en ai préparé un qui s'appelle « Le soulèvement de la vie », un commentaire illustré sur ce que je pense de la situation actuelle. Mais j'ai reçu cet après-midi un coup de fil de l'Elysée qui m'a demandé des aménagements dans mon texte, ce que j'ai évidemment refusé de faire. Mais je suis inquiet de la suite des événements... Alors tu vas préparer un communiqué... au cas où ! »

Sur le plateau, son film fut diffusé, amputé de la phrase qui avait déplu au Président: “A l'heure où le Président de la République confie à un très grand journal américain l'aversion et l'agacement que lui inspire la Résistance française, il est bon que le peuple y pense, et en tressaille." Maurice Clavel lança son célèbre "Messieurs les Censeurs Bonsoir ! " et quitta avec fracas l'émission, tandis que le communiqué que j'avais préparé était diffusé à toute la presse !

Voilà comment naquit ce besoin de transcender l'information cachée qui me fait aujourd'hui participer au blog de « Fini de rire » sur Mediapart.

Non content d'avoir censuré le film de Clavel, l'ORTF le "perdit"... Nous l'avons refait avec Joris Ivens et Maurice. On peut le voir ici.

Jean-Claude Vernier

La mise en ligne du film en accès libre par l'Institut National de l'Audiovisuel a été possible grâce à Michel Arowns, Elia Clavel et Marceline Loridan-Ivens. Qu'ils en soient remerciés.

--

Les billets récents de Fini de rire sont ici et le sommaire complet est .

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, nous contacter .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop