Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 mai 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Travailleurs sans papiers: ça bouge

Après sept mois d'une grève obstinée, il semble qu'une discussion s'amorce avec le pouvoir sur des conditions réalistes de régularisation des travailleurs auquel le droit au séjour est jusqu'ici refusé. Et les marcheurs sans papiers de Paris à Nice sont arrivés dans la vallée du Rhône.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après sept mois d'une grève obstinée, il semble qu'une discussion s'amorce avec le pouvoir sur des conditions réalistes de régularisation des travailleurs auquel le droit au séjour est jusqu'ici refusé. Et les marcheurs sans papiers de Paris à Nice sont arrivés dans la vallée du Rhône.

Y aurait-il un frémissement du pouvoir en réponse à la grève de quelque 6000 travailleurs sans papiers, entamée en Ile de France en octobre 2009? Malgré sa durée et le manque d'écho, la grève ne s'enlise pas. Ainsi un nouveau piquet de grève vient-il d'éclore sur un chantier de la rue de la Chaussée d'Antin à Paris.

Les grévistes ne demandent que le droit d'être ici, alors qu'ils participent à notre société par leur travail et en payant leurs impôts.

Leur mouvement n'a pas déchainé les ardeurs médiatiques, mais il dure, et les interpellations et manifestations répétées semblent avoir fini par grignoter le mur d'indifférence des autorités.

Le 12 mai, une tribune est parue dans Le Monde, demandant des critères clairs et objectifs de régularisation des travailleurs sans papiers, signée par une ensemble d'organisations et d'universitaires qui affirment: "L'emploi d'étrangers sans titre de séjour valable est une réalité économique aujourd'hui dans de nombreuses branches et entreprises de notre pays. Cet appel commun, inédit par la diversité de ses signataires, est nécessité par le caractère sérieux, sensible et complexe de cette question, qui dépasse les clivages habituellement constatés dans notre société. La suite est ici.

Après une réunion préalable le 10 mai 2010 entre la CGT et le ministère du travail, les cinq syndicats organisateurs de la grève (CGT, CFDT, Solidaires, FSU, UNSA ) ont rencontré le 14 mai des représentants des ministères de l’Immigration et du Travail, avec une belle mobilisation aux portes du lieu de rencontre. Au delà des conditions très étroites de régularisation retenues par la circulaire du 24 novembre 2009, il s'agit de prendre en compte les conditions réelles de travail imposées par l'irrégularité du séjour (travail au noir, multi-employeurs, intérim, etc).

La prochaine rencontre est prévue le 20 mai. "Négociation" pour les travailleurs et leurs soutiens, simple "réunion technique" pour le ministère de l'Immigration, l'important est que les discussions ont repris. Ce que veulent les travailleurs, les syndicats et les associations engagés, c'est « un texte précis, opposable, qui puisse être appliqué partout » pour sortir de l'opacité du bon - ou mauvais - vouloir des préfets.

Ce même 20 mai est prévue une rencontre avec l’Agence Nationale du Service à la Personne et un représentant du ministère des Finances (section Emploi).

Pour les grévistes, rien n'est encore gagné mais, s'ils ont pu tenir sur la durée, avec des loyers et des impôts à payer, des familles à nourrir au pays, et parvenir après sept mois à arracher l'ouverture de discussions, c'est que leur détermination a trouvé un écho et un soutien efficace des syndicats et des associations engagés à leurs côtés, et la participation de nombreux citoyens au comités de soutien qui se sont constitués, organisant des collectes, des vide greniers, des concerts, des manifestations diverses, et pas seulement sur place. Par exemple, à Marseille.

Une écoute et une bonne volonté des Français que les sans-papiers de la marche Paris-Nice ont pu re-découvrir en traversant une partie du pays. Ils étaient le 7 mai à Dijon, du 13 au 15 mai à Lyon. Ils sont attendus à Valence le 19 mai, en Avignon le 24, à Marseille le 27, et le 30 à Nice. La presse locale s'intéresse parfois à l'entreprise; la nationale, bien peu...

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Les billets récents de Fini de rire sont ici et le sommaire complet est .

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, nous contacter .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart