Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

461 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 sept. 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Alger, le parfum des fleurs d’oranger

Célia Héron évoque dans un court et magistral texte toute la douleur mêlée de tendresse de la relation de certains algériens avec la France depuis les années 1950.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Célia Héron évoque dans un court et magistral texte toute la douleur mêlée de tendresse de la relation de certains algériens avec la France depuis les années 1950.

Dans un récent billet nous faisions le constat que le lien des algériens avec la France, si ancien et si bien tricoté entre les générations, résiste à tous les efforts de cassure par l'ancienne métropole. Et voici que cette jeune femme de 23 ans évoque dans un poème-reportage les bouleversements d'une vie algérienne entre 1959 et 1989:

"Le premier cahier était le plus épais. Le temps avait jauni ses feuilles trop fines. C´était sa trace à elle dans l’Histoire, une trace d’encre, pour effacer les traces de sang..."

A lire de toute urgence ici.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte